Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Chine et véhicules électriques : pique de tension avec l’Allemagne

La Chine a l’intention de faire de son marché une opportunité pour des voitures électriques en faveur desquels des quotas seront établis afin de mieux les imposer. Un signal clair pour les constructeurs qui vont devoir dévoiler leurs batteries pour que le courant passe avec les autorités du premier débouché mondial. Message reçu par L'Allemagne dont la chancelière est montée au créneau pour défendre ses marques nationales.

Chine et véhicules électriques : pique de tension avec l’Allemagne

C’est ce qui s’appelle défendre son industrie automobile. Avec une ferveur telle d’ailleurs que l’on ne peut s’empêcher de penser à une réelle complicité entre le monde politique et celui des marques nationales de voitures. Pour le meilleur et pour le pire, ce qui remet en perspective les errements de Volkswagen sur lesquels les explications sont toujours recherchées.

Mais c’est ainsi : lorsque la Chine envisage de fixer des quotas de véhicules électriques sur ses routes dans les années à venir, la chancelière allemande Angela Merkel décroche son téléphone pour savoir ce qu’il en est directement auprès des dirigeants chinois.

Ces derniers ne sont pas connus pour leur flexibilité et jouissent qui plus est d’une position de force offerte par leur marché qui est carrément le premier mondial. Et pourtant, après cet appel au contenu confidentiel mais à la démarche largement exposée, la Chine serait prête à assouplir sa position sur les voitures électriques.

"La chancelière fédérale a eu une conversation téléphonique avec le Premier ministre Li Keqiang, c'était un appel confidentiel et je ne peux donner aucun détail", a dit Steffen Seibert, porte-parole du gouvernement allemand, lors d'une conférence de presse à Berlin. Angela Merkel s'est directement entretenue au téléphone avec le Premier ministre chinois, Li Keqiang.

L'Allemagne a affirmé à cette occasion qu’elle soutenait le projet de la Chine de favoriser les véhicules électriques tant que cette politique n'est pas discriminatoire envers les constructeurs étrangers.

Mots clés :

Commentaires (17)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Euhh

La Chine veut limiter le nombre de véhicules électriques vendus ?

Par

Article modifié entre temps...

Par

Ou pas...

La phrase

"Mais c’est ainsi : lorsque la Chine envisage de fixer des quotas de véhicules électriques sur ses routes dans les années à venir(...)."

est tournée bizarrement

Par

Comme il est d'usage quand on base un article sur la reprise d'une dépêche, il faut préciser que l'information vient de REUTERS.

Par

En réponse à duriezro

Comme il est d'usage quand on base un article sur la reprise d'une dépêche, il faut préciser que l'information vient de REUTERS.

lundi 27 février 2017 13h15

BERLIN, 27 février (Reuters) - La chancelière allemande, Angela Merkel, s'est entretenue au téléphone avec le Premier ministre chinois, Li Keqiang, sur le projet chinois visant à fixer des quotas de véhicules électriques sur ses routes dans les années à venir, a annoncé lundi un porte-parole du gouvernement allemand.

"La chancelière fédérale a eu une conversation téléphonique avec le Premier ministre Li Keqiang, c'était un appel confidentiel et je ne peux donner aucun détail", a dit Steffen Seibert lors d'une conférence de presse de routine à Berlin.

Il a ajouté que l'Allemagne soutenait le projet de la Chine de favoriser les véhicules électriques tant que cette politique n'est pas discriminatoire envers les constructeurs étrangers.

Le quotidien allemand Handelsblatt a rapporté ce week-end que la Chine allait assouplir sa position sur les voitures électriques à la suite d'une conversation téléphonique entre Angela Merkel et Li Keqiang.

Selon le quotidien, les constructeurs automobiles allemands sont opposés à l'ampleur et au rythme du projet. (Joseph Nasr et Erik Kirschbaum, Claude Chendjou pour le service français, édité par Juliette Rouillon).

Par

les constructeurs autos vont voir qu'avec les chinois c'est pas si facile qu'avec les"politicards" européens et les américains ...

Par

En réponse à Windfrip

Ou pas...

La phrase

"Mais c’est ainsi : lorsque la Chine envisage de fixer des quotas de véhicules électriques sur ses routes dans les années à venir(...)."

est tournée bizarrement

Je crois que la Chine veut au contraire plus d'électrique et qu'à ce titre ils compte imposer aux constructeurs des quotats de véhicules électrique pour pouvoir commercialiser les thermiques.

Refexion à l'intention de Caradisiac:

Vous semblez sous entendre que le mélange politiques/Indi=ustriels de l'auto est une mauvaise chose en Allemagne car expliquant probablement le pourquoi VAG à fraudé pour plus de 10 millions de véhicules dont 80% vendus en Europe et qu'au final l'Allemagne le laisse tranquille....soit.

Mais si les politicards français avait défendu aussi bien nos industries que ce que les Allemands le font avec la leur au lieu de s'acharner à leur ettre des batons dans les roues nous aurions peut-être, je dis bien peut-être bon nombre de chômeurs en moins....et de devises à l'export en plus.

Par

Par delà le monde merveilleux et la praticité des voitures électriques, qu'on nous vend a longueur de page,j'aimerais savoir combien gagnent les constructeurs sur chacun de ces bijoux..s'il y en a 1 qui en gagne.

Par

la miss merkel qui prêche pour sa paroisse...

elle est loin, l'europe qu'on nous a vendue...

Par

Elles veut refourguer ses futurs parpaings électriques, pour réparer la grande muraille?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire