Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Bannies, les "grid girls" sont en colère

Dans Sport Auto / Formule 1

Bannies, les "grid girls" sont en colère

Elles étaient sur les grilles de départ, attirant l’attention par leur plastique devant de rutilants bolides prêts à se lancer dans une compétition mécanique effrénée. Un espace de liberté avec ses propres codes qui a été rattrapé par une époque où le principe de précaution l’emporte sur l’initiative assumée, le tout sur un fond d’ordre moral d’autant plus avilissant et dangereux qu’il arrive à ses fins sous le couvert d’un discours progressiste historiquement contraire. Dont acte, nous n’aurons plus de "grid girls" en Formule 1 et ce serait une avancée pour la condition féminine. Sauf que les libérateurs n’ont jamais demandé l’avis des intéressées ce qui est une étonnante conception du respect. Et aujourd’hui, les bannies réagissent.

Liberty Media, le nouveau propriétaire de Formule 1, a donc décidé de biffer du paysage les "grid girls". Leur présence ne serait "pas appropriée" et "en contradiction avec les normes sociétales actuelles". Une satisfaction pour les mouvements féministes et LGBT qui jouent leur partition en se félicitant de la fin d’une pratique qui, selon elles, réduisait les femmes à un objet sexuel ou publicitaire.

Dans un concert de bien-pensants à la moralité autodéclarée au-dessus de tout soupçon, on a tout de même oublié l’essentiel : les intéressées. Seraient-elles défendues malgré elles où les censeurs les jugeraient-ils incapables de penser par elles-mêmes ? Ce qui serait le comble d’un machisme qu’ils prétendent combattre.

La réponse vient tout de même. "C’est ridicule que des femmes qui affirment 'se battre pour les droits des femmes’ disent aux autres ce qu’elles devraient faire ou ne pas faire" a déclaré l’une d’elles, Rebecca Cooper qui ajoute : « on nous empêche de faire un travail que nous aimons et dont nous sommes fières. Le politiquement correct devient fou  !".

Charlotte Gash, une "grid girl" interrogée par la BBC, se dit "dégoûtée que la F1 ait cédé à une minorité pour être politiquement correcte". "Je suis chanceuse car ça n’est pas ma source principale de revenus mais elle l’est pour certaines", dit-elle. "Nous aimons faire ça et nous ne voulons pas qu’on nous l’enlève ". Et pourtant, la catégorie reine du sport automobile leur préférera désormais des invités de marque et des artistes.

Mots clés :

Commentaires (94)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

" Et pourtant, la catégorie reine du sport automobile leur préférera désormais des invités de marque et des artistes."

Ah, ce sont eux qui vont tenir les panneaux donc.

Par

Vénales. Elles pourraient gagner plus :cubitus:

Les +malines ne sont pas toujours celles que l on croit. La preuve. Sage décision. Exemplaire. Dans 1 entreprise normale supp, on aurait applaudi. Tout les patrons ne veulent pas être assimilés à des trouduk proxénètes qui proposenta des clients pervers.

Par

En réponse à benjabulle

" Et pourtant, la catégorie reine du sport automobile leur préférera désormais des invités de marque et des artistes."

Ah, ce sont eux qui vont tenir les panneaux donc.

.... c'est vrai qu'avant, la F1 invitait surtout des plombiers-carreleurs et des charcutiers sur les pré-grilles de F1. :pfff:

Par

Trouvez vous un vrai travail les filles.

Parce que se dandiner en short à côté d'une voiture, c'est pas un travail.

Et puis de toute façon, c'est pas un plan d'avenir. Dès que la fraîcheur de votre jeunesse diminuera, on vous remerciera ...

Par

En réponse à roc et gravillon

.... c'est vrai qu'avant, la F1 invitait surtout des plombiers-carreleurs et des charcutiers sur les pré-grilles de F1. :pfff:

Et pourquoi pas ? Ce sont des gens aussi non ?

Par

les feministes hard core on les appelle les" Feminazis", les mêmes qui font du lobbying pour virer les grid girl: lobby lgbt+ feminazi qui manifestent contre un Trump par exemple et j'ai vu le photos moi m^me de ces manifestations-et qui dans la même manifestation soutiennent les gonzesses en Burka ou avec un voile sur la tronche...avec les islamo-salafistes qui rigolent bien de cette situation

Par

En réponse à zigaza

Trouvez vous un vrai travail les filles.

Parce que se dandiner en short à côté d'une voiture, c'est pas un travail.

Et puis de toute façon, c'est pas un plan d'avenir. Dès que la fraîcheur de votre jeunesse diminuera, on vous remerciera ...

C'est un travail. Conduire une F1 n'est pas plus un travail que les grid girls et ils sont payés très chers.

Avec ce genre de discours de bon père rétrograde, il n'y aurait plus de sportifs ou d'artistes et même de créateur pour imaginer ta Porsche

Par

"Un espace de liberté avec ses propres codes qui a été rattrapé par une époque où le principe de précaution l’emporte sur l’initiative assumée, le tout sur un fond d’ordre moral d’autant plus avilissant et dangereux qu’il arrive à ses fins sous le couvert d’un discours progressiste historiquement contraire."

C'est le Gorafi ? Qui écrit comme ça ? Cette salade de mots ne veut absolument rien dire...Tout ça pour citer "Charlotte" et "Rebecca", sans aucun lien vers la source.

Valeur informative nulle et degré zéro de l'argumentation .

Par

En réponse à zigaza

Trouvez vous un vrai travail les filles.

Parce que se dandiner en short à côté d'une voiture, c'est pas un travail.

Et puis de toute façon, c'est pas un plan d'avenir. Dès que la fraîcheur de votre jeunesse diminuera, on vous remerciera ...

Qu'est ce qu'un vrai travail? explique moi.

Les grid girls ou hôtesses des salons sont soit des filles recrutées via des agences d'évènementielle, ce qui leur fait un complément de revenu soit des mannequins professionnelles. Elles ne sont pas forcées.

Concernant le " Dès que la fraîcheur de votre jeunesse diminuera, on vous remerciera ..." n'est ce pas la même chose dans le sport?!

Par

Mouais. Je dirais 50/50 :

- 50, parce que j'avoue que c'est un travail de mannequin, d'hôte sans réellement d'avenir.

- 50 dans l'autre sens car elles ne servent pratiquement à rien, à part à les mater. Mais vu que c'est leur devoir d'être présentable. Ici, certaines perdront leur revenu.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire