Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Dakar 2011 : Interview de David Castéra, le "traceur" du Dakar

Dans Moto / Sport

Dakar 2011 : Interview de David Castéra, le "traceur" du Dakar

David Castéra est rentré en France environ une semaine après les concurrents. Le temps de lui laisser régler les affaires courantes, caradisiacmoto voulait connaitre son sentiment de ce 1er Dakar tout 450 pour les pilotes professionnels.


Le tracé a été un peu plus adapté aux moteurs moins gros en cylindrées, avec des parcours plus techniques.


Pour tous les amateurs propriétaires de grosses KTM, des 640 aux 690, et même les 525, c'était la dernière apparition. On nome KTM parce qu'ils étaient la référence en gros moteurs, mais il en sera de même l'an prochain quelque soit la marque. Le nombre de pilotes Français, majoritaires mais en très forte baisse depuis 2-3 ans, risque bien de diminuer encore.


  • ----------------------------------------------------------------------------------------

Quel bilan sportif de ce 3ème Dakar Sud-Américain ?


Un bilan globalement positif, avec des écarts en moto un peu plus faibles. La course s'est bien passée, c'était plus difficile que l'an dernier, ça c'est certain, mais une belle course, donc on n'est dans l'ensemble assez satisfait de cette édition.


Tu m'avais dit : « A Cordoba on prendra plein Nord, ce sera l'Auvergne et le Colorado en quelques kilomètres », les pilotes ont apprécié la piste et le décor.


Je me doutais que cette édition serait la plus belle, on commence à connaître, on a de l'expérience, on commence à savoir où aller, où ne pas aller. On avait beaucoup travaillé sur la découverte de nouveaux paysages. Là, un coup c'était vert, un coup c'était le désert, on a marqué le coup sur ces paysages. Ca fait aussi parti du Dakar, il n'y a pas que le sport, il y a la découverte, et là de ce coté ça a été réussi. De plus ce n'est pas du tout droit, il y avait du pilotage. Notre problématique aujourd'hui, c'est le Chili, le sol ne se tient pas, si tu veux, au Chili, il ne pleut pas donc le sol ne se compacte pas, et on a beaucoup de fech fech.


Tu avais annoncé un Dakar « crescendo », pour les amateurs, c'est bien, ça permet de faire quelques étapes pas trop difficiles, ça s'est révélé plus coriace que prévu ?


Oui, ce sont surtout les deux étapes avant la journée de repos qui ont piégé pas mal de concurrents, à cause de ses sols dont je viens de parler. Ca s'est creusé plus que prévu, donc ils sont arrivés à la tombée de la nuit dans les dunes. C'est monté un peu plus vite en pression que ce que l'on pensait. Les moyennes, après le milieu de plateau, ont été beaucoup plus basses que ce que l'on pensait. Ils arrivent tard dans la nuit, pas de sommeil, il faut repartir au petit matin, ça s'enchaine et voilà.


Mis à part « les galériens » de fond de classement, les pilotes moto ont apprécié les dérivations du parcours auto-camion.


Evidement, c'est bien pour cela qu'on le fait, on le fait évoluer petit à petit, mais on ne peut pas faire cela partout. On l'a fait sur 5 étapes cette année, et on va continuer à le travailler.


Les tops étaient en 450cc, les pilotes les plus rapides sont les mêmes, la marque victorieuse est la même, donc pas de changement ?


Aujourd'hui ceux qui gagnent sont les meilleurs pilotes, je ne pense pas que la moto, ce soit elle qui ait fait la différence. Bien qu'en terme de fiabilité, KTM a utilisé ses 3 moteurs, alors que chez Yamaha, ils avaient encore un moteur de réserve, ils sont donc un peu plus fiables, mais ils ont eu d'autres soucis. Chez KTM, il ne faut pas enlever le fait qu'ils ont les deux meilleurs pilotes du monde, il n'y a pas de changement radical. Tant que les deux sont chez KTM, ça va être compliqué, mais on peut remarquer qu'il y a du resserrement, il y a plus de teams, plus d'effervescence, en tant qu'organisateur, je ne rêve que d'en voir un des deux aller chez un autre constructeur que KTM, ce qui n'enlève en rien à KTM quoi que ce soit.


Ils se sont investi plus de 10 ans, en terme de moyens mais, ils ont les deux meilleurs pilotes je crois.


L'an prochain, si des pilotes veulent faire le Dakar avec disons, un 600 XR, un 600 XLR de 25 ans, un 600 DR ou la mythique 500 XT, sera-t-il accepté ?


Non, ceux là on ne les a déjà plus, mais si on a un « farfelu » ce sera non, j'ai toujours essayé d'être gentil, faire en sorte d'arranger tout le monde, mais si tu en prends un, tu te retrouves avec dix. Donc il n'y aura pas de dérogation au-delà de 450cc.


Tu as vu Laia Sanz avec Jordi Arcarons, tu en penses quoi ?


Oui, j'en pense qu'elle n'avait pas besoin d'Arcarons pour arriver là où elle est arrivée. Elle a eu de la régularité, pas forcément la plus rapide en fille. Annie Seel a été devant, mais elle a eu plein d'ennuis la seconde semaine. L'Espagnole a été régulière, bien conseillée, c'est quelqu'un qui a un physique, de l'expérience. Elle est à sa place, c'est une belle performance.


Aura-t-on en 2012 une étape au Pérou, en Bolivie ?


C'est pas ça, ce que je peux te dire, c'est qu'il y aura des pays supplémentaires, avec des villes de départs et d'arrivées nouvelles, avec ça je t'en ai dit beaucoup. On travail sur de la nouveauté, il y en aura, le Pérou c'est compliqué, la Bolivie, on a une équipe qui y va la semaine qui vient. Donc voilà.


Bien, merci David et à plus tard.


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire