Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

BMW R 1200 RT : l'une des meilleures GT

Dans Moto / Nouveauté

BMW R 1200 RT : l'une des meilleures GT

La BMW R 1200 poursuit la longue lignée des GT entamée par BMW au début des années 80. Moteur, boîte de vitesses, partie cycle et carénage, tout est inédit sur ce millésime 2005 qui fera très vite de la R 1150 RT une antiquité.


Ce qui saute aux yeux quand on découvre cette nouvelle moto, c'est son nouveau design en franche rupture avec l'ancienne. Très ramassée sur l'avant, composée de surfaces courbes entrecoupées d'arêtes vives, elle est bien dans la lignée du nouveau style BMW, autos et motos, imaginé par le designer américain Chris Bangle. La face avant et les flancs de carénage hauts et très en avant rappellent les Varadero et autres PanEuropean.


En revanche, l'arrière est beaucoup plus classique avec des valises inspirées de la K 1200LT, teintes aux couleurs carrosserie et mieux intégrées que les traditionnelles valises noires. Plusieurs couleurs de selle et de carénage moteur sont proposées de série pour que le client puisse composer l'esthétique de sa moto.


Du côté des options, la liste se fait beaucoup plus longue avec une selle chauffante (285 €), radio avec lecteur CD (1 170 €), le régulateur de vitesse (320 €), le Système de navigation GPS (2 138 €), les suspensions à réglages électriques (670 €), j'en passe et des meilleurs. Comparée à son "ancêtre" la 1150, elle est dotée de rétros-cligno-protèges-mains particulièrement massifs. Avec une bulle plus haute, plus large, réglable électriquement en hauteur, il est sûr que la protection s'est encore améliorée. La selle est en deux parties, avec une assise pilote réglable en hauteur. Côté sécurité BMW dote la R 1200 RT de l'anti-démarrage électronique et de l'ABS intégral de série, s'il vous plaît !


Avec une liste d'options aussi vaste, l'avantage est que le client a la possibilité de faire sa moto à la carte. Avec un poids qui chute de 25 kgs et une puissance en hausse, ce nouveau modèle grand tourisme promet de hisser encore d'un cran l'excellence qu'avait établi la R 1150 RT.



Un moteur en constante évolution


Le moteur est directement issu de la R 1200 GS, dernière évolution du fameux moteur Boxer. Les seuls changements à noter sont des arbres à cames un peu plus méchants et un taux de compression plus élevé. La puissance progresse de 10% pour atteindre 110 chevaux à 7 500 t/min (hors France) alors que le couple reste inchangé à 115 Nm. Le nouveau bloc 1200 gagne en allonge à haut régime et donc en performances. Il est aussi plus agréable et augmente sa plage utilisable d'environ 500 tr/min en haut mais aussi en bas. Globalement, ce moteur se montre légèrement plus vif en accélération grâce à sa boîte de vitesses mieux étagée que sur la 1150. Sur la route, cela se traduit par plus de souplesse à bas régime et un agrément supérieur en ville quand il s'agit de rouler au pas par exemple dans les embouteillages. La consommation s'en ressent également car la R1200 RT a l'avantage de couvrir près de 400 kilomètres sans passer à la pompe !



Un régal pour les reins


La suspension arrière fait appel à un combiné ressort/amortisseur à gaz asservi à la course de débattement (WAD). Il se traduit par une progressivité croissante de l'amortisseur au fur et à mesure que la course de débattement augmente. Ce système avait été inauguré en 2002 sur la R 1150 GS Adventure. La RT pioche aussi chez la K 1200 S au rayon des bonnes idées.


L'ingénieux système de suspension arrière pilotée depuis un bouton au guidon (Electronic Suspension Adjustment - ESA) est proposée à 670 €. Cette technologie ne sera utile qu'à ceux qui alternent fréquemment conduite en solo et en duo. Une chose est sûre, la R 1200 RT ne va guère vous réconcilier avec les embouteillages. Sa hauteur de selle supérieure, son embonpoint (+25kg) et sa largeur tant au niveau des rétroviseurs que des valises vous feront regretter la R1150 RT en usage urbain. En revanche, sur route dégagée, la GT allemande progresse en agilité et en stabilité en raison d'un cadre plus rigide.


Pour le freinage BMW a abandonné le freinage intégral total de la 1150, tant critiqué par ses clients, pour adopter l'intégral partiel de la R 1200 GS, dont la pédale agit uniquement sur le disque arrière. L'assistance moins puissante qu'auparavant ne pose plus de problème d'adaptation.


Portfolio (26 photos)

Commentaires (4)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

:q wat een lelijk ding!

Par Anonyme

Cela fait 5 mois que je roule en 1200 RT: moteur, boite, transmission, frein: trés trés bien.

Côté carrosserie par contre, nulle par rapport à ma précedente 1150 RT. Coffre de tableau de bord etriqué, impossible d'y passer la main, réglage de la hauteur des phares impossible, la poignée de mise sur béquille centrale à disparue, niveau d' huile difficile à voir, des bouts de plastique comme déflecteurs en bas du pare-brise..... Je me demande si le designer qui à remodelé cette RT est motard car elle est bien moins pratique que la 1150.

Petit Indien

Par Anonyme

je suis un peu daccord avec tes argument,surtout en ce qui concerne l'ouverture de la boite à gants, et la visibilité du niveau d'huile , .. eric à rouen

Par Anonyme

Je possède une R1200 RT depuis un mois maintenant et si je peux comprendre l'interrogation en ce qui concerne les petits déflecteurs (encore que si on les retire, ça fait quoi?), je ne suis pas d'accord avec le reste des critiques. Peut être parceque dans la boite à gant j'ai le lecteur de CD, et que d'autre part, j'apprécie particulièrement d'avoir le niveau d'huile au compteur! Cette moto est une pure merveille. J'avais auparavant une R1150RT série spéciale, justement celle dont la pédale de frein ne commandait que la roue arrière. Je retrouve les mêmes plaisirs de piloter avec pour la 1200, de multiples plus qui ne cassent en rien ce qu'était la 1150, mais qui agrémentent la route de multiples façons: réglage des suspensions depuis le guidon, système anti-dérapage et le nec plus ultra, le régulateur de vitesse. C'est vrai que je regrette le réglage des phares au tableau de bord,mais j'apprécie le nouveau frainage plus doux, même si celui de la 1150 ne m'a jamais géné. Bref, je suis un inconditionnel et aime à le dire! Jacques Decaux.:sol:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire