Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Endurance - 8h d'Albacete - Réaction : La folle remontée du SERT

Dans Moto / Sport

Endurance - 8h d'Albacete - Réaction : La folle remontée du SERT

Après avoir connu la désillusion d'une grosse chute lors des 24 h du Mans, le SERT de Dominique Méliand voulait se racheter en Espagne lors des 8H d'Albacete. Pourtant impliqué dans la chute du départ, les mécaniciens ont réalisé un gros travail permettant aux pilotes de repartir rapidement pour remonter et finalement prendre la tête de course à 2h de l'arrivée sans plus la quitter. Dominique Méliand nous relate un week-end heureux.


Bonjour Dominique. Comment s'est passé votre début de week-end ?


Ca c'est bien passé car nous avons bien bossé depuis les 24 H du Mans. Nos essais ont été des essais de boulot sans chercher à être en haut de la feuille des temps mais si l'on a toujours été présent.


Vient le temps de la course et le départ que l'on connaît. Comment avez-vous géré cela ?


C'est vrai que la course a été difficile. Après, nous avons eu de la chance dans la malchance puisque toute la tête de course et les favoris se sont retrouvés dans le même bac à gravier. Vincent Philippe n'a pas été blessé et a pu rapidement ramener la moto.


Qu'aviez vous comme dégât sur la moto ?


La moto a fait un tonneau donc il y avait pas mal de casse. Les pots, la selle, les carénages et les commandes. Nos mécaniciens ont été très efficaces et la moto a rapidement pu repartir.


A la suite de cet événement, vous parvenez à remonter et à gagner. Un bel exploit ?


Oui c'est vrai. Il a fallu mettre les bouchés doubles pour revenir et tout le monde a tenu son rang. C'est une grande satisfaction. Maintenant, nous sommes 4e au championnat à 8 points des premiers. Tout est remis à 0, maintenant, on va pouvoir jouer.


D'ici à Suzuka, sur quoi allez-vous travailler ?


Tout d'abord, nous ne sommes pas sûrs d'aller à Suzuka. Tout dépendra de la décision des japonais. Concernant le travail sur la moto, nous travaillerons comme toujours dans la globalité et pas sur un point précis. Si par exemple, il y a de nouveaux pneus, nous travaillerons pour les exploiter au maximum et tirer le meilleur parti de la machine.


Merci Dominique et bonne continuation de saison.


Mots clés :

Commentaires (3)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

"En Espagne lors des 8h de Suzuka" c'est cela, oui... "mais si l’on a toujours était présent" -> même si l'on a toujours été présents. "Comment avez-vous gérer ça" -> comment avez-vous géré ça. "nous ne sommes pas sûr" -> nous ne sommes pas sûrs. "décision des japonnais" -> décision des japonais. Sans commentaire.

Par Anonyme

Je plussoie.

Par Anonyme

Je confirme, ça fout la trouille des "journalistes" comme ça...:ange:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire