Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Constructeurs : la leçon de gramme air

Constructeurs : la leçon de gramme air

Il n’y a pas si longtemps, les constructeurs cherchaient à mettre dans leurs modèles une philosophie propre à leur histoire et à leur entreprise, et cela passait par une mélodie à l’échappement, une recherche singulière de la puissance, une finition identitaire, des courbes particulières. Aujourd’hui, les mêmes doivent concentrer leurs ressources pour arriver à une seule fin : réduire les émissions de CO2, un Graal imposé par un contexte réglementaire qui a vocation à s’endurcir avec le temps.

Et ce temps, c’est de l’argent. Une conjoncture aux airs de goulot d’étranglement, qui finira par étouffer l’automobile au fur et à mesure que le politique resserrera le nœud. Et il y sera d’autant plus encouragé qu’on a voulu le rouler dans la farine. Il faudra bien essuyer les plâtres de Volkswagen.

L’échéance est celle-ci : des voitures émettant moins de 95 grammes de CO2 par kilomètre, soit le niveau d'émission que devront atteindre en moyenne les gammes européennes début 2021, contre 130 g en 2015. Concrètement, ces 95 grammes induisent une consommation de 4,1 litres d'essence ou de 3,6 litres de gazole aux 100 km. Tout excédent à ces 95 grammes signifiera une pénalité de 95 euros par voiture et gramme de CO2 excédentaire. Une sanction aux airs de dizaines de millions d'euros.

Alors on travaille chez les constructeurs. Et les sous-traitants sont mobilisés. Avec un vieux dicton de la compétition qui revient au goût du jour : le poids c’est l’ennemi. Une gageure car plus de 50 % des dépenses de recherches et développements des constructeurs sont imposées par les mises aux normes. Tout est passé au crible : l'électronique, les matériaux, le design, l'aérodynamique…

L’électrification et l’allégement sont des chantiers ouverts. Des opportunités pour certains. Ainsi, Valeo, comme d'autres, œuvre à l'hybridation via des alterno-démarreurs et des compresseurs électriques qui évitent de trop solliciter le moteur thermique hors de ses conditions optimales de fonctionnement, comme dans le trafic dense et en phase d'accélération.

Faurecia, qui fabrique entre autres des sièges et des planches de bord, travaille depuis dix ans sur la réduction des masses, en optimisant l'architecture des pièces et leur méthode de soudure ou en utilisant des matériaux innovants, tels les composites dont il s'efforce d'abaisser le coût. Faurecia conçoit aussi des lignes d'échappement combinant plusieurs fonctions de filtration et allégées. Il développe même un dispositif pour récupérer leur énergie thermique, sur le principe de la turbine à vapeur.

Dans la même tendance, on rend la climatisation plus efficace puisqu’elle est le deuxième consommateur d'énergie après le moteur. On choisit également les ampoules à LED, cinq fois moins gourmandes que celles à filament.

Un effort colossal pour des résultats calculés au gramme près : le budget est de l’ordre de deux à quatre euros du kilo gagné alors que réduire la masse d'une voiture de 10 à 12 kg permet de grappiller un seul gramme de CO2. Un investissement qui a aussi un coût sur la voiture proposée au consommateur. Jusqu’où sera-t-il prêt à payer ?

Mots clés :

Commentaires (13)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Enquête magistrale monsieur Lecondé :bien:

Par

Oh c'est bizarre mais j'ai l'impression que cet article ressemble étrangement à cet autre article publié 2 jours plus tôt :

http://www.lepoint.fr/automobile/innovations/automobile-la-chasse-au-gramme-de-co2-s-intensifie-03-03-2017-2109011_652.php

qui est lui même tiré d'une dépêche AFP mais au moins ils le mettent.. Pareil chez le parisien :

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/emissions-de-co2-la-guerre-des-grammes-fait-rage-dans-l-automobile-03-03-2017-6729285.php

Ils ont aussi la décence de mettre l'AFP en auteur.

La moindre des choses c'est de citer votre source qd vous pompez l'intégralité de l'article chez quelqu'un d'autre.

Par

L'inspecteur Lecondé serait du genre Pénélope au Monde Diplomatique ?

Allons allons....

Par

....non, pas au Monde Diplomatique....a la Revue des Deux Mondes....

Quelle publication compte le plus de lecteurs ?

Par

Recopie mot pour mot d'un article de CCFA publié il y a quelques jours.

Bon pour faire une étude originale, il faudrait plutôt s'intéresser aux particules fines

exemple

Peugeot 208 diesel BlueHDI 100 https://www.adac.de/infotestrat/tests/eco-test/detail.aspx?IDMess=3905&info=Peugeot+208+BlueHDi+100+STOP%26START+Allure

sic Particules fines PN : 0,0052 10¹¹/km soit 0,5 milliard/km

Toyota Yaris Hybride https://www.adac.de/infotestrat/tests/eco-test/detail.aspx?IDMess=3939&info=Toyota+Yaris+Hybrid+Style

sic Particules fines PN : 1,45907 10¹¹/km soit 146 milliards de particules fines/km soit 300 fois plus de particules fines que la 208 Diesel

Smart 90CV (alias Twingo TCE90) https://www.adac.de/infotestrat/tests/eco-test/detail.aspx?IDMess=3915&info=smart+fortwo+cabrio+0.9+turbo+prime+twinamic

sic Particules fines PN 828,44357 10¹¹/km soit 82844 milliards de particules fines/km soit 165000 fois plus que la 208 diesel

Moralité : pour baisser le cO2 et surtout le sparticules fines, roulez au diesel, pas à l'essence

LOL

Par

En réponse à roc et gravillon

....non, pas au Monde Diplomatique....a la Revue des Deux Mondes....

Quelle publication compte le plus de lecteurs ?

Le diplo, forcément nous l'avons a la maison.

Par

Un exemple du machin qui est là pour satisfaire une norme de mesure: le stop & start.

Sur la mazda 6, 100 mille km, 50 heures d'arrêt. Soit, sur la base de 1,35 euro le litre et 0,5l/h a l'arrêt un gain de 25 litres et 33,75 euro. Résumé 12 euro par an d'économie ou 8l/an.

Dérisoire, a réserver sur option a des voitures qui vont plus souvent en ville. Ou bien comme chez Jaguar, désactivable pas le concessionnaire.

Par

En réponse à GY201

Un exemple du machin qui est là pour satisfaire une norme de mesure: le stop & start.

Sur la mazda 6, 100 mille km, 50 heures d'arrêt. Soit, sur la base de 1,35 euro le litre et 0,5l/h a l'arrêt un gain de 25 litres et 33,75 euro. Résumé 12 euro par an d'économie ou 8l/an.

Dérisoire, a réserver sur option a des voitures qui vont plus souvent en ville. Ou bien comme chez Jaguar, désactivable pas le concessionnaire.

éh oui le start and go... désactivez le!!! c'est 2O euros d'économisé par an...

mais c'est un turball... un démarreur voir les 2...tous les 1OO OOO!!!

et surtout une batterie tous les 3 ans au lieu de 6!!!

la plus grosse merde inventée uniquement pour gratter sur banc quelques décilitres...

dans la vrai vie;.. moteur jamais en témpérature et consommation identique...

Par

Ce style ampoulé et ces "effets de style" poussifs à chaque article... Pffff :bah:

Par

La fin des voitures classiques, Ess et Diesel, l'avenir sera Électrique et Hydrogène, la transition passera par l’hybride pour des questions d'autonomie et de coût...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire