Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Dakar 2012 : Dernière étape : 4ème victoire pour Cyril Despres et seconde pour A Patronelli en quad

Dans Moto / Sport

Dakar 2012 : Dernière étape : 4ème victoire pour Cyril Despres et seconde pour A Patronelli en quad

Dernière ligne droite avec seulement une trentaine de kilomètres aujourd'hui pour les rescapés du Dakar, Cyril Despres ajoute à son palmarès une 4ème victoire qu'il lui faut savourer.


Les pilotes sont partis en sens inverse du classement et c'est donc les premiers du classement qui ont pris le départ en dernier.


On peut imaginer que Despres devait écouter le moteur de sa KTM, on doit si près du but s'inventer des tas de bruits injustifiés jusqu'à la ligne d'arrivée qu'il a franchi 3'51 après le vainqueur du jour Ullevalseter.


Marc Coma qui a eu hier des problèmes de boite de vitesses, privé de la 2 et 3 visiblement, dès le 20ème kilomètre avant de s'égarer un peu, a fini son boulot, il termine second à 1 '08 du Norvégien. Une place que l'Espagnol garde au général devant Helder Rodrigues 3ème sur sa Yamaha comme l'an passé.


Champagne ! Le podium installé sur la Plaza de Armas au cœur de Lima va être une grande fête pour cette arrivée au Pérou.


Chez les quads, pas de surprise, Tomas Maffei bel animateur de cette édition du Dakar a tenu à remporter cette dernière spéciale, mais c'est bien Alejandro Patronelli vainqueur en 2011 qui remporte la course pour la seconde année consécutive.


Les mots de Cyril : « J'essaie de soigner tout le temps les détails. Cela me fait plaisir de bien faire mes devoirs, et dans mon métier, quand cela se passe bien ça se termine par une victoire. Aujourd'hui, on a gagné et c'est juste énorme. C'est définitivement le Dakar le plus dur auquel j'ai participé : physiquement éprouvant, mais surtout mentalement. Se remettre en question chaque matin et se bagarrer, c'est très dur dans la tête. Ce n'est pas comme un marathon de 42 km, c'est tous les matins qu'il faut repartir au charbon. Toutes les victoires sont jolies, mais-celle-là est particulière parce que le contexte a été délicat jusqu'à la fin, au dernier moment. C'est impossible d'imaginer ce scénario, dans lequel on se bat à coups de secondes. »


Nous reviendrons sur le Dakar plus en détail avec notament les classements.


source site off


Commentaires (3)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Et ce comportement anti-sportif de sa part on en parle quand ?? http://www.youtube.com/watch?v=uJTy0knYyAE Car sans Goncalves, il se le mettait profond son Dakar

Par Anonyme

ni lui ni Goncalves n'avaient à perdre du temps sur un parcours modifié, et contrairement à Coma, il ne change pas de roue en trichant.

Par Anonyme

J'vois pas où est le mal ... quand on est coéquipier d'un leader, c'est le genre de mésaventure qui arrive. :bah:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire