Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Elon Musk, patron le plus influent de l'automobile (vu des USA, du moins)

The Drive, site internet qui est une émanation du magazine américain Time, vient de rendre public sa liste des personnalités les plus influentes de l’industrie automobile. Sans grande surprise, le gagnant 2 016 est… Elon Musk, patron de Tesla Motors, à qui se posent désormais des défis gigantesques. Le seul européen du classement est l’italien Sergio Marchionne, patron de Fiat et Ferrari, mais aussi et surtout de Chrysler, ce qui aide beaucoup pour figurer dans un classement établi par les Américains…

Elon Musk, patron le plus influent de l'automobile (vu des USA, du moins)

Le monde automobile vu des Etats-Unis est assez simple : les Américains décident à peu près de tout, et, à de rares exceptions, les autres sont relégués au rang de figurants. C'est ainsi que sur les 10 personnalités jugées les plus influentes du business automobile par le site The Drive,  huit ont l’épicentre de leur activité en Amérique : il en va ainsi de Mary Barra (n° 10, patronne de General Motors, et seule femme du panel), Raj Nair (n°8, Vice-président de Ford en charge du produit), Mark Fields (n°7, patron de Ford), Charles Breyer (n°6, juge fédéral en charge de l’affaire VW), Roger Penske (n°5, figure du monde des affaires – transport routier, concessions automobiles… - et du sport auto US), Sergio Marchionne (n°3, patron de Fiat Chrysler Automobile), ou Barack Obama (n°2, salué pour son constant soutien à l’industrie automobile).

De fait, seuls deux industriels non basés aux USA figurent dans ce classement : il s’agit de l’indien Ratan Tata (n°9) patron de Tata Industries, dont le périmètre d’action va de la Tata Nano à 2000 $ aux Range Rover et autres Jaguar, et du chinois Li Shufu (n°4), patron de Geely, qui contrôle également Volvo, constructeur qui n’a jamais produit d’aussi bonnes voitures que depuis qu’il est chinois…

Elon Musk, patron de Tesla, né sud-africain mais naturalisé américain, domine donc le classement établi par The Drive. Il est salué à la fois pour son sens de l’innovation technologique et sa volonté de bousculer les schémas traditionnels de la vente automobile (via Internet). À quoi s’ajoute le bon démarrage de sa Model 3 (à partir de 35 000 $), qui depuis sa présentation début avril a enregistré près de 400 000 pré-réservations. Ce qui devrait permettre à Tesla de multiplier sa production annuelle par cinq, pour atteindre 500 000 unités annuelles dès 2018 (soit dix fois plus de voitures vendues qu’en 2015), avec deux ans d’avance sur le calendrier initialement prévu. A cette fin, le constructeur a investi 5 milliards de dollars pour bâtir une « gigafactory » installée dans le Nevada, où 6 500 personnes travailleront à la production de batteries lithium-ion.

Musk est donc en quelque sorte « l’homme de l’année » pour le secteur automobile, bien que sa société accuse de lourdes pertes (282,3 millions de dollars de pertes au premier trimestre, contre 154,2 millions à la même période l’an dernier). En parallèle, la hausse de ses investissements éloigne l’ambition de Tesla de devenir bénéficiaire dès cette année. Mais les Américains - et pas seulement eux, d’ailleurs - apprécient le grand spectacle, et Elon Musk l'a bien compris.

 

 

Mots clés :

Tesla

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (28)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

pas faux :oui:

Par

Usine virtuelle, argent virtuel, résultats prometteurs mais ..virtuels, ça va durer longtemps enKore Komme ça ..??!!

Par

Non, le patron le plus influant de l'auto est Carlos à mon avis.

Par

Tesla ne rapporte toujours pas de fric, comme dit plus haut: jusqu'a quand cela va durer?,quand est-ce que les investisseurs vont perdre patience?

Par

L'Ingénieur Lapoutre va être vexé......

Par

j' ai entendu une formule dernièrement et je l' ai trouver juste..

Nous sommes tous dns le caniveau mais certains regardent les étoiles.

Bin pour sur Elon regarde les étoiles et il en faudrait beaucoup comme lui. Ensuite c' est un canard américain qui parle aux américains, logique de n' y voir que des américains. la même chose parait partout.

Par

" BON DEMARRAGE de sa Model 3 (à partir de 35 000 $), qui depuis sa présentation début avril a enregistré près de 400 000 pré-réservations"

Bon démarrage , c'est quand le véhicule est déjà commercialisé non ? Le père Elon a juste touché l'oseille , mais n'a pas livré grand chose

Par

C'est pas l'avis de la bourse ces derniers temps.On se demande comment il va sortir ses 500 000 voitures pour 2018.Surtout qu'après avoir fait un appel a de nouveaux capitaux,il vient de demander un mois supplémentaire pour finaliser le design du dernier modèle.On ne compte pas la dette qui n'est pas loin d'avoir doublé depuis l'année dernière et les ennuis du modèle précédent.Son SpaceX est une réussite,mais faut rentabiliser.Son Hyperloop a l'air de fonctionner,mais la mise en oeuvre va être confrontée a de sérieux problèmes.

Par

En réponse à moulache

Usine virtuelle, argent virtuel, résultats prometteurs mais ..virtuels, ça va durer longtemps enKore Komme ça ..??!!

comme alpine!

Par

En réponse à caradisboub

" BON DEMARRAGE de sa Model 3 (à partir de 35 000 $), qui depuis sa présentation début avril a enregistré près de 400 000 pré-réservations"

Bon démarrage , c'est quand le véhicule est déjà commercialisé non ? Le père Elon a juste touché l'oseille , mais n'a pas livré grand chose

il a tout compris au business et au futur de l'automobile....pas comme certains!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire