Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Endurance - Interview : Objectif top 7 pour le team 18 et une participation à Suzuka

Dans Moto / Sport

Endurance - Interview : Objectif top 7 pour le team 18 et une participation à Suzuka

Auréolé d'un titre de vice champion du monde d'endurance, le team 18 des sapeurs pompiers a profité de l'hiver pour peaufiner sa saison 2010 qui s'annonce plus rude que la précédente. Aussi bien sportivement que financièrement. Pour autant, Yannick Bureau, le team manager, croit en ses chances d'obtenir d'excellents résultats. Il nous en dit plus avant le début de championnat du 17 avril prochain.


Bonjour Yannick. Après votre 2nd place au championnat du monde d'endurance, comment s'est déroulé l'hiver ?


A notre grande surprise, nous avons eu beaucoup de contact de gens qui souhaitaient venir rouler avec nous. Nous n'avions pourtant pas ouvert de candidature puisque nous étions très contents de notre équipe et chacun de nos 3 pilotes reconduisait avec nous. Il faut dire qu'à chaque fois que l'on a changé de pilote, c'était un coup d'arrêt ou une impossibilité pour le pilote de continuer mais pas une recherche absolue de performance. Nous avions donc décidé de poursuivre avec nos 3 pilotes car l'équipe est homogène, habituée à travailler ensemble et possède un bon feeling avec le staff mécanique.


Cela a même commencé avant Doha. Nous avons eu des contacts avec de très bons pilotes étrangers ou français. Parmi eux, il y avait des pilotes qui roulaient dans des teams permanents de pointe et sur des machines qui ont toujours été devant. Ca nous a fait très plaisir même si la réponse était toujours la même à savoir que l'on ne cherchait pas de pilotes titulaire mais que si nous avions un blessé, on se recontacterait.


Cela doit donner du baume au cœur ?


Cela veut aussi dire que côté pilote, nous sommes sereins. Nous avons un bon équipage dont on connait la valeur et on sait que si on a un ou des blessés ou un pilote qui souhaite arrêter à plus ou moins long terme, on sait que derrière nous n'aurons pas de problème pour le remplacer par des pilotes très rapides. Certains pilotes pro nous on même dit qu'il serait intéressés par une pige même non payé. Par exemple, un pilote australien s'est dit impressionné par la rigueur de l'équipe et ce que l'on arrivait à faire sans être des pros de la moto. Des gens disaient qu'ils étaient dans des équipes avec de gros moyens mais que depuis 1 an ou 2, il n'y avait pas de résultat. Et ces gars là, ils veulent des résultats pour leur carrière.


Comment tu vois la prochaine saison ?


Sur le plan sportif, c'est évident que se sera plus dur que l'an passé. Il y a le retour de grosses écuries parmi lesquelles on retrouve dans la liste des teams permanents tels que le SERT, le GMT, ou encore une très belle équipe BMW qui arrive. Pour nous, ça devrait corser un peu plus l'affaire même si l'année dernière on ne s'est pas empêché d'aller taxer les grosses équipes sur leur terrain dès que les faits de courses et la stratégie nous permettaient de passer devant.


Vous vous engagez à nouveau sur les Suzuki 1000 GSX-R 2008. Qu'aller vous apporter comme modification ?


Nous sommes en train de réfléchir sur un projet d'amélioration, qui consiste à investir dans un système d'acquisition de données châssis et moteur. On y réfléchit encore mais ça devrait permettre d'affiner un certain nombre de choses notamment dans le travail entre les pilotes et le staff technique dans un souci d'amélioration des performances. On est encore en train de finaliser cela car c'est coûteux et cela demande beaucoup de temps. Et nous, quand on fait les choses, on les fait à fond. C'est donc un projet qui nécessite d'avoir une personne qui fait ça dans l'équipe par exemple.


Que peut vous apporter un tel système ?


De manière indirecte, cela va nous permettre d'obtenir de meilleures performances tout en améliorant la fiabilité. Pour l'acquisition moteur, nous pourrons travailler sur l'injection, la richesse afin d'optimiser la consommation et la fiabilité. Pour ce qui est des acquisitions châssis, cela va permettre de comparer le ressenti des pilotes avec les données. S'ils ressentent tel ou tel comportement de châssis, on pourra le voir à l'acquisition et ainsi optimiser encore les réglages. Tout ceci dans le but de descendre les chronos.


Est-ce que ce système est utilisable en course ?


Nous ne nous servirons de l'acquisition que lors de nos essais privés ou essais libres. Le système coûte cher donc nous ne prendrons pas le risque de le détruire sur une chute. Et puis, la course ne laisse pas de place pour s'en occuper.


Quels objectifs as-tu fixé pour 2010 ?


L'objectif est de finir dans les 7 premiers du championnat tout simplement parce que la FIM fait une distinction au delà de la 7e place. Et cette distinction n'est pas anodine car cette année encore, notre budget est très dépendant de ce classement. Et puis, on se dit que sur l'échiquier mondial, on a notre place dans les 7. Après on peut faire une saison pourrie qui te propulse loin mais pour moi, on a notre place dans les 7. Bien entendu, nous irons le plus loin possible et si on peut accrocher un podium quelque part on ne s'en privera pas surtout sur une grande épreuve de 24 H mais ça c'est plus aléatoire. Et puis nous avons le projet d'aller au 8H de Suzuka. C'est encore du conditionnel car le budget pour cette course n'est pas encore bouclé. A nouveau, on se dit que c'est l'année ou jamais car il semblerait que dès 2011, le championnat soit plus gros et que l'on ne pourrait se permettre cette folie là s'il y avait ne serait-ce qu'une course de plus. Et si on va à Suzuka et qu'on peut marquer des points ce sera très bien. Si nous y allons, le but sera de finir dans les 15.


Tu dis que le budget pour Suzuka n'est pas bouclé. Combien manque-t-il ?


Il nous manque 10.000 €. C'est vraiment rageant parce que par rapport à notre place de vice-champion du monde, cela n'a pas débloqué énormément de chose. On nous dit encore que c'est la crise donc que l'on ne peut pas nous donner plus.


On a l'impression que cela fait assez longtemps qu'on vous promet plus et que malgré les excellents résultats, cela ne vient pas. Ca doit être frustrant ?


Effectivement. On s'attendait à ce que notre place de vice-champion nous aide beaucoup mais c'est loin d'être le cas. Dunlop nous fournit un peu plus de pneus pour 2010 mais nous devront encore économiser sur tout. Par exemple, sur 2009, tous nos pneus ont été emmenés au bout du bout avec les risques de chute que cela implique. On pensait vraiment que ce titre nous apporterait de la sérénité dans le budget mais il n'en est rien. On réfléchit encore à l'acquisition de données parce que ça coûte de l'argent, on devra encore économiser nos pneumatiques. Cela rend la bagarre encore plus difficile. On aimerait pouvoir ne plus avoir à penser à ça, mais visiblement la crise est encore là.


Malgré ça, vous restez fidèles à vos partenaires.


Bien sur. En 2008, ils l'ont été avec nous donc on l'est envers eux maintenant. Mais on se dit aussi qu'un jour, ça payera et que lorsque la crise sera finie, ça devrait aller mieux pour nous aussi. Concernant Suzuki, nous avons changé, à la demande de Suzuki France, de concessionnaire. C'est maintenant la concession Axe-Audemar de Toulon qui est partenaire du team-18.


Autre point de satisfaction pour le team 18, c'est que les sous-combinaisons Skeed ont été élus meilleurs produits de l'année au dernière JPMS. Comment vois-tu cela ?


D'un très bon œil. Cela montre que le team 18 est aussi capable de travailler sur du développement de produits performants. C'est vraiment une grande satisfaction pour nous tous.


Et bien merci Yannick et bonne saison 2010.


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire