Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

BMW nous explique les 5 stades de la conduite autonome

Dans Futurs modèles / Technologie

BMW s'est fixé un objectif dans le cadre de la conduite autonome comme bon nombre de constructeurs, mais la marque bavaroise a eu la bonne idée d'expliquer en vidéo les différents stades de cette technologie. Le plus avancé, le niveau 5, ne sera pas proposé sur le marché avant 2021, au mieux.

BMW nous explique les 5 stades de la conduite autonome

Le futur est en marche dans l'automobile avec la conduite autonome, mais il reste malgré tout de nombreux progrès à faire dans l'intelligence artificielle, les capteurs et les systèmes électroniques afin d'avoir un dispositif 100 % autonome qui n'a plus du tout besoin de la main de l'homme pour diriger un véhicule.

 

BMW nous présente justement les différents stades de la conduite autonome, du niveau 0 (où rien n'est automatisé) au niveau 5 où absolument tout est automatisé. Il faut savoir que le niveau 1 est déjà acquis depuis longtemps puisqu'il s'agit de l'étape où la machine contrôle certaines choses, comme les pertes de trajectoires (ESP). Le niveau 2 est plus actuel avec quelques aides à la conduite tandis que le niveau 3 débarque petit à petit sur le marché et permet, sur certaines courtes périodes et dans des conditions bien définies, de lâcher le volant.

 

Les niveaux 4 et 5 sont donc les prochaines étapes et BMW affirme toujours vouloir commercialiser son premier véhicule de niveau 5 dès 2021. Il reste quand même à savoir si les infrastructures et la législation seront prêtes d'ici là...

 

 

Mots clés :

Commentaires (12)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

lls sont sympa chez BMW, le marketing c'est franchement fatigant

Le nivea

Par

Le niveau 5 c'est dans plus de 50 ans, faut pas se leurrer, le niveau 3 c'est déjà pas mal.

Je me demande si les marques ont acces aux consultation/sondage sur la voiture autonome qui donne toujours un accueil tres mitigé.

Enfin bon c'est de la poudre aux yeux tous ça. Selon les comparatif BMW est d'ailleurs une des marques les moins avancé sur ce sujet. Parmis celle qui ont proposé des essais bien sur.

Par

En réponse à MotherKaiser

Le niveau 5 c'est dans plus de 50 ans, faut pas se leurrer, le niveau 3 c'est déjà pas mal.

Je me demande si les marques ont acces aux consultation/sondage sur la voiture autonome qui donne toujours un accueil tres mitigé.

Enfin bon c'est de la poudre aux yeux tous ça. Selon les comparatif BMW est d'ailleurs une des marques les moins avancé sur ce sujet. Parmis celle qui ont proposé des essais bien sur.

L'accueil du véhicule autonome par le public est, certes, mitigé d'après des sondages, mais si l'on établit la liste des équipements présents sur les véhicules vendus récemment et faisant un pas de plus vers la conduite autonome, cela a plutôt tendance à encourager les constructeurs dans cette voie.

Malheureusement, c'est aussi vrai que si l'on veut un certain niveau d'équipement de confort, il aides à la conduite vont souvent de paire, voire sont d'origine quelle que soit la finition.

En gros, la voiture autonome est une étape d'avancée inéluctable que tous les constructeurs veulent franchir dans le peloton de tête. Le seul moyen fort en message pour montrer que nous sommes contre est de ne plus acheter de véhicules avec les aides, mais cela limite le choix ou oblige à changer son mode de déplacement.

Par

Bmw devrait d'abord s'attaquer à ses problèmes de fiabilité ...

Navigation qui bugg, embrayage, chaine de distribution, boites auto, électronique, ...

La liste est longue ...

:bah:

Par

"Il reste quand même à savoir si les infrastructures et la législation seront prêtes d'ici là..."

pas de souci pour la législation: suffit de quelques papiers à tamponner. et avec la sécurité routière qui va expliquer tout le bien fondé de la voiture autonome, ça passera comme une lettre à la poste. et pour l'anecdote, ça permettra de voir nettement moins de cons monopoliser la file du milieu sur les autoroutes.

pour ce qui est des infrastructures, de quoi parle-t-on au juste?

car une voiture ne sera autonome que si justement elle est capable de remplacer un conducteur humain sur nos routes actuelles. charge aux concepteurs de faire en sorte que le pilotage automatique y parvienne.

Par

moi, la question que je me pose, c'est:

pourquoi irais-je acheter une bmw aujourd'hui? ben, notamment par les performances qu'elle me procure.

et demain, lorsque les bmw seront autonomes, voire notamment sans volant? ben, probablement pas par les performances qu'elle peut me procurer, mais davantage pour le confort, les aspects pratiques, la sono, ou je ne sais quoi encore...

bref, du côté des constructeurs de sportive, va y avoir du pain sur la planche pour continuer d'inciter les gens à acheter des caisses à consonnation sportive mais qui se conduiront toute seule...

Par

Concevoir une voiture qui conduit à votre place pour une marque qui a basé toute sa communication sur le plaisir de conduire. Une belle aporie.

Par

En réponse à Pirelli P7

Bmw devrait d'abord s'attaquer à ses problèmes de fiabilité ...

Navigation qui bugg, embrayage, chaine de distribution, boites auto, électronique, ...

La liste est longue ...

:bah:

Non mais n'importe quoi! Bon je peux témoigner j'ai fait 200000km avec un x1 23D BVA. Si bva vidangée tout les 60000km pas de problèmes. Pour la navigation le système Idrive de BMW c'est probablement le plus intuitif le mieux conçu et le plus fiable dans le temps (le mien n'a jamais planté ou été redémarré en 7 ans) pour ce qui est des problèmes de chaînes de distri faut croire que je suis passé au travers. Non sérieux là tu racontes n'importe quoi!

Par

En réponse à MotherKaiser

Le niveau 5 c'est dans plus de 50 ans, faut pas se leurrer, le niveau 3 c'est déjà pas mal.

Je me demande si les marques ont acces aux consultation/sondage sur la voiture autonome qui donne toujours un accueil tres mitigé.

Enfin bon c'est de la poudre aux yeux tous ça. Selon les comparatif BMW est d'ailleurs une des marques les moins avancé sur ce sujet. Parmis celle qui ont proposé des essais bien sur.

Surement pas dans 50ans !

La technologie autonome devrait permettre les premières applications sur autoroutes des les années 2020...

Les gouvernements politiques de tous les pays développés planchent sur le sujet afin de donner les différentes autorisations nécessaires.

Sur le plan purement technologique et par conséquent pour une autonomie totale du réseau, soit plus aucune intervention humaine dans aucun véhicule ayant accès a une route et même une interdiction total pour un citoyen lambda de conduire, je suis d'accord pour après les années 2050, tout simplement parce qu'il faudra que les enfants, jeunes adultes soient conditionnés pour ne plus avoir l'envie de prendre le volant d'une voiture ou autres véhicules.

Une chose est sur, c'est que le basculement vers le tout autonome se fera très vite lorsque tout sera prêt.

Car pour que les véhicules autonomes permettent de s'approcher du zéro mort sur les routes, il faudra qu'ils puissent communiquer entre eux.

Il faudra donc que la fonction autonome se généralise a l'ensemble des véhicules sur route, que les véhicules non équipés soient retirés de la circulation, et ce n'est pas pour demain en effet...

Par

A Audric Doche: vous connaissez le dilemme social que posent les véhicules autonomes. Êtes-vous prêt à acheter un véhicule programmé pour vous tuer? Les voitures autonomes sont programmées pour réagir aux situations possibles rencontrées dans la circulation.

Les véhicules autonomes sont encore loin d'être prêts aujourd'hui. Cependant une fois que la technologie sera mature, les voitures et les camions autonomes pourraient donc empêcher un grand nombre d'accidents - 9/10 qui sont causés par le facteur humain - avec des avantages supplémentaires comme la réduction de la pollution et des embouteillages.

Alors que les véhicules autonomes devraient augmenter considérablement la sécurité, le professeur Iyad Rahwan, l'un des trois auteurs d'une étude publiée le 24/06/2016 dans la revue Science, reconnaît que la sécurité doit être la priorité des fabricants, mais il nous a également dit que des scénarios aux «préjudices inévitables" seront toujours présents indépendamment du degré de sophistication ou de l'évolution de la prudence de conduite des voitures autonomes.

"Pas besoin de beaucoup d'imagination pour trouver de telles situations," nous dit Rahwan. "Supposons un camion devant entièrement chargé avec une cargaison lourde. Soudain, la chaîne qui retient les portes fermées lâche, et la cargaison tombe sur la route. Un véhicule autonome ne peut atténuer l'impact en freinant, il n'est pas capable d'arrêter à temps pour éviter complètement la cargaison, donc il y a une certaine probabilité de dommages aux passagers. Sinon, la voiture peut dévier, mais cela pourrait mettre en danger les autres voitures ou des piétons sur le trottoir. "

Dans ces rares occasions, la programmation d'un véhicule autonome prendra une décision rationnelle, calculant exactement qui devrait être lésé et qui devrait être épargné. La voiture devra-telle chercher à minimiser les blessures à tout prix, zigzaguer sur la voie afin d'éviter deux piétons même si cela signifie écraser la voiture contre une barrière et tuant son seul passager? Ou la programmation de la voiture doit-elle essayer de préserver la vie de ses passagers, peu importe ce qu'il advienne?

Les professeurs Jean-François Bonnefon, Azim Sharif, et Iyad Rahwan ont mené six enquêtes en ligne (totalisant près de 2.000 participants) pour essayer de comprendre comment le grand public réagit à une intelligence artificielle qui a le pouvoir de prendre de telles décisions délicates de mort ou de vie . Les chercheurs voient cela comme une question d'éthique qui doit être abordée de manière adéquate, en grande partie parce que ce pourrait être une barrière psychologique qui ralentit l'adoption de véhicules autonomes.

La question que je vous pose (car BMW comme Tesla, etc n'y répondent jamais): quelle type d'intelligence artificielle est choisie par BMW? Celle qui fera tout (quoi qu'il advienne pour les "autres") pour protéger les occupants du véhicule ou celle qui tiendra compte du bien du plus grand nombre quitte à blesser/tuer un ou plusieurs occupants du véhicule afin d'épargner un plus grand nombre de personnes se trouvant à l'extérieur du véhicule. Ou BMW laissera-t-il le choix au conducteur avant qu'il ne prenne la route?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire