Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Emploi : effectifs en baisse pour PSA en France et en hausse pour Renault

Dans Economie / Politique / Social

Emploi : effectifs en baisse pour PSA en France et en hausse pour Renault

C'est lorsque l'on regarde les profils des groupes Renault et PSA que l'on se rend compte que le second est nettement plus dépendant de la France. La balance tend cependant à s'équilibrer (un peu) puisque les effectifs français de Renault sont en hausse alors que chez PSA, c'est plutôt le ménage dans les rangs tricolores.

Tous les constructeurs automobiles ont des usines en dehors de leur terre natale, sans exception. Les groupes Renault et PSA ne font pas exception, mais leur profil est cependant nettement différent. Chez Renault, la proportion des effectifs français dans le nombre total d'employé est quasiment deux fois inférieure à celle de PSA, mais les choses bougent...

 

Ça recrute, chez Renault France...

Renault a été vivement critiqué ces dernières années pour son expansion à l'international (et tout particulièrement sur les marchés émergents : Amérique Latine, Maghreb et Russie, pour ne citer qu'eux) et pour l'oubli de l'emploi en France. Il faut bien le reconnaître, Renault ne fait pas très fort en ce qui concerne l'emploi français puisque seulement 37 % des personnes travaillant pour Renault à travers le monde sont en France.

En clair, seulement un salarié Renault sur trois est Français, ce qui n'est évidemment pas terrible pour un groupe français, mais c'est aussi un peu ce que veulent la mondialisation aujourd'hui et la gouvernance de Carlos Ghosn qui a quand même réussi de jolis coups ces derniers temps (comme la reprise de Mitsubishi). Renault fait toutefois des efforts : l'an dernier, 661 emplois ont été créés en France par Renault  (en CDD et CDI, ce chiffre ne comptant pas les intérimaires, très nombreux). C'est une maigre croissance (+ 1,5 %), mais c'est mieux que rien. Et c'est aussi très peu au regard des suppressions d'emploi ces dernières années (près de 15 000 entre 2007 et 2013). Cela est dû à la réorientation internationale de Renault qui est parvenu à se hisser au top niveau mondial des ventes avec son allié Nissan, alors que la production française a été divisée par deux en un peu moins de dix ans.

Aujourd'hui, la situation se tasse donc et la tendance s'inverse même avec, de nouveau, de la création d'emploi en France, toujours dans le cadre de l'accord fait par Renault avec les syndicats et le gouvernement.

 

Les effectifs français de PSA en forte baisse

Chez PSA, c'est tout le contraire : l'emploi français est en nette baisse. L'an dernier, PSA a supprimé un peu plus de 3700 postes, et un chiffre résume à lui seul la situation au sein de PSA : les effectifs totaux de PSA à travers le monde fin 2016 équivalent aux effectifs français de 2007.

Là encore, on sent la réorientation internationale de PSA qui, comme Renault, tente de limiter sa dépendance à la France. La différence, chez PSA, c'est que l'effectif français représente encore 69 % des emplois mondiaux du groupe, soit près du double de Renault. Il faut cependant considérer également que les salariés de PSA dans le monde sont au nombre de 89 000 alors qu'ils sont de 125 000 pour Renault. La différence se fait donc là.

PSA a encore du chemin à faire pour progresser au niveau mondial, et tout particulièrement en Chine où la situation du français n'est pas bonne. Il se pourrait donc que PSA continue de réduire l'emploi en France au profit de l'expansion en Chine, qui reste le premier marché mondial...

 

Mots clés :

Commentaires (86)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

" Les effectifs français de PSA en forte baisse "

...z'ont tous démissionné quad ils ont vu qu'ils devraient assembler un concombre 3008 pour le Zemik.....

Par

A eux deux, PSA et Renault contribuent à 100 000 emplois salariés directs en France (et plus encore en indirect).

C'est énorme ! pour nos familles, nos enfants, notre économie.

Acheter une voiture d'un de ces deux groupes reste donc encore largement un acte patriotique, de solidarité nationale.

Par

....visiblement, tu réalises ton acte patriotique une fois tous les 30 ans.... :dodo:

Par

....mais bon, je vois que tu roules en Espace 4 d'occase aussi.... c'est plus du patriotisme, mais carrément un acte d'héroïsme.

Et pour le coup fort contributeur à l'emploi de main d'œuvre et à la ventes de pièces dans le réseau au cric.

Bravo !

Par

Une fois tous les 30 ans tu exagères. L'Espace IV en 2.0 dCi, un grand monospace extraordinaire. Habticale géant, confort impedccable et fiabilité légendaire de ce bloc. Le top.

Par

En réponse à Bonfim

A eux deux, PSA et Renault contribuent à 100 000 emplois salariés directs en France (et plus encore en indirect).

C'est énorme ! pour nos familles, nos enfants, notre économie.

Acheter une voiture d'un de ces deux groupes reste donc encore largement un acte patriotique, de solidarité nationale.

On peut acheter une Yaris française plutôt qu'une Renault espagnole ou une Peugeot slovaque.

Par

En réponse à duriezro

On peut acheter une Yaris française plutôt qu'une Renault espagnole ou une Peugeot slovaque.

C'est vrai.

Mais même en achetant une Renault espagnole ou une Citroën slovaque, on soutient l'emploi français. 100 000 c'est énorme.

Par

on peut aussi acheter un Q5 Mexicain ou une Kia slovaque...

Par

concernant l'article, c'est bien de citer des chiffres, mais il faudrait mettre en parallèle la baisse du marché français et l'arrivée de nouveaux concurrents qui n'existaient pour ainxis dire pas hors de chez eux il y a 10 ans => il ne faut pas confondre la poule et l'œuf.

Par

"Il se pourrait donc que PSA continue de réduire l'emploi en France au profit de l'expansion en Chine, qui reste le premier marché mondial..." C'est évident, quand le marché français et européen est plus bas qu'il y a 10 ans, le marché chinois a lui dû être multiplié par 2 ou 3.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire