Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Contrôle Technique : justifications ou précisions du CNSR?

Dans Moto / Pratique

Contrôle Technique : justifications ou précisions du CNSR?

Alors que la manifestation de la Fédération française des motards en colère (FFMC) débute demain sur le thème « Stop au contrôle technique des deux et trois-roues motorisés ». La DSCR sort de son mutisme et lance une offensive de dernière minute pour apporter des « précisions sur le bien-fondé de cette mesure prise par le gouvernement dans le cadre du Comité interministériel de la sécurité routière du 2 octobre 2015. »


La sécurité routière fait donc en premier lieu un rappel sur le risque de rouler à moto (23 fois plus élevés qu'en voiture) et sur les chiffres de 2015 (en baisse). Elle spécifie qu'en plus du CT à la revente, les mesures concernent aussi l'obligation de porter des gants ( à quand le blouson, le pantalon, la dorsale ou les bottes ?), la modification du permis moto avec le A2 et une période probatoire assortie d'une formation de 7 heures et l'uniformisation des plaques d'immatriculation (un rapport avec les accidents ?).


En ce qui concerne plus spécifiquement le contrôle technique, la France a demandé à EuroNCAP de développer un « label » à l'image de celui des voitures. Il complète les mesures de la circulation inter-files, l'implantation de panneaux fusibles et l'interdiction des vitres teintées pour la visibilité.


La DSCR annonce d'ores et déjà que la mise en place du CT à la revente se fera dès le second semestre 2017 et rappelle que c'est une obligation européenne déjà en vigueur dans 17 autres états de l'UE : « . La France, comme les autres États européens, a l'obligation de transposer cette directive avant mai 2017 ».


La sécurité routière va même plus loin dans ses propos en accusant la FFMC de faire circuler de fausses informations :


« Contrairement aux affirmations de la FFMC, il n'a jamais été question d'un contrôle périodique mais d'un contrôle, effectué par un organisme agréé, uniquement au moment de la revente d'un véhicule. L'objectif est de renseigner l'acheteur, mais aussi de le rassurer, sur l'état du véhicule qu'il souhaite acquérir. Cette mesure concernera environ 600 000 transactions annuelles, soit un cinquième du parc circulant en France. »


La question peut également se poser de savoir si le CT à la revente, n'est pas le moyen d'entrer par la petite porte pour ensuite généraliser un contrôle régulier ?


En rapport avec le rapport Maids (Motorcycle Accident In Depth Study)

La sécurité routière reprend les arguments de l'association qui explique les accidents qui ont pour cause une défaillance technique sont de l'ordre de 0,3% et la nuance en annonçant ses propres statistiques.


Elle admet que les 0,3% sont exactes mais que la défaillance technique en conjugaison avec d'autres facteurs monte ce chiffre à 5% car « l'état des véhicules après un accident permet rarement de déceler l'anomalie technique responsable. »


« Le contrôle technique obligatoire, dont le prix sera contenu, est donc bien une mesure de sécurité routière susceptible d'épargner de nombreux


ses vies et de nombreuses blessures. Feux stop et clignotants défectueux, bruit excessif, échappement non conforme. Le bilan des procès-verbaux délivrés lors des contrôles des forces de l'ordre centré sur la conformité technique des deux-roues motorisés sont édifiants. »


Dans les faits le contrôle technique comportera :


  • Feux stop
  • Clignotants
  • Bruit excessif et échappement
  • Vitesse
  • Freinage
  • Émissions polluantes
  • État général du véhicule
  • Certificat d'immatriculation

Nous ne doutons pas que le FFMC ne va pas rester sans réponse face à ces annonces. Nous restons nous même extrêmement dubitatif et avons le sentiment que le monde de la moto reste encore en marge et mal connu de nos dirigeants tant les mesures manquent de pragmatisme.


Mots clés :

Commentaires (4)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

"Elle admet que les 0,3% sont exactes mais que la défaillance technique en conjugaison avec d’autres facteurs monte ce chiffre à 5%" = La défaillance technique représente 0.3% des accidents mais si on rajoute toutes les autres causes cela représente 100% des accidents... Putain tu m'étonnes John ! C'est Jean-Michel Lapalisse qui s'est exprimé pour la sécurité routière non ? « Le contrôle technique obligatoire, dont le prix sera contenu, est donc bien une mesure de sécurité routière susceptible d’épargner de nombreux ses vies et de nombreuses blessures. Feux stop et clignotants défectueux, bruit excessif, échappement non conforme. Le bilan des procès-verbaux délivrés lors des contrôles des forces de l’ordre centré sur la conformité technique des deux-roues motorisés sont édifiants. » Ah le nombre de morts par assourdissement évité grace au CT et son controle des échappements..... "Dans les faits le contrôle technique comportera :  Feux stop  Clignotants  Bruit excessif et échappement  Vitesse  Freinage  Émissions polluantes  État général du véhicule  Certificat d’immatriculation" Heureusement que le CT va arriver, l'acheteur potentiel serait incapable de vérifier ces choses là, surtout après la "pauvre" formation qu'il a reçu au permis. Sinon vérification des suspensions, de l'intégrité du cadre, des choses qui concrètement servirait à la sécurité ? non ? c'est trop compliqué ?

Par Anonyme

Vitesse : je ne comprends pas du tout ce qui peut être controlé de ce côté... Vitesse lors du controle en atelier : Zéro km/h Vitesse lors d'un éventuel essai routier : 50 en ville, 90 sur route, 130 sur autoroute française, et illimitée sur circuit fermé...

Par Anonyme

 Je lis au moins quatre mensonges dans l'argumentaire de la DSCR : - il n'y a pas d'obligation de transposer la directive, le CT ne sera même pas obligatoire pour les États qui auraient pris d'autres mesures ayant permis une baisse de la mortalité routière ! - aucune statistique ne permet d'aboutir à ce chiffre de 5 %, étrangement, ce chiffre est celui qui a été avancé par Dekra au niveau européen... La DSCR en cite d'ailleurs un autre dans ses rapports : 6 %... Depuis 2 ans, c'est à dire depuis la volonté d'imposer, sans succès, le CT européen !  - les feux défaillants sont du ressort du conducteur, on n'a pas à attendre la date du CT pour y remédier  ; et sinon, le rapport d'un échappement non homologué avec la sécurité routière ? - le CT périodique est bien évidemment la suite logique, c'est d'ailleurs l'argument de l'administration pour inciter les centres à s'équiper, l'opération n'étant pas rentable autrement.

Par Anonyme

deux remarques à propos de ce probable controle technique. Vitesse :le controleur va prendre la moto et faire un essai sur route ? ou il lui faudra avoir un banc de puissance , Pour ce qui est du freinage pareil ? Ou tout simplement un visuel sur l'état des plaquette . Je continue à penser que c'est une affaire de gros sous !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire