Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Dakar 2011 : Interview Hugo Payen : "Je devais finir"

Dans Moto / Sport

Dakar 2011 : Interview Hugo Payen : "Je devais finir"

Hugo Payen, qui a sa place dans nos colonnes depuis quelques années, a (enfin) terminé ce Dakar 2011. C'était obligatoire.


Pourquoi obligatoire, Hugo, on peut le classer dans les pilotes amateurs très éclairés. C'est-à-dire qu'il ne fait pas parti de ces galériens qui savent le matin, qu'ils partent pour 12, 15 ou 17 heures de moto.


Hugo n'a pas non plus la prétention de suivre les meilleurs, mais c'est un pilote qui peut finir régulièrement les étapes à une petite heure du vainqueur, voir mieux selon les circonstances.


Hugo devait finir, car depuis son 1er Dakar qu'il termine, le second se solde par 2 poignets cassés et les deux suivants par des abandons sur casses mécaniques. Un 4ème résultat blanc n'était pas envisageable.


Hugo en profite ici pour remercier tous ses partenaires, quelque soit leur soutient. En particulier : Sloma, location de matériel de travaux publics, PKF, qui s'occupe de la déco de la moto, et la Soca, un fabricant d'intérieur comme des sièges et Dorcel.


  • -------------------------------------------------------------------------------------

Hugo, quand tu as rallié Buenos-Aires, un gros « ouf » ?


Ha oui alors, un gros ouf, je finis 48ème, la place n'est pas celle que je voulais, c'est un peu loin. Mais sans assistance, il faut être réaliste, je remporte le trophée « malles », c'est bien.


J'ai un peu mal vécu ce Dakar, j'avais tellement de pression de devoir finir absolument, j'avais tellement la crainte qu'il m'arrive quelque chose, j'étais toujours anxieux. Très gros soulagement le dernier jour.


Cet impératif de finir t'empêchait chaque jour de penser au classement.


Oui, j'ai eu des petits soucis que j'ai réparé, mais chaque jour, l'important était de terminer. Le classement, je ne pouvais pas en faire une priorité, même si cela m'aurait ennuyé de finir 100ème. C'était une obligation permanente.


Avec tes 3 abandons consécutifs, c'est difficile d'arriver devant un sponsor éventuel ?


Ce sont malgré tout les mêmes à chaque fois, mais ça devenait compliqué, même gênant, on n'est pas vraiment à l'aise, c'est affreux. Même si ce n'était pas de ma faute, cela reste compliqué. Mais les gens sont plus à vouloir te « consoler » plus que de t'en vouloir. Ils me sentaient tellement déçu, que finalement, ils n'enfoncent pas le clou.


Tu es parti cette année avec une 690 KTM louée, après avoir roulé sur des 450, ça change ?


J'avais fini mon 1er Dakar avec une 660 KTM, que j'avais acheté au gars qui m'a loué celle-ci. C'est MG Racing qui l'a préparé. Et c'est vrai que par rapport à la 450, ça fait drôle. C'est une grosse moto, très bonne, mais elle demande beaucoup de respect : « Il faut lui dire vous ! » Tu ne la retournes pas comme une 450 si tu te "tankes", tu ne joues pas avec comme une 450. C'est vraiment très différent.


Ta collaboration avec BMW s'est donc terminée.


Avoir une moto qui ne va pas au bout, ça sert à rien. C'était délicat cette année, j'étais avec le team Performance l'an passé, cela ne s'est pas reconduit cette année. C'était un peu froid, mais ce n'est pas impossible de repartir ensemble l'an prochain.


Dakar 2011 : Interview Hugo Payen : "Je devais finir"


Tu as eu ce partenaire particulier cette année !


Ha oui, on m'a attribué le numéro 69, j'ai trouvé cela rigolo, et j'ai contacté la maison Dorcel, ils font dans l'érotisme et le porno. Il a fallu les accrocher, le Dakar a une aura toujours porteuse.


Nous avons donc convenu d'un petit accord financier.


Et à la journée de repos, vu le retour et ce n° 69 que l'on voyait, et qui faisait pas mal parler, ils sont venus à Arica, j'ai eu une rallonge de budget, plutôt sympa à mi-course.


Penses-tu déjà à 2012 justement ?


Oui, je veux repartir l'an prochain, comment, je ne sais pas trop. Seul avec la 450 c'est difficile.


Maintenant que j'ai de nouveau fini, j'aimerais bien faire une place correcte, dans les 20. Quand je vois les temps des gars qui sont 25ème, je me dis que vu comment j'ai roulé pour assurer mes étapes, il n'y a pas un monde.


Sur quelle moto repartirais-tu ?


Evidement, la 450 KTM Rallye me plait bien, c'est une moto conçue pour le rallye qui semble fiable, mais c'est pas dans mon budget, il faut voir la nouvelle Yamaha de Franck Helbert, ce serait bien avec mon team de l'an dernier, mes partenaires habituels et Dorcel.


As-tu vu rouler l'Espagnole, Laia Sanz ?


Oui, je l'ai vu quelques fois avec Jordi Arcarons, elle va vraiment bien, elle ouvre. Si elle revient et qu'elle roule comme cela, dans 2 ans, elle rentre dans les 10, elle est vraiment impressionnante avec la technique qu'elle a. On s'est retrouvé une fois au fond d'un rio, coincé, on était plusieurs, elle était avec nous, elle a pris une grimpette mon pauvre ! Il y a plusieurs mecs qui ont essayé de la suivre, elle a été la seule à monter. Avec ma 690, je n'ai même pas tenté, j'allais me griller.


Merci Hugo, à bientôt.


Dakar 2011 : Interview Hugo Payen : "Je devais finir"


Mots clés :

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

salut hugo bonne chance pour ton paris dakar je suis karine jausseau j ai courue avec toi avec le club de st herblain aussi avec david et thierry  j espere que tu te souvient de moi moi j ai de bon souvenirs de nos courses   allez les parents et moi te suivront  bisous   karine

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire