Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Déjà 10 ans

Dans Moto / Loisirs

Déjà 10 ans

Il y a 10 ans arrivait en motocross une véritable révolution. Le premier 4 temps japonais moderne. J'ai nommé la très attendue 400 YZM. C'est en effet pour la saison 97 que Yamaha nous dévoile sa 400. L'enjeu est de taille et la performance aussi.


En ce début d'année 97, les renseignements sur la moto ne sont pas nombreux et vont arriver au compte-goutte. Durant tout l'hiver, la presse a tenté de percer les secrets des entrailles de la moto sans grand succès .Une certitude, la technologie de 5 soupapes, très Yamaha, a été conservée. Le poids et l'encombrement sont les ennemis du 4 temps. Yamaha réussi le pari de construire un moteur ultra compact, léger et performant.


L'usine japonaise veut rentrer son moteur dans un châssis pas plus encombrant que celui de son 250 YZ. Ce sera ce même châssis qui servira de base. Relire la fiche technique aujourd'hui est encore un vrai régal. La puissance est de 57 chevaux à 11000 tours. Pour ce faire, les cotes du cylindre sont super carrées. A titre de comparaison la grosse 600 Husaberg de Smet ne prenait que 6200 tours. Le poids est extraordinairement bas. 101 kg.


Déjà 10 ans


Lors du premier Grand-prix, dans les sables de Lommel, les mécaniciens devront monter deux mousses pour amener la moto aux 102 kg du règlement FIM. Pour en arriver là, titane et magnésium ont été utilisé en masse. Le coté droit de la moto fait un peu usine à gaz et elle est très belle. Joël Smet la qualifiait, lui-même, d'œuvre d'art. Les résultats de ce premier affrontement ne sont pas exceptionnels, il y a déjà des problèmes de démarrage et le sable reste une surface spéciale, très physique, mais le potentiel est là.


Les deux pilotes maison, Bartolini et Johansson le savent. Les autres surfaces leurs seront plus favorables. Il ne sont ni l'un, ni l'autre, spécialistes du pilotage dans la silice. Les observateurs de ce jour l'avaient eux aussi bien compris, au point de douter de la cylindrée qui sera pourtant bien confirmée par la suite.


En ce début de campagne 97, une page du motocross venait assurément de se tourner.


Reste qu'a ce moment, je me souviens très bien des premières photos. L'idée de voir la 400 YZM rouler et aussi de l'entendre ne me quittait pas. Ce n'était pas chose facile. La 400 Yam ne roulera que deux fois en France cette même année.


Je vous raconte la suite demain.


Mots clés :

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

snif, snif, snif..c'est beau...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire