Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'inscrire

Conflit taxis-VTC : enfin une solution viable?

Le think tank Terra Nova propose ce matin une solution à l’impasse du conflit opposant taxis traditionnels et VTC. Le principe : faire racheter les licences des taxis par une structure privée agissant sous le contrôle de l’État, et couvrir le montant de la dépense grâce aux cotisations de l’ensemble des acteurs de la profession, dont le nombre doublerait par rapport à aujourd’hui.

Conflit taxis-VTC : enfin une solution viable?
Taxis d'un côté, VTC de l'autre : un conflit que les pouvoirs publics ont trop tardé à régler.

Depuis des mois, le bras de fer engagé entre les taxis et les VTC semble inextricable. D’un côté, on a des taxis opposés à la concurrence sauvage des Véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) - et tout particulièrement ceux qui utilisent des plateformes de réservation de type Uber - laquelle dévalorise les licences qu’ils ont acquises parfois à prix d’or (jusqu’à 230 000 € à Paris). De l’autre, on a des VTC qui défendent la libre entreprise et mettent en avant leur qualité de service supérieure à celle des taxis malgré des tarifs inférieurs.

Les licences au cœur du problème

À la clé, des tensions quotidiennes ou presque sur le terrain, qui culminent lorsque les taxis cherchent à mettre la pression sur les pouvoirs publics en bloquant la circulation et en organisant des manifestations parfois violentes, comme on avait notamment pu le constater le 26 janvier dernier. Pour régler les choses, seul l’État peut servir d’arbitre. C’est justement le propos du think tank Terra Nova, proche du pouvoir, et dont le but officiel est de « produire et diffuser des solutions politiques innovantes en France et en Europe. »

Ce jeudi, Terra Nova publie ainsi une étude intitulée « indemniser les taxis pour révolutionner le transport des personnes en France », dans laquelle il propose un moyen de régler une fois pour toutes la question des licences, qui constituent le nœud du problème, laquelle a été « soigneusement éludée par les différents gouvernements », qui la considéraient « comme subalterne, voire tabou » (Terra Nova dixit), à la fois parce qu’elles relèvent d’affaires privées, parce qu’il n’y aurait pas de raison que l’État n’aide pas aussi d’autres entrepreneurs, et enfin parce qu’une aide aux taxis aurait un coût extrêmement élevé s’il fallait rembourser à chacun sa licence.

4,5 milliards pour régler le conflit…

C’est pourtant une solution de ce type que préconise Terra Nova. Le principe consisterait en la création d’une structure privée qui, sous le contrôle de l’État, procéderait au « rachat » des licences sur la base de leur valeur historique d’acquisition, qui serait bien sûr actualisée et corrigée pour l'inflation. Ainsi, pour les 57 200 licences vendues entre 1990 et 2015, les auteurs, qui se basent sur différentes études publiées ces dernières années et des travaux réalisées par des économistes du secteur, valorisent les licences à une moyenne oscillant de 91 000 à 145 000 €, soit un montant global de 4,5 milliards d’euros. C’est cher, bien sûr, mais ce serait le seul moyen de moderniser un secteur aujourd’hui bloqué, alors même que l’offre de transports peine à satisfaire la demande (d’où le succès des VTC).

… sans dilapider l’argent public

Bien sûr, il ne s’agit pas de piocher dans les caisses d’un État désargenté pour procéder à une telle opération. Pour Terra Nova, la structure privée évoquée plus haut « pourrait se financer grâce à un fonds dédié, et un emprunt remboursé sur trente ans grâce aux cotisations versées par les professionnels du secteur. » Ledit secteur se libéralisant, le nombre de professionnels - on abandonnerait donc la différenciation entre VTC et taxis - passerait de 80 000 à 160 000. Avec un taux d’intérêt de 2 % (hypothèse de travail), les échéances annuelles s’élèveraient à 195 millions d’euros. Pour couvrir celles-ci, chaque chauffeur verserait des cotisations s’élevant à 1 625 € par an, soit 135 € par mois. Un mécanisme qu’un crédit d’impôt rendrait plus supportable, « d’autant que sa part dans le chiffre d’affaires diminuerait sensiblement avec le développement de l’activité. »

La proposition de Terra Nova, précisément chiffrée (elle n'est pas la seule, certes : on citera par exemple les travaux du chercheur au CNRS Richard Darbéra, que Terra Nova cite d'ailleurs à plusieurs reprises), a le mérité de s’attaquer à la question des licences qui constituent le cœur du problème. Le tout serait réalisé sous le contrôle de l’État qui, en coordonnant le mouvement sans en avoir la charge financière, jouerait pleinement son rôle en garantissant le bon fonctionnement d'un système qui, tel qu'il se présente aujourd'hui, a clairement atteint ses limites.

Portfolio (2 photos)

Poursuivez votre lecture :

Vidéos populaires

Commentaires (22)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

ils ont réussi à trouver une solution perdant/perdant/perdantS . ça peut fonctionner :biggrin:

Par

Le cout des licences, une inflation artificielle cree par les txis eux memes pour leur propre benefice. Une licence de 230 000 euros, amortie sur 10 ans (les taxis a Paris font moins de 10 ans ce boulot), ca fait 23 000 euros. Disons 250 jours de boulot par an (soit 5j de travail par semaine sans vacances!), cela fait qu'avant meme de commencer ca journee, un taxi doit gagner 92 euros pour la rembourser!!! Soit deux trajets sur CDG avant de commencer a payer son essence, etc... Donc oui, la licence est maintenue trop chere par les taxis qui se la revendent entre eux a +20% qu'achetee - et en meme temps se payent au black. Soit rien d'autre qu'une jolie pyramide de Ponzi, dont les VTC accelerent simplement l'ecroulement. Juste incroyable que Terra Nova (institut affilie au PS) essaye de legitimer cela - travail de preparation avant les elections afin de glaner des electeurs-taxis reconnaissant....

Par

J'adore le "VTC : 100 € / Taxi : 240 000€ "

Le mec pleure sa License mais s’achète quand même une classe E à 60 briques et viens ensuite chialer les tarifs et prestations ultra concurrentielles , c'est tellement risible .... :ptdr:

Par

les licences étaient gratuites à la base il me semble après si des décennies plus tard ils ont décidé de se les refiler à 240 000 euros c'est "leur problème" à régler "entre eux " :coolfuck:

Par

Encore un truc qui cause d' un truc dont il ignore tout. Normal c' est des experts..

On reprend donc le texte dans le texte .." Ainsi, pour les 57 200 licences vendues entre 1990 et 2015, les auteurs, qui se basent sur différentes études publiées ces dernières années et des travaux réalisées par des économistes du secteur "....

Soit il s' agit de faire du vent pour faire du vent, soit ils sont particulièrement incompétent chez terra Nova le " think tank "...

J' ai rien à foutre dans le business du taxi mais pourtant je sais que les transactions doivent obligatoirement être déclaré.... un en mairie et deux accéssoirement au fisc..

Donc pourquoi aller voir des fumisteries du genre des travaux de plusieurs années des économistes du secteur ?

Ensuite il conviendrait avant de faire du vent pour du vent d' aller au fond des choses.

L' activité taxi ne transporte pas spécialement un promeneur mais intervient beaucoup au frais de la sécu.. transport assis de personnes que çà s' appelle.

Du truc qui gagne gras. Faudrait saquer çà aussi ( les ambulanciers itou ).

Par

Donc des licences acquise gratuitement et revendu en marché noir vont maintenant être racheté pour contenter ces pauvres taxi-man. Et après on se demande pourquoi on va dans le mur...

Par

Je vois maintenant les taxis hurler car le prix de rachat est largement sous évaluer.

Dans l'idée je trouve ça pas con. Mais par contre comment ils comptent procédés. Un rachat complet et immédia? Ça peut marché mais ça veut dire qu'il va falloir prendre un crédit de 4,5 milliards... Sans compter sur les intérêts à rembourser pour ça.

Ou un rachat au compte goute. Mais à ce moment là, soit on va avoir une situation transitoire, source de conflit où les anciens taxis auront une nouvelle concurence dont ils ne pourront rien faire pour concurrencer et donc accumuler les dettes le temps que l'état lui rachète sa licence.

Par

je suppose qu'une licence correspond a un fond de commerce. Donc cet achat est amortissable .

Si l'achat a été amortis ,je ne vois pas pourquoi il devrait étre remboursé par l'état.(de toute facon s'il est

remboursé il rentrera en bénéfices exceptionnels ;je pense que les anciens ne partagerons pas mon avis, car ils serons privés de leur plus value commerciale.Mais aprés tout c'est la vie.Un salarié a t'il une garantie de l'emploi . un commerce a t'il une garantie de survie? Par contre il faudrait considérer les taxis endettés actuellement pour avoir acheté cette licence.bref ,le montant a rembourser serait acceptable.

Par

Le fond du problème serait donc tout bêtement l'argent ? Mince alors, ces taxis m'ont presque fait croire qu'ils étaient philanthropes et qu'ils œuvraient pour la démocratie.

A partir du moment ou l'on parle de revente de licences, moi qui ne suis ni des impôts ni du gouvernement, j'appelle ça une opération financière frauduleuse. Nous rappellerons à l'auditoire que les licences sont délivrées gratuitement par l'état.

Avant même de transporter leur premier pinpin et de baiser les impôts en réalisant une majorité de course non déclarées, nos amis taxis sont déjà hors du circuit... Maintenant, nous allons payer une structure financière de rachat de licence, rachat de dettes créées par la spéculation rappelons-le, pour préserver des taxis qui continueront à ne pas déclarer le gros de leur chiffre d'affaires, tout en pratiquant des prix délirants et en étant désagréable au possible...

Elle est pas belle la salade ?

Merci à Arnime, qui plus haut nous a rappelé la belle pyramide de Ponzi. La différence avec les taxis ? Eux sont tout aussi coupable mais se posent en victimes... Et si on dénonce cela, ils deviennent violent jusqu'à ce que les autorités s'agenouillent... C'est écœurant.

Par

Punaise quel niveau de cour d'école ici! Depuis quand la vente d'une licence d'une profession règlementée est une opération frauduleuse?

T'as les diplômes pour devenir notaire, pharmacien, taxi,... t'as le droit d'acheter une licence au prix du marché, le fisc est bien content de te pomper un max de pognon au passage et les banques étaient bien contentes de te financer, tant que les règles du jeu étaient claires.

Là c'est l'Etat qui décide de dérèglementer en ruinant clairement les types quoi se sont endettés pour 10 à 15 ans en se portant garantie solidaire de leur commerce et qui vont se trouver tout bonnement ruinés.

Que l'Etat assume sa connerie et accepte la responsabilité financière de ses décisions, mince!!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire