Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Bourses : thématique défavorable sur les valeurs automobiles

Dans Economie / Politique / Finance

Bourses : thématique défavorable sur les valeurs automobiles

Après trois ans de hausse, les valeurs automobiles qui s’échangent sur les marchés financiers sont orientées à la baisse. Une tendance forte constatée par les spécialistes qui s’interrogent de savoir s’il s’agit là d’un phénomène passager ou d’un déclin à long terme. Peut-être un temps surestimé, ces valeurs redescendent sans doute à des niveaux plus rationnels. Ceci dit, l’ambiance autour de tout ce qui touche à la voiture n’est pas rose.

Dès lors, si l’on prend ce biais, il y aurait une logique à cette baisse générale, ce qui l’ancrerait durablement dans le temps. Le scandale Volkswagen, les rappels à la pelle, le ralentissement du marché chinois et les perspectives d’un marché américain qui serait arrivé à un point haut sont autant d’indicateurs qui inquiètent. Du coup, Peugeot-Citroën a effacé une partie des gains cumulés en 2015 avec une baisse de 23% depuis le 1er janvier. Son rival et compatriote Renault déplore la perte de plus de 21% de sa valorisation.  

Une vague qui touche aussi les équipementiers. Ainsi, depuis le 1er janvier, Faurecia a plongé de près de 18%, et Valeo a fondu de 23%. Un souci lorsque l’on sait les équipementiers détiennent les clés de la recherche et l'innovation de l'industrie automobile. Et c’est entre les mains des équipementiers que se trouve le potentiel de croissance.

Cette tendance est donc à surveiller et ce d’autant plus qu’elle pourrait s’accélérer dans le cas d’un  scénario qui verrait les investisseurs prendre prétexte de cette baisse des marchés pour engranger des bénéfices après des années de forte hausse. De quoi susciter une certaine tension autour de la publication des résultats annuels des entreprises. On a vu que quelques mots chez Mercedes interprétés comme du pessimisme ont provoqué un mécontentement boursier alors que les résultats étaient bons. On notera aussi que, dans la tourmente, Volkswagen a repoussé sine die son assemblée générale. Ceci sans parler d’un « subprime automobile » en formation de l’autre côté de l’Atlantique.

Citroen

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (5)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

on "n'investit " pas en Bourse, on joue à la hausse et à la baisse comme dans un casino géant, plus çà fluctue plus il y a des affaires à faire pour les spéculateurs

Par

Quand même paradoxal qu'au moment où le pétrole et les matières premières sont au plus bas ce qui représente, avec les taux d'intérêt à presque 0, les principaux vecteurs de la prospérité du secteur automobile, on assiste à une dégringolade de presque tout le secteur.

Par

Goldskin:, si les pétromonarchie se cassent la figure avec du pétrole trop bas, çà va impacté la demande globale mondiale donc aussi les constructeurs auto mais pas qu'eux donc la bourse dévisse

Par

bientôt la banqueroute mondiale, donc on s en fout

Par

En réponse à autobeauf

bientôt la banqueroute mondiale, donc on s en fout

Y' a quand même un fond e vérité ..là-dedans..!!

Les recommandations de C. SANNAT sont édifiantes, apprenez le potager pendant qu' il est temps..!!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire