Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Dakar 2015 : la chronique de Johnny Aubert #8

Dans Moto / Sport

Dakar 2015 : la chronique de Johnny Aubert #8

Comme chaque année vous pouvez suivre le Dakar sur Caradisiac Moto. Chaque jour, nous vous résumerons l'étape avec les faits marquants et les résultats. Une nouveauté vient tout de même agrémenter ce Dakar 2015. En effet vous retrouverez une chronique régulière d'un pilote qui a déja participé à ce Dakar (14ème pour sa première participation!) en la personne de Johnny Aubert. Et oui qui de mieux pour parler ressenti et gestion de course qu'un champion de sa trempe!


Multiple champion du monde d'Enduro, vainqueur des ISDE, champion d'Italie, de France, voici une partie du palmarès de Johnny Aubert. Notre chroniqueur d'un jour n'est donc pas maladroit avec un guidon entre les banderoles et possède également un passé dans le Rallye Raid même si sa carrière dans cette discipline est certainement plus devant lui. En attendant de la revoir sur le Dakar, Johnny a participé au Merzouga Rallye à l'automne dernier. Il termine second, sans entrainement ni connaissance de la machine...chapeau Mr Aubert! Aller, je vous laisse avec sa huitième chronique sur ce Dakar 2015.


Dakar 2015 : la chronique de Johnny Aubert #8


Dakar 2015 : Chronique Johnny Aubert #8 - L'enfer d'Uyuni


Les pilotes moto du Dakar 2015 ont vécu l'enfer aujourd'hui .


La traversée du Salar, grande étendue de sel, est habituellement une partie de plaisir, 100km à fond avec un départ en ligne, le bonheur ! Mais avec la météo capricieuse du jour, les pilotes ont connu l'horreur ! La spéciale a même été neutralisée pour finir les 38 derniers kilomètres chronométrés dans les dunes, et on peut dire que cette étape a fait le tri avec de nombreux abandons.


Joan Barreda est celui qui aura la note la plus salée ! Il a pris le départ ce matin avec un guidon en état que lui a généreusement donné un pilote argentin la veille au bivouac marathon. La malchance ne l'a cependant épargné puisqu'au ravitaillement il connaîtra le même problème que la plupart des concurrents : le sel du Salar gelé sur les radiateurs, difficile de redémarrer.


Marc Coma a perdu aussi pas mal de temps à cause de cela, mais après de nombreux efforts la moto est finalement repartie.


Le stress, l'énervement, les soucis de la veille ou encore un nouveau problème mécanique… Barreda n'a pas pu reprendre son chemin seul. Il sera tracté par son ami et coéquipier Israel Esquirre. Coup dur chez les rouges. Alors qu'il rêvait vendredi du graal, ce ne sera pas encore cette année qu'il accrochera la victoire.


Mais l'hécatombe ne s'arrête pas là. Botturi a du abandonner alors qu'il revenait dans le top 10. Abandon également pour Metge. Journée noire pour les bleus.


KTM a aussi eu son lot de pertes : Viladoms, coéquipier de Coma jettera l'éponge , quant à Walkner il a perdu gros aujourd'hui.


Le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres. Barreda out, Marc Coma se retrouve en tête au provisoire avec une petite avance de 9 minutes. Son principal rival sera désormais Goncalves.


Belle journée pour la féminine du rallye, Laia Sanz qui termine 5ème et remonte 9ème au provisoire ! Pedrero apporte un peu de gaité à Yamaha avec une jolie 2nde place ainsi que Xavier de Soulatrait 6ème et premier français ! Ca fait plaisir !


« Rien n'est jamais acquis » est vraiment l'adage qui convient le mieux au Dakar. Il peut encore s'en passer avant le retour à Buenos Aires dans 5 jours.


A demain !


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire