Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

David Frétigné lors du 1er GS Trophy français: interview.

Dans Moto / Sport

David Frétigné lors du 1er GS Trophy français: interview.

Premier GS Trophy frenchy à Orange (pour retrouver le reportage, c'est ici), David Frétigné était bien entendu présent pour l'occasion.


Après avoir dégrossi les concurrents lors d'une remise à niveau de quelques heures, le multiple champion de France, du monde (pour se la jouer bref) répond à nos questions.


Te reste-t-il des séquelles de ton accident marocain de 2010 ?


  • David Frétigné : « Non, je roule désormais à 100% de mes possibilités même s'il me manque encore un peu de masse musculaire. En restant 2 mois dans une coque sans bouger, j'avais fondu en perdant 8 kilos. Je suis reparti donc à zéro pour ma reconstruction musculaire qui a été très rapide puisque j'ai réussi à récupérer une grande partie en moins de 5 mois… Je me sens maintenant d'attaque et totalement compétitif. »

Tu roules donc détendu sans garder en tête l'accident.


  • David Frétigné : « Oui, je n'y pense plus. Il m'a fallu environ 3 jours lors du premier rally raid après l'accident pour être en confiance mais désormais je roule en confiance et tout à fait sereinement d'autant plus que je ne ressens plus aucune douleur à ce niveau… »

Tu as roulé 13 ans Yamaha, quels sont tes ressentis sur ta nouvelle Husqvarna de course, qui n'a plus grand chose à voir avec la japonaise ?


  • David Frétigné : « Bons, avec des performances moteurs limite idéales. Plus de couple, une moto plus rapide… tout y est de ce côté. On travaille actuellement sur le châssis avec une conception différente mais on en reparlera plus tard. »

David Frétigné lors du 1er GS Trophy français: interview.


Comment trouves-tu le concept du GS Trophy ?


  • David Frétigné : « J'aime beaucoup. Je trouve que c'est une excellente idée avec beaucoup de liberté de mouvement pour les participants qui peuvent rouler dans un esprit détendu.

Pour une première française, c'est plus que bien, même si encore quelques points sont à peaufiner comme par exemple il manque un peu d'ambiance du fait du manque de spectateurs. Normal, les participants sont trop dispersés ce qui empêche le monde de se retrouver sur les épreuves. Il serait aussi bien que le bivouac, pour les années à venir, ne soit pas en ville, augmentant de ce fait le côté aventure qui est loin d'être négligeable dans ce type de trophée… »


Qu'est-ce qui t'a donné envie de participer à cette première ?


  • David Frétigné : « Le fait de se rendre utile et d'animer tout en faisant connaissance avec les "GSistes" ainsi qu'avec le staff BMW. C'est d'autant plus sympa que ça change de d'habitude et qu'il est toujours agréable et bon de rencontrer les gens dans un contexte différent… »

Qu'est-ce qui est primordial pour toi dans ce type d'événement ?


  • David Frétigné : « Le plaisir en premier lieu, la découverte, l'apprentissage et le fait de se surprendre et enfin passer outre ses peurs sans trop de danger. »

David Frétigné lors du 1er GS Trophy français: interview.


Où te vois-tu dans 3 ans ?


  • David Frétigné : « Je pense arrêter de rouler sans pour autant quitter le monde de la moto. J'ai mon B.E depuis 1991 et fait déjà des stages à raison de 12 par an. Ouvert à tous les niveaux, j'enseigne les techniques sans prise de tête, à la bonne franquette. Les stagiaires au nombre de 12 par stage progressent sur différentes spéciales que j'ai personnellement tracées, qu'ils soient débutants, confirmés ou pilotes. Je m'engage donc de plus en plus dans cette direction pour peut-être faire ça à 100% de mon temps dans un avenir prochain… »

Photos (D.R): A. Hubner-Loriol


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire