Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Dakar 2011 : Le 1er bilan de cette nouvelle ère 450

Dans Moto / Sport

Dakar 2011 : Le 1er bilan de cette nouvelle ère 450

Avant de parler course, hiérarchie et sport, le parcours concocté par David Castéra vers le Nord de l'Argentine, à partir de Cordoba, est une vraie réussite.


Cela était particulièrement beau, comme il nous l'avait dit, un régal pour les yeux, des variations de terrains énormes, des paysages à tomber. Du moins le peu que nous ayons vu.


Reste la poussière omniprésente et des pistes qui manquent de largeur pour doubler, qui impose des spéciales en « petit train ».


Un premier bilan de ce Dakar 2011, avec les « tops » en 450. Cela était censé redistribuer les cartes tant au niveau des pilotes qu'au niveau des constructeurs présents, pour la victoire.


Qu'en est-il ?


Nous avons eu une course à élimination plus qu'une course de la gagne. Pour ce qui est des premiers, le vainqueur est Marc Coma, le plus rapide à la régulière avec Cyril Despres, les deux pilotes nous ont fait des spéciales de 500 kms, en terminant dans la même minute, devant tous les autres impuissants. Donc là, rien de changé.


Coma nous a prouvé qu'il fallait un « soupçon » de chance pour gagner un Dakar, alors que d'autres ont chuté en se cassant quelque chose, nous y reviendrons, quand Coma chute en début de rallye, les images sont exceptionnelles, le coup de raquette de la roue arrière de sa KTM est irrécupérable, quand il pose sa jambe gauche par réflexe pour sauver la situation, on a l'impression que le genou y passe vu la torsion. Non seulement, il se relève indemne, çà c'est souvent mais il a une seconde chance, du jamais vu dans une gamelle comme çà, la moto partie à l'équerre se redresse, sans son pilote, elle roule plus de 15-20 mètres seule avant de se poser sans casse. Avec l'instrumentation explosée, Marc Coma pouvait laisser une heure et demie à galérer au scotch et à la bricole, voir plus.


Derrière, Lopez tenait la 3ème place, avant que tout s'écroule 22 kms avant l'arrivée, il finit 4ème, le Portugais Rodrigues lui prenant tout surpris la 3ème place sur le podium.


Ces deux pilotes font 3 et 4, ils inversent leurs places de 2010. Donc pour les 2 plus rapides derrière les plus 2 rapides, rien de changé.


Ruben Faria, le « porteur d'eau » de Cyril fait une belle course, il monte de 3 places au général, à plus 4 heures des premiers, en l'absence de Frétigné, Pain et Duclos, mais cette fois-ci avec 2 heures de pénalité.

Dakar 2011 : Le 1er bilan de cette nouvelle ère 450


L'Américain Jonah Street, 7ème l'an dernier à 2h49, dont 2 heures de pénalité, a été loin du compte cette année. Il faisait parti des pilotes clients à la 3ème place, et comme tout peut arriver sur un Dakar, il savait en janvier dernier que la gagne était possible, difficile mais possible. Mais l'adaptation du 690 au 450 ne semble pas lui réussir comme ont su le faire Despres et Coma.


Que dire d'Ullevalseter, le bucheron Norvégien, second l'an passé menacé par Lopez et prêt à profiter du moindre problème de Despres pour gagner, a été méconnaissable sur sa 450 KTM.


Il faisait parti des pilotes qui ne voulaient pas de 450, il n'a été que l'ombre de lui-même, reverra-t-on le motard vert en 2012 ?


photos site aso


Commentaires (2)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

je me suis régalé de voir ces images de motos dans des paysages fabuleux... mais je suis auusi désolé de voir tous ces engins faire des traces partout dans cette nature vierge !!!  - un genre de sentiments contradictoires !!!!

Par Anonyme

Bonjour 9.53, déja tu as de la chance d'avoir vu des images, ce n'est pas avec France télévision que l'on a vu quoi que ce soit à part les 2 ou 3 premiers en auto et moto. Saches que tu peux aller faire dans des dunes des ornières avec ta moto ou ta voiture, le lendemain, tes traces sont invisibles par le vent. Il y a eu des étapes au Dakar où les pilotes ne voyaient pas la trace du concurrent précédant, passé une minute plus tôt, voir moins. Dort tranquille. Au Touquet, en 20 ans sur le VRAI tracé dans les dunes, la piste avait rétrécie de plus de 2 mètres envahie par la végétation.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire