Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Décennie d’action pour la sécurité routière 2011-2020

Dans Moto / Pratique

Décennie d’action pour la sécurité routière 2011-2020

La sécurité routière et son fer de lance de faire baisser le nombre de morts sur la route ne s'arrêtent pas à nos frontières. Bien au contraire. C'est ce que L'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé avec la mise en place de la « Décennie d'action pour la sécurité routière 2011-2020 ». L'organisation mondiale de la santé (OMS) se félicite d'ailleurs de cette annonce. Il est vrai qu'elle a révélé dans une enquête du 2 mars dernier que 1,3 millions de personnes perdaient la vie chaque année sur la route. Près de la moitié sera d'ailleurs des piétons et des deux-roues.


En parallèle, c'est entre 20 et 50 millions de personnes qui sont blessées au cours d'une année et une bonne proportion reste handicapée. Cette enquête a été réalisée auprès de 178 pays avec les chiffres standardisés de 2008. Les accidents de la route sont la première cause de mortalité chez les 5 à 29 ans. 90% de ces décès ont lieu dans les pays en développement.


L'objectif donc pour l'Assemblée générale des Nations Unies est de faire chuter le nombre de morts sur les routes du monde entier de 50% dans les 10 ans à venir. A l'heure actuelle, c'est seulement 15% des pays qui ont établi des lois contre les cinq facteurs de risque d'accident : conduite en état d'ébriété, vitesse excessive, conduite sans casque ou sans ceinture de sécurité, et non-utilisation de dispositifs de sécurité pour enfants.


Cette concertation entre les pays aura donc le but de mettre en place des activités axées sur les besoins de tous les usagers en particulier pour les piétons et les deux-roues. « Notre objectif est de pouvoir collaborer avec de nombreuses institutions du système des Nations Unies ainsi que des organisations internationales et des organisations non gouvernementales (ONG) », a indiqué Mr Krug. De pouvoir mettre en place des infrastructures qui permettent de protéger les plus vulnérables, d'uniformiser les réglementations en matière de sécurité routière et la sécurité même des véhicules.


Mais pas seulement puisque ces actions vont aussi cibler les hôpitaux et améliorer les soins post-traumatiques pour augmenter la chance de survie d'un blessé. « Comme le recommande la Déclaration de Moscou, nous espérons qu'il y aura un examen à mi-parcours de la décennie, cinq ans après la première Conférence ministérielle mondiale sur la sécurité routière. Nous devons faire en sorte que la fin de la Décennie soit marquée par une diminution du nombre des décès liés aux accidents de la route », a indiqué Mr Krug.


Source


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire