Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Départ, démission : remous à la tête de Renault

Dans Economie / Politique / Industrie

Départ, démission : remous à la tête de Renault

Les changements à la tête de Renault seront annoncés cette semaine. Ils créent des remous, avec ces derniers jours plusieurs départs dans les hauts dirigeants.

À la fin de cette semaine aura lieu chez Renault un conseil d'administration très important. Il doit officialiser une réforme de la direction du groupe, le mandat de PDG de Carlos Ghosn arrivant à échéance.

La stratégie n'est pas encore connue. Le mois dernier, face aux députés, Carlos Ghosn confirmait sa volonté de ne plus multiplier les fonctions. Il y a un an, il prenait déjà un peu de recul chez Nissan, ne restant plus que président du conseil d'administration. On s'attendait à retrouver une telle configuration chez Renault, avec une séparation des rôles de Président et Directeur Général. Mais le Figaro révélait il y a quelques jours que Ghosn resterait PDG et nommerait un numéro 2, qui prendrait ensuite la relève le temps d'une transition.

Si le scénario retenu n'est pas encore officialisé, une chose est certaine : les changements à venir provoquent des remous en interne. La semaine dernière, l'allemand Stefan Mueller claquait la porte. Celui qui était directeur délégué à la performance était pressenti pour prendre du grade, en compétition avec Thierry Bolloré, actuellement directeur délégué à la compétitivité de Renault. Par ailleurs, ce week-end, les Échos ont révélé que Thierry Desmarest, administrateur indépendant de Renault, a quitté ses fonctions. Son entourage précise que celui-ci avait toutefois prévu de le faire. Du côté de Stefan Mueller, des "raisons personnelles" sont évoquées.

De quoi dédramatiser ? Pas sûr. Les Échos indiquent que plusieurs administrateurs auraient critiqué l'opacité sur les évolutions managériales. Pendant ce temps, l'État, qui détient 15 % de Renault, ferait pression pour que le poste de numéro 2 revienne à un Français, ce qui donc condamnait l'avenir de Stefan Mueller. Il faut ajouter à cela la perspective de la succession de Ghosn à la tête de l'Alliance. Le prochain homme en puissance chez Renault sera bien placé pour prendre les rênes de l'ensemble Renault-Nissan-Mitsubishi. Et là aussi, l'État compte bien voir un Français être aux commandes d'une Alliance qui revendique la place de numéro 1 mondial. Forcément, les Japonais ne l'entendent pas de cette oreille, d'autant que c'est Nissan qui représente le plus de ventes.

Ce petit remue-ménage fait en tout cas les affaires de Thierry Bolloré, pour qui la voie est dégagée. Mais aura-t-il les bras libres si Ghosn repart pour un mandat de PDG de quatre ans ? Les dernières fois que des postes de numéro 2 ont été mis en place, cela s'est mal terminé. En 2011, Patrick Pelata sautait, victime du fiasco de l'affaire d'espionnage (sur la technologie électrique) qui avait secoué le Losange. En 2013, Carlos Tavares claquait la porte, conscient que Ghosn ne laisserait pas de sitôt sa place de numéro 1. Il a eu le nez creux, car c'est ce qui se passe. Il a été rapidement nommé patron de PSA, qu'il a brillamment relancé.

Mise à jour 13/02 - Dans un communiqué, Renault a confirmé le départ de Thierry Desmarest, "prise exclusivement au regard de considérations d'ordre personnel et d'âge". L'homme, qui a 72 ans, déclare "Je soutiens pleinement la stratégie et la gouvernance de Renault".

Mots clés :

Commentaires (39)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

le bateau coule, les rats quittent le navire...:-)

Par

En réponse à Tonnelet

le bateau coule, les rats quittent le navire...:-)

Si Renault coule je pense que 'autre constructeurs seront déjà au fond de l'eau , il faut arrêter d'être con ? :colere:

Par

Et Carlos tire les ficelles pour rester le plus longtemps possible. Il fait nommer des numéros deux qui seront les soupapes à faire sauter à la première occasion. La on parle de pure politique et l on oublie les produits et les clients, l impact se fait dans 5-10 ans et quand la connerie est faite ça reprend un certain temps pour récupèrer. Mais Nissan va bien et leur nouvelle leaf à de la gueule.

Par

carlos commence a etre critiqué à la tete de Renault.

mais il lachera pas ..

avec l'achat de mitsu il en a profité pour encore augmenter son salaire..

si les actionnaires sont content. il restera.

c'est un cost killer. les renault sont des voitures low cost et renault a une excellente rentabilité.

Tavares est parti.

car il était barré par gohsn.

il a choisi une politique commerciale différente..

évidemment moins favorable aux actionnaires à court terme..

et plus profitable aux clients: la montée en gamme...

une politique qui à long terme sera favorable aussi aux actionnaires..

en attendant.. Renault ne vend plus rien au dessus de sa clio...

et brade ses modéles...pour faire du volume!

à long terme renault va se faire cannibaliser par dacia..

il serait temps que le conseil d'administration de Renault lui trouve un remplaçant du niveau de tavares!

qui saura relancer la marque!!!

Par

Le vieux voulant décidément pas lâcher la barre, le parquet était devenu par trop rayé pas les dents de ceux qui lorgnaient sur la place....du coup, ils se barrent..... souhaitons leur bonne chance pour se recaser avec un C.V marque-gag....

Par

Le cric veut faire fabriquer la plupart de ses modèles à l'Etranger mais veut un Français à sa tête ??? :violon:

Par

En réponse à gignac31

carlos commence a etre critiqué à la tete de Renault.

mais il lachera pas ..

avec l'achat de mitsu il en a profité pour encore augmenter son salaire..

si les actionnaires sont content. il restera.

c'est un cost killer. les renault sont des voitures low cost et renault a une excellente rentabilité.

Tavares est parti.

car il était barré par gohsn.

il a choisi une politique commerciale différente..

évidemment moins favorable aux actionnaires à court terme..

et plus profitable aux clients: la montée en gamme...

une politique qui à long terme sera favorable aussi aux actionnaires..

en attendant.. Renault ne vend plus rien au dessus de sa clio...

et brade ses modéles...pour faire du volume!

à long terme renault va se faire cannibaliser par dacia..

il serait temps que le conseil d'administration de Renault lui trouve un remplaçant du niveau de tavares!

qui saura relancer la marque!!!

Il fait du bon boulot, alors pourquoi partir ?

Par

Il y a pile-poil 141 ans naissait Louis Renault au passage.... Carlos s'est juré de rester plus longtemps que ça à la tête de R'nô.... :dodo:

Par

C'est devenu une marque d'actionnaires, qui font travailler les roumains et les japonais quelle tristesse à l'image du gouvernement actuel et passé...

Par

J'adore quand on dit que l’état Français fait pression pour que ce soit un français aux manettes ... c'est surtout pour que ce soit un copain qui croque:bien:

Moi j'avoue que j'en ai rien à faire, c'est pas un dirigeant qui changera quoique ce soit chez Renault en 4 ans, la tendance est bien lancée. on donne tous sur les clio captur et Mégane, on donne beaucoup sur l’électrique pour pas grand chose mais pour pas risquer d’être rattrapé. Le reste c'est du bonus

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire