Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Continental & Gurel, épisode 6: le pneu en 10 leçons

Dans Moto / Equipement

Continental & Gurel, épisode 6: le pneu en 10 leçons

Pour ce 6ème opus Philippe Gurel met en scène une prof que tout ado rêverait d'avoir. Capable d'attirer sans difficulté son auditoire la dite "maîtresse" nous parle des pneus en 10 points.


Il ne vous reste plus qu'à bucher votre leçon avant l'interro. Et si ça ne vous suffit pas retrouvez ici notre dossier pneu... histoire de ne pas se tromper en mettant la gomme!


1) Son rôle


  • Il est absolument crucial. C'est le seul point de contact entre la route et la machine et la surface de gomme au sol représente seulement l'équivalent de deux cartes de crédit. Elle doit pourtant assurer la transmission de la puissance d'accélération mais aussi de freinage, procurer de l'adhérence en courbes à basse et haute vitesse et offrir un pouvoir de guidage sur le sec comme sur le mouillé, sur bon ou mauvais revêtement, apporter du confort, de la longévité, résister aux agressions et chocs divers, subir de grandes variations d'utilisations et de températures. D'où l'intérêt de s'y intéresser régulièrement.

2) Sa surveillance


  • Avant tout c'est celle de la pression qui est la plus importante, car d'elle dépendront à la fois les performances et l'usure du pneu. Mais une vérification régulière de l'aspect de la bande de roulement et des flancs permettra aussi de déceler d'éventuelles craquelures, coupures ou hernies engendrées par des chocs en circulation qui conduiront forcément au remplacement du ou des pneus incriminés.

3) Quand changer ses pneus ?


  • Lorsque la bande de roulement laisse affleurer les témoins d'usure signalés par le sigle « TWI » (pour Tread Wear Indicator), cela signifie que l'on est arrivé à l'usure maximale et que la profondeur des sculptures n'est plus que de 1,6 mm. Par temps de pluie, le pneu n'assurera plus correctement l'évacuation de l'eau, favorisant aquaplaning et pertes d'adhérence. Le freinage en pâtira aussi, même par temps sec. Une profondeur minimum de 2 mm paraît plus recommandable.

4) Comment les changer ?


  • L'idéal est de les changer par paire pour préserver l'équilibre de la moto. Mais certains conducteurs usent deux pneus arrière pour un pneu avant. Si l'on ne remplace qu'un des deux pneus, il ne faut surtout pas mélanger les profils et les marques, au risque de déstabiliser complètement la moto. Les manufacturiers, dont Continental, travaillent en effet sur des couples « pneu avant + pneu arrière » qui procurent les meilleurs résultats lorsqu'ils sont associés.

5) Comment les choisir ?


  • Chaque type de moto utilise un type de pneu qui lui est spécifique : puissance, géométrie de la partie-cycle, poids de la machine et utilisation à laquelle on la destine, orientent vers une gamme particulière.

Chez Continental il existe des gammes de pneus motos destinées à toutes les catégories, des trails aux hyper sportives, en passant par les anciennes - qui bénéficient ici de pneus radiaux - les GT, ou les customs.


Continental & Gurel, épisode 6: le pneu en 10 leçons


6) Le rôle de la pression


  • La bonne pression dans un pneu est indispensable pour plusieurs raisons. Elle procure un comportement équilibré à la moto, elle réduit l'usure du pneu ainsi que la consommation et assure confort, stabilité et adhérence. Un pneu sous-gonflé donne une direction floue, dégrade tenue de route et freinage, fait chauffer le pneu et entame sa durée de vie. A 130 km/h un pneu effectue 20 révolutions à la seconde. S'il est sous-gonflé, sa carcasse métallique souffre, un peu comme un trombone que l'on plie et déplie jusqu'à ce qu'il casse.

Il est particulièrement important de vérifier et d'adapter les pressions tous les 15 jours et avant chaque grand voyage.


Certaines motos sont aussi équipées de pneumatiques à chambre à air, alors que la majorité des motos utilise des pneus tubless.


Le montage à chambres à air, souvent associé à des roues à rayons pour des raisons de « style » représente beaucoup plus de risque que le montage tubless.


En effet, en cas de crevaison un pneu à chambre perdra instantanément la pression pouvant occasionner une perte de contrôle et un accident, alors que le pneu tubless crevé, permettra encore de rouler. D'où l'intérêt d'inspecter régulièrement l'état des pneus.


7) Comment faire sa pression ?


  • Idéalement la pression, primordiale sur un deux-roues motorisé, doit se faire tous les quinze jours. Sur des pneus froids, c'est-à-dire n'ayant pas roulé plus de trois kilomètres sans dépasser 60 km/h. La bonne pression est indiquée dans les papiers, notices de la moto. Si l'on part seul pour un trajet autoroutier ou avec passager et/ou bagages sur le réseau secondaire, on augmentera la pression de 300 g par pneu par rapport à la pression normale. Surtout, on ne dégonflera jamais des pneus chauds.

L'utilisation d'une moto à l'occasion d'une utilisation sur circuit peut donner lieu à une modification des pressions, spécifiques à cette utilisation. Les moniteurs pourront, dans ce cas, vous en informer.


8) Quel pneu choisir ?


  • Chaque machine est homologuée par son constructeur avec des pneus avant et arrière aux dimensions spécifiques. Ceux-ci possèdent également des indices de vitesse et de charge qui doivent absolument être respectés. Monter un pneu d'une taille différente de l'origine, ou avec d'autres indices de vitesse ou de charge, ou encore des pneus trail sur une routière rendra la moto moins sûre et non conforme à ses caractéristiques d'origine, ce qui peut poser des problèmes d'assurance en cas d'accident.

Sachez vous poser les bonnes questions sur ce que vous attendez de vos pneus avant l'achat, écoutez aussi les conseils des experts, et souvenez vous aussi que le meilleur pneu sera celui qui collera le plus à vos besoins, et que vous devrez apprécier ce choix pendant des mois, et des milliers de kilomètres, à chaque kilomètre, chaque virage, chaque freinage.


9) Comment réparer une crevaison ?


  • Sauf très rare exception, les pneus des machines récentes sont des tubeless qui ne possèdent donc pas de chambre à air. En cas de crevaison, il est possible de se dépanner provisoirement avec une bombe anti-crevaison ou un kit de réparation permettant de poser une mèche sur le pneu. Mais dans tous les cas il faudra passer rapidement chez un professionnel qui démontera le pneu afin de vérifier que la carcasse n'a pas été endommagée et qu'aucun corps étranger n'est présent à l'intérieur de l'enveloppe. En aucun cas on ne montera de chambre à air dans un tubeless car cela reviendrait à introduire un corps étranger et risquerait de provoquer un échauffement du pneu.

10) L'équilibrage à quoi ça sert ?


  • Un pneu et une jante ne sont pas des cercles parfaits et la valve à elle seule pèse quelques grammes qui vont jouer dans les révolutions qu'effectue la roue complète, c'est-à-dire le pneu et sa jante. L'équilibrage sert donc à éliminer les vibrations induites par un balourd éventuel du pneu et l'implantation de la valve. Indispensable sur la roue avant, il est également recommandé sur la roue arrière. Sans équilibrage, de fortes vibrations ont toutes les chances d'apparaître au niveau de la fourche et de la roue avant entre 90 et 130 km/h.

Conclusion


  • Aucun autre élément de votre moto est aussi important que le pneu pour votre sécurité.

Choisissez le pneu le mieux adapté à votre besoin, pensez à le gonfler et le vérifier régulièrement, pour qu'il vous apporte, plaisir, performance et sécurité durant toute sa vie.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire