Essai vidéo : Volkswagen T-Roc 2.0 TDi 150 : le blockbuster

Compact comme une Golf et moins cher qu’un Tiguan, le nouveau Volkswagen T-Roc est le second SUV compact de la firme allemande. Sur le papier, le nouveau venu a le pedigree d’un best-seller. Futur carton ou modèle de trop ? Réponse au volant de la version TDi 150.

En bref

A partir de 21 990 €

2 ou 4 roues motrices

Aujourd’hui, près d’un modèle sur trois vendus en Europe est un SUV. Avec une demande aussi forte les constructeurs se jettent sur le filon et parfois jusqu’à l’overdose. C’est le cas de Volkswagen qui lance aujourd’hui le T-Roc, son second SUV compact. Dans la réalité, le petit nouveau se positionne entre deux catégories : celle des SUV urbains où la marque n’est pas encore présente (le T-Cross, de la taille d’un Captur arrivera en 2019) et celui des SUV compacts où le Tiguan évolue. 

Pour faire simple, le T-Roc est la déclinaison SUV de la Golf, qui cartonne depuis des décennies sur le marché des berlines compactes. C’est aussi et surtout pour la clientèle Volkswagen, une sérieuse alternative au Tiguan trop grand et beaucoup plus cher. 

 

Pour dissocier son modèle Volkswagen lui a donc offert un design plus original que d’habitude. Comme sa cousine, l’Audi Q2, avec laquelle il partage la même plateforme (MQB), le T-Roc affiche une silhouette de coupé avec une ligne de toit fuyante et un montant C en forme d’aileron de requin. Cette impression est renforcée sur les versions bicolores. La partie arrière profite quant à elle de tout nouveau et spectaculaires feux 3D à LED. Enfin, le constructeur a mis l’accent sur la personnalisation. Ici le toit, les montants A et les rétroviseurs sont proposés en quatre coloris auxquels s’ajoutent onze teintes extérieures et plusieurs coloris de jantes.

A bord, le SUV reprend le concept de la nouvelle Polo. A savoir un intérieur « digitalisé » qui associe un cockpit 100% numérique (option) et un écran multimédia tactile de série pouvant aller jusqu’à 8’’. Naturellement et selon le niveau de finition choisi ce dernier est totalement connecté et propose des services en ligne. Mais attention, l’addition grimpe très vite ! 

Il est aussi possible de personnaliser la couleur de la planche de bord pour égayer l’habitacle. On reste toutefois déçu par la présence de plastiques durs quasiment partout dans l’habitacle. Le T-Roc n’a pas droit aux beaux plastiques moussés de la Golf. Toutefois, la qualité de fabrication reste fidèle à la bonne réputation du constructeur. 

 

Malgré son gabarit de compact (4, 23 m) le T-Roc n’est pas aussi logeable qu’une Golf. La garde au toit est généreuse mais l’espace aux jambes à l’arrière est passable pour une adulte d’1m80. C’est en réalité le coffre qui en profite avec un volume de 445 litres, soit le record de la catégorie qui comprend seulement deux adversaires potentiels, l’Opel Mokka X (356 litres) et la Fiat 500 X (350 litres).  Le volume tombe à 392 litres sur les versions 4Motion (4 roues motrices) comme ici sur notre modèle d’essai. Enfin côté modularité, le T-Roc propose du traditionnel avec une banquette fixe, fractionnable 2/3 – 1/3.

A son lancement, le T-Roc proposera seulement les versions les plus sollicitées. A savoir le 3 cylindres essence 115 ch 1.0 TSi et le 1.6 TDi 115. L’offre s’enrichira par la suite des TSi 150 et 190 et du 2.0TDI 150, celui de notre essai. Un poil bruyant en charge mais parfaitement compétent ce moteur peut bénéficier d’une transmission 4Motion. Il s’adresse principalement à une clientèle à la recherche de polyvalence, bien que le T-Roc ne soit vraiment pas une pointure en offroad. Parmi les motorisations proposées nous vous conseillerons de vous diriger vers le 3 cylindres essence associé à la boîte DSG parfaitement polyvalent. 

 

Si vous êtes habitués à la conduite d’une Golf vous ne serez pas dépaysés en prenant le volant de ce nouveau T-Roc. Le SUV compact de Volkswagen offre une position de conduite excellente, un amortissement de très haute volée et un maintien de caisse irréprochable qui devraient assurément séduire un large public. Il y a certes plus dynamique et plus fun à conduire sur le marché mais le T-Roc rassemble suffisamment d’arguments pour faire mouche. C’est une voiture saine, sûre et confortable que nous propose ici Volkswagen. En prime, elle peut bénéficier (généralement en option) d’équipements intéressants comme le châssis piloté, la conduite autonome dans les bouchons ou encore une transmission intégrale. 

 Vendu à partir de 21 990 € en finition de base, le T-Roc grimpe très vite en tarifs. Il faudra par exemple débourser 35 830 € pour notre version d’essai, 2.0 TDI 150 4Motion DSG7 « First Edition ». Cette dernière est heureusement bien pourvue avec de série : 4 jantes alliage 18’’, le cockpit numérique, le système multimédia avec accès internet, les projecteurs avant LED, la reconnaissance des panneaux de signalisation, la Navigation, les sièges sport, etc. 

Au final les tarifs se rapprochent dangereusement de deux modèles internes au groupe, soit une Golf à finition équivalente soit un Tiguan d’entrée de gamme. 

Portfolio (16 photos)

En savoir plus sur : Volkswagen T-roc