Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Électriques : pas de bonus pour les voitures haut de gamme, êtes-vous d'accord ?

À partir du 1er janvier, les modèles électriques de plus de 40 000 € ne bénéficieront plus d'une aide à l'achat. Quelles autos sont concernées ? Est-ce une mesure pour favoriser Renault avec sa Zoé ? Une nouvelle inégalité ?

Électriques : pas de bonus pour les voitures haut de gamme, êtes-vous d'accord ?

Quelles sont les futures règles ?

Précision importante pour commencer : elles ne sont pas encore officielles. Les conditions du bonus sont fixées par décret et l'État attend généralement les derniers jours de décembre pour le publier. Mais les informations évoquées ici sont bien plus que des bruits de couloir puisqu'elles proviennent de différentes déclarations de membres du gouvernement.

Conscient que le marché de l'électrique en est encore au stade des balbutiements, le gouvernement continuera à accorder une aide très généreuse à l'achat, même si le coup de pouce baisse légèrement. À partir du 1er janvier, il sera de 6 000 € au lieu de 6 300 € actuellement. La grande nouveauté du barème 2017 sera la mise en place d'une condition tarifaire. Les voitures qui coûtent plus de 40 000 € ne seront plus aidées par l'État.

Quels modèles sont impactés en France ?

Le catalogue de véhicules électriques est encore assez mince dans l'Hexagone. Une vague de lancements est attendue à partir de 2018, avec une foule de premium : Audi, Jaguar, Mercedes ou encore Porsche vont s'attaquer à Tesla. Mais pour 2017, la nouvelle règle va surtout impacter l'américain, dont la Model S débute à 70 800 € et le Model X à 90 600 €.

Du côté de Mercedes, la très rare Classe B électrique (41 100 €) est aussi touchée. Enfin, chez BMW, l'i3 est concernée. Mais c'est une variante bien précise de la bavaroise qui ne sera plus "bonussée" : la nouvelle version 94 Ah (récemment essayée par Caradisiac), dont la batterie a une meilleure capacité, couplée au prolongateur d'autonomie. Affichée 41 190 €, elle sera donc exclue du système du bonus. Or, selon la marque, la variante à prolongateur d'autonomie représente en France ¾ des ventes.

Est-ce du protectionnisme ?

Pour certains, cette mesure a été perçue comme favorable à Renault, largement leader du marché de l'électrique en France avec la Zoé, fabriquée dans l'Hexagone à Flins. Le changement des règles tombe d'ailleurs où moment où le Losange frappe un grand coup avec une nouvelle Zoé dont l'autonomie est doublée (soit jusqu'à 300 km en conditions réelles d'utilisation) pour une augmentation de tarif modérée.

Le gouvernement favorise-t-il une marque dont il est actionnaire ? Pas vraiment, car la condition tarifaire ne change rien pour la Zoé dont les ventes ne s'envoleront pas. L'auto tire surtout parti de ses qualités et de son absence de concurrente directe pour être une actrice incontournable du marché de l'électrique. Le bonus profitera d'ailleurs l'année prochaine à la nouvelle et ambitieuse Opel Ampera-e, qui promet une autonomie de 500 km. Les Nissan Leaf et Volkswagen e-Up ou e-Golf seront toujours aidées.

Est-ce une mesure inégale ?

La généreuse aide est encore nécessaire pour aider les Français à bousculer leurs habitudes automobiles, d'autant que l'écart de prix entre une électrique et une voiture thermique aux caractéristiques équivalentes est encore important. En toute logique, plus le coup de pouce est conséquent, plus il touche un grand nombre de conducteurs, notamment chez les moins aisés. Mais faut-il distinguer les clients en fonction de leurs revenus ?

C'est forcément l'idée de l'État. Il est vrai que lorsqu'on se laisse séduire par une Tesla facturée au minimum 70 000 €, on n'est pas vraiment à 6 000 € près. Le principe est connu dans le système social français, avec par exemple la suppression des allocations familiales pour les ménages les plus aisés.

Mais même si elle est haut de gamme et onéreuse, une Tesla reste un choix écologique qui permet de retirer un véhicule thermique forcément plus polluant de la circulation. Pourquoi son propriétaire n'en serait-il pas récompensé avec un bonus ? Plutôt que de supprimer tout bonus au-dessus d'un certain seuil, il faudrait peut-être le rendre dégressif en fonction de la somme.

Nous avons contacté Tesla pour savoir ce que la marque pense de ces nouvelles règles. Elle nous a dit qu'elle ne souhaitait "pas commenter cette disposition à ce stade" mais a tenu à rappeler que l’autonomie de ses modèles et son réseau de Superchargeurs permettent à ses clients "d’envisager leur véhicule électrique comme véhicule principal et ainsi de totalement remplacer une voiture essence ou diesel."

> Et vous, quel est votre avis sur ces nouvelles règles ? Répondez à notre sondage et partagez votre opinion dans les commentaires.

Tesla

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (63)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

40k€, c'est trop bas comme plafond. 60 ou 70k€, ok.

40k€, pour une Classe B par exemple, ce n'est pas énorme. Les gens qui voulaient un diesel ou essence auraient pu se diriger vers l'électrique avec le bonus, mais sans bonus c'est peine perdue.

Par

L'idée d'un protectionisme ? ... comment dire... :areuh:

Quel est l'intérêt d'aider les modèles les plus chers ? Cela voudrait dire que c'est une niche fiscale pour les plus riches et rien d'autre et financé par les autres automobilistes (qui paient leur taxes à l'achat d'un nouveau véhicule essence ou diesel, pas forcément plus sale qu'une voiture électrique sur le long terme qui a besoin d'une batterie fortement polluante a la fabrication et au recyclage et qui contient des matières premières rares, polluantes à l'extraction et qui disparaîtront bien un jour...)

Par

En matière automobile , nous sommes dans une période transitoire. Notre 'génération' de chauffeurs va littéralement payer les frais des changements qu'entraine l'arrivée de l'électrique... ainsi que ceux générés par une politique quelque peu populiste

Par

Le bonus est là pour inciter les gens à passer à l'électrique, càd pousser des gens qui hésitent à prendre la version électrique d'une voiture qu'ils auraient achetée en thermique sans bonus (car l'électrique est plus cher). Quand on peut mettre 50k€ (et +) dans une voiture, le choix n'est plus financier mais idéologique, opportuniste, passionnel ou encore technologique. Et je pense qu'à ce moment là, le bonus n'a plus d'effet sur le choix.

Par

Techniquement : pas de bonus à ce niveau de gamme .

Mais pourquoi ne pas utiliser l'argent du malus pour développer les points de recharges par exemple ça serait pas mal non ?

En tout cas toujours pareil ici sans aide rien ne ce fait , perso j'assume mes choix et paie mon malus par exemple , l'écolo capable de claquer 50 , 60 , 100000€ doit lui aussi assumer son choix .

Par

Je viens de voir les résultats (embryonnaires certes) du sondage et c'est...stupéfiant...

On a donc près d'1 personne sur 2 qui trouve tout à fait normal d'aider financièrement des richards. :eek:

Et on voit, par exemple, notre vendeur Merco' préféré nous dire qu'il faudrait relever ce seuil à minimum 60 000 patates ! :tourne: Mais, dans son cas, c'est avant tout pour que sa dulcinée étoilée survoltée rentre dans les clous... :ange:

Je vais donc prendre le contre-pied : ce seuil, je le trouve au contraire bien généreux. Et il ne m'eut pas mais alors pas du tout semblé extravagant de le réduire à 35 000 voire à 30 000 €.

M'enfin...cette décision tend tout de même à aller dans le bon sens. Et c'est assez rare pour que je m'impose de ne pas (trop) râler...

Par

Tout a fait d"accord d'autant que ce bonus qu'on leur file est piqué sur ceux qui n'ont pas les moyens et s'achètent des petites cylindrées.

40 000 euros c'est déjà une belle somme et donc déjà une limite raisonnable

Par

En réponse à jaweshfcgb

Je viens de voir les résultats (embryonnaires certes) du sondage et c'est...stupéfiant...

On a donc près d'1 personne sur 2 qui trouve tout à fait normal d'aider financièrement des richards. :eek:

Et on voit, par exemple, notre vendeur Merco' préféré nous dire qu'il faudrait relever ce seuil à minimum 60 000 patates ! :tourne: Mais, dans son cas, c'est avant tout pour que sa dulcinée étoilée survoltée rentre dans les clous... :ange:

Je vais donc prendre le contre-pied : ce seuil, je le trouve au contraire bien généreux. Et il ne m'eut pas mais alors pas du tout semblé extravagant de le réduire à 35 000 voire à 30 000 €.

M'enfin...cette décision tend tout de même à aller dans le bon sens. Et c'est assez rare pour que je m'impose de ne pas (trop) râler...

Plutôt 30 000 et là ce serait une aide aux gens qui ont des moyens modestes

Par

signalons pour ceux qui parlent de protectionnisme que la concurrence n'avait qu'a proposer une voiture électrique performante à ce prix là tout simplement. par ce que si vous voulez parler de la Zoé elle explose l'i3 en matière de performance de la tête et des épaules et je ne vous pas pourquoi de plus on payerait pour les modèles REX, en d'autres termes ils avaient qu'à être bon chez BMW au lieu de chialer.

après en Chine par exemple le bonus n'est réservé qu'aux constructeurs locaux

Par

Que la collectivité finance l'achat d'une voiture à 100k€ pour qu'un bourgeois ait l'esprit tranquille dans son siège en cuir ventilé et chauffé ... comment dire.

Un plafond (dégressif au fil des années, ca serait bien) va tirer les prix vers le bas si le bonus reste conséquent.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire