Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Bus électriques : une recharge en 15 secondes à Genève

Bus électriques : une recharge en 15 secondes à Genève

Après les superchargers de Tesla, voici le "fast charging", lancé par la société ABB en Suisse afin de répondre à un besoin bien précis : celui de la recharge des transports en communs électrique au pays de l'horloge. Les chiffres sont en tout cas impressionnants avec seulement 15 secondes pour recharger un bus, grâce aux 600 kW.

Nous avions pu essayer il y a quelques semaines les fameux superchargers lors d'une prise en main de la Tesla Model S P90D et le moins que l'on puisse dire est qu'ils sont performants avec pas moins de 120 kW et 270 km d'autonomie rendus en seulement 30 minutes. Un dispositif bien pratique lorsque l'on veut récupérer facilement de l'autonomie sans pour autant patienter des heures, mais la puissance du supercharger est désormais dépassée par un système suisse proposant… 600 kW !

 

La société ABB a en effet lancé les stations de recharge pour les bus électriques qui feront la liaison entre Genève aéroport et la zone de  Praille-Acacias-Vernet. Les autorités publiques parlent de plus de 10 000 voyageurs transportés par jour dans ce bus articulé qui dispose de plus de 130 places.

 

ABB parle d'une recharge qui ne demande que 15 secondes et permet au bus de repartir afin de se rendre à la station de recharge suivante. Evidemment, à l'heure actuelle, on imagine mal une telle puissance de recharge pour des autos, ce qui, de plus, devrait être particulièrement nuisible pour la durée de vie des batteries qui n'aiment pas les recharges puissantes et fréquentes.

 

Mots clés :

Commentaires (27)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

" ABB parle d'une recharge qui ne demande que 15 secondes et permet au bus de repartir afin de se rendre à la station de recharge suivante. "

Et elle est située à combien la station de recharge suivante ?

1 km ? 10....100.... c'est peut être ça la question première à se poser non ?

Qui ici connait l'autonomie électrique d'un bus ( Paris commence à s'équiper avec des modèles chinois ).

Mais 600Kw....mazette...doit y'avoir du câble cuivre de fort beau diamètre à aller récupérer la nuit dans le coin là non ( remarque, en Suisse, le danger doit être bien moindre ) ?

Par

En réponse à roc et gravillon

" ABB parle d'une recharge qui ne demande que 15 secondes et permet au bus de repartir afin de se rendre à la station de recharge suivante. "

Et elle est située à combien la station de recharge suivante ?

1 km ? 10....100.... c'est peut être ça la question première à se poser non ?

Qui ici connait l'autonomie électrique d'un bus ( Paris commence à s'équiper avec des modèles chinois ).

Mais 600Kw....mazette...doit y'avoir du câble cuivre de fort beau diamètre à aller récupérer la nuit dans le coin là non ( remarque, en Suisse, le danger doit être bien moindre ) ?

Gen. Aéroporort à Praille, 14 km...

Par

En réponse à De Tavannes

Gen. Aéroporort à Praille, 14 km...

Bigre...quelle distance impressionnante... mais rien n'indique qu'il n'y ait pas des points de chute intermédiaires ( et c'est certainement le cas pour un bus ) où il serait question de biberonner...

Par

il est clair que préciser la distance n'aurait pas été superflu.

car si la recharge de 15 secondes ne permet de faire que quelques kilomètres...

même si effectivement on peut imaginer qu'en quelques minutes de recharge on puisse alors envisager de dépasser les 100km.

mais oui, ça manque d'explications et précisions...

Par

Il n'est pas possible d'avoir un bus électrique qui tienne toute une journée ? Etre obligé de recharger toutes les 15mn c'est curieux quand même... La question ne se poserait peut-être pas si l'intégrité des batteries n'était pas en jeu...

Par

Bonjour,

Effectivement, la recharge est bonne 3-4 arrêts, donc il y a les rechargeurs tous les 3-4 arrêts.

L'avantage c'est surtout que le réseau de transport peut se développer plus vite sans que ils ont besoin de poser les câbles électriques pour une alimentation comme pour le trolleybus ou tramway. Il faut compter que le poids d'un bus plein de voyageurs vide très vite une batterie.

Voilà, j'espère que c'est un peu plus clair.

Par

En réponse à roc et gravillon

" ABB parle d'une recharge qui ne demande que 15 secondes et permet au bus de repartir afin de se rendre à la station de recharge suivante. "

Et elle est située à combien la station de recharge suivante ?

1 km ? 10....100.... c'est peut être ça la question première à se poser non ?

Qui ici connait l'autonomie électrique d'un bus ( Paris commence à s'équiper avec des modèles chinois ).

Mais 600Kw....mazette...doit y'avoir du câble cuivre de fort beau diamètre à aller récupérer la nuit dans le coin là non ( remarque, en Suisse, le danger doit être bien moindre ) ?

Les bus testés à Paris sur la ligne 341 sont des Bluebus de 12 mètre de long de chez Bolloré avec une autonomie donnée entre 180 et 240km. Pas de recharge intermédiaire, la RATP si est toujours opposée sur ces lignes avec bus grand gabarit, mais tout peu évolué!!!)

Voilà informations données dans plusieurs quotidiens du mois de mai.

Pour cette charge, la puissance est énorme et le transformateurs ne doit pas être très éloigné, très grosse installation électrique et surtout installation délicate à placer dans un centre urbain comme Paris(j'ai déjà donné à Montmartre....)

Ces recharges intermédiaires sont souvent prévues pour les bus qui ont des lignes longues(plus de 300km) ou pour des bus équipés avec des super-condensateurs, Bolloré en testé un prototype à Paris vers les Champs Elysés.

Par

En réponse à Darcotech

Bonjour,

Effectivement, la recharge est bonne 3-4 arrêts, donc il y a les rechargeurs tous les 3-4 arrêts.

L'avantage c'est surtout que le réseau de transport peut se développer plus vite sans que ils ont besoin de poser les câbles électriques pour une alimentation comme pour le trolleybus ou tramway. Il faut compter que le poids d'un bus plein de voyageurs vide très vite une batterie.

Voilà, j'espère que c'est un peu plus clair.

Pas sur, car installer en ville des bornes de recharge n'est pas chose facile et surtout avec une telle puissance. Une autonomie de 250km sur une seule charge est bien plus facile à mettre en œuvre car tout se passe dans le centre bus comme pour une charge gasoil ou gaz.

Par

quoiqu'il en soit, je suis heureux qu'on remplace les bus diésel par des bus électriques. car c'est plus confortable pour tout le monde, ne serait-ce pour éviter les vibrations et le bruit.

Par

Je trouve l'idée intéressante mais déconnectée de la réalité.

Prendre en compte le fait qu'un bus s'arrête après quelques km et que ce temps d'arrêt permettrait de recharger les batteries jusqu'à l'arrêt suivant, c'est brillant.

Mais il faudra brancher et débrancher le bus, embaucher quelqu'un ou augmenter les durées d'arrêt de 30s, déjà que les bus sont relativement lents. Et ça c'est pas malin.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire