Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Endurance - Superbike: Interview exclusive de Christophe Guyot le boss du GMT 94

Dans Moto / Sport

Endurance - Superbike: Interview exclusive de Christophe Guyot le boss du GMT 94

David Checa qui rempile pour une neuvième saison, Kenny Foray qui redouble et qui aura à coeur de faire valoir ses qualités tant humaines que de pilote et Matthieu Lagrive qui n'est plus à présenter dans un monde de l'Endurance qu'il a conquis moult fois, voici le nouveau trio d'un GMT94 plus que jamais attaché à Yamaha. Mais aussi a la cause Michelin après une déconvenue Bridgestone. La structure de Christophe Guyot aura à coeur de se racheter d'une campagne 2010 qui ne lui a pas fait de cadeau. L'occasion de faire le point avec le boss:


Christophe, la saison 2010 est apparue difficile pour un GMT94 qui a dû changer de manufacturier tout en se trouvant dans l'obligation de remodeler son trio de pilotes. Quel bilan tires-tu de cette campagne ?


Oui la saison 2010 a été difficile. Nous n'avons jamais réussi à être compétitifs avant l'arrivée de Michelin. Surtout nous avons compté beaucoup de chutes. Même si la plus grave, n'est pas liée aux pneus mais à de l'huile répandue sur la piste d'Albacete. Grégorio Lavilla est toujours blessé depuis le mois de juin. Sa hanche est rétablie mais il a de gros problèmes avec son épaule qui le fait souffrir. Il est difficile de faire un bilan maintenant. Un bon résultat nous tendait la main au Bol, puis au Qatar. On a toutes les bonnes raisons de rester optimiste.


Qu'est-ce qui n'a pas marché avec Bridgestone ?


Nous avons déjà vécu des échecs par le passé. Nous avons perdu plus de courses que nous en avons gagnées. Mais jamais je n'avais connu le manque de compétitivité. Nous ne faisions plus partie des favoris. On est passé de la première à la vingtième place en championnat de France. Tout le monde a énormément donné. De tous les côtés. On nous a juré que nous disposions des pneus du MotoGP. Nous ne saurons probablement jamais pourquoi cela n'a pas fonctionné.


Quels sont tes plans et tes objectifs pour 2011 ?


Depuis notre titre mondial en 2004, nous n'avions pas couru d'autres épreuves que les 24 du Mans et le Bol d'Or en endurance. Nous sommes revenus en 2010 et nous terminons la saison à la huitième place. Bien sûr, le niveau est excellent. 32 teams permanents ont couru ce championnat. Mais il est hors de question d'en rester là. Nous sommes hyper motivés pour revenir jouer avec les meilleurs et tenter de gagner à nouveau des courses. Nous ne repartirons pas avant d'avoir atteint cet objectif.


Endurance - Superbike: Interview exclusive de Christophe Guyot le boss du GMT 94


Parlons Superbike. Que penses tu de l'évolution de cette catégorie qui, on le sent dans tes commentaires enflammés sur Eurosport, t'est si cher ?


Oui j'aime le Superbike. J'aime son histoire. J'aime sa philosophie. Mais son évolution est contraire à tout ce que nous en attendons. Cela ne m'empêchera pas de l'aimer encore. Espérons que les bonnes décisions ne seront pas prises trop tard.


Penses-tu qu'une écurie privée peut encore y tirer son épingle du jeu ?


Aujourd'hui aucune n'y a sa place. Les motos de Superbike sont des prototypes d'usine. Au moins autant que les MotoGP. Réservoir sous la selle, électronique de pointe, suspensions spécifiques, moteurs en développement perpétuels, rien, absolument plus rien n'est accessible dans une catégorie qui voulait offrir la possibilité de faire de la compétition à haut niveau à partir de motos sportives homologuées. De plus, le règlement était bien plus strict à l'origine. Aujourd'hui, en exagérant à peine, je dirais qu'on en laisse l'interprétation aux usines plus qu'aux commissaires techniques. Ce qui accroit encore les écarts.


Ton partenariat avec Yamaha est historique. Pourtant, il semblerait que les marques européennes aient le vent en poupe et semblent comme prendre une revanche sur l'histoire avec des produits à haute valeur technologique. Es-tu d'accord avec cette analyse et comment perçois-tu cette concurrence ?


On est dans une logique de marché. La Yamaha R1 est un outil magnifique. Elle empreinte une technologie de pointe. Elle ne manque pas de références historiques. C'est aussi une moto qui se vend. J'ai du mal à percevoir de la part de ces nouveaux concurrents une quelconque revanche sur l'histoire, ou l'ambition d'un défi technologique. Je pense qu'ils ont plus en tête de prendre des parts de marché. Cela dit , le public est ravi de la présence d'autant de marques et je pense que c'est une chance pour notre sport.


Endurance - Superbike: Interview exclusive de Christophe Guyot le boss du GMT 94


Dans un contexte économique difficile, la moto doit se débrouiller sans aides d'une prime à la casse ou autres sortes d'encouragements de qui que ce soit pour continuer son chemin. D'un point de vue général, comment vois-tu l'avenir à court terme de la moto et celui de la compétition ?


Il est vrai que les motards ne sont pas franchement aidés. Pire, on est encore trop souvent rejetés. Bientôt on ne pourra même plus se garer à Paris ! On nous taxe dans les aéroports et près des gares alors qu'on ne gêne personne et que le deux roues est une excellente solution face au trafic urbain croissant. C'est révoltant. En même temps, je trouve que l'attitude des automobilistes ne cesse d'être plus respectueuse. Bien souvent, j'en vois qui s'écartent sur le périphérique. La compétition impressionne et séduit aussi. Le championnat du monde d'endurance passera intégralement sur EUROSPORT en 2011, en plus des GP, du SBK et même du SBK anglais. Sans compter le cross, l'enduro et le trial…C'est qu'il y a plus de spectateurs qu'on ne le croit. Je suis persuadé que notre passion vaincra tous ceux qui voudraient nous empêcher de rouler. Comme pour la course, comme pour la vie de tous les jours, je dirai que nous sommes condamnés à gagner.


Le GMT94, c'est aussi des opérations de solidarité, des journées de roulage, un club. Peux-tu nous faire le point sur ces activités ?


Il n'y aurait pas assez d'une interview ! Samedi 11 décembre nous participions à la journée des solidarités qu'organise le Conseil Général du Val de Marne tous les ans. Il s'agit d'une journée durant laquelle 1800 personnes en fin de droit et vivant au dessous du seuil de pauvreté reçoivent un chèque pour les aider à passer Noël. La ville d'Ivry et de nombreuses associations, telles la Croix Rouge, Emmaüs, les resto du cœur etc… sont présentes. Depuis plus de 15 ans, j'y participe en présentant notre moto de championnat du monde. Pour reprendre une expression du Maire, ce n'est pas parce qu'ils sont pauvres qu'ils n'ont pas droit à la richesse. Certains visiteurs seront invités à nous rejoindre à Carole, au Mans, ou au Bol d'Or. Nous les y accueillerons.


Avec le soutien d'Eric Dieudonné et des mini motos de la FFM, nous avons permis à 110 enfants de faire de la mini moto. Ils ont été encadrés par des moniteurs et par l'équipe du GMT. Cette journée restera un moment fort pour tous. Nous y avons vécu des instants chargés d'émotion. Elle fait partie de celles qui justifie ce « 94 » que je porte depuis mes débuts. Nous faisons bien d'autres choses bien sûr. Nous accueillons des stagiaires toute l'année, nous travaillons avec des écoles et des collèges, je parraine la piste CRS GEMA pour la formation des jeunes à la conduite moto.


Et puis il y a ce projet « Ouvrez les circuits » écrit avec Patrick Jacquot et qui me tient à cœur. Il ne cesse de se développer. C'est dans ce cadre que nous participons au « open » Mutuelle des Motards organisés sur de nombreux circuits français. mais je te propose d'arrêter là ou de faire une autre fois une interview sur ce sujet qui n'intéressera peut-être pas tout le monde…


Commentaires (4)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Si seulement il pouvait s'abstenir de commenter le moto gp sur eurosport, c'est le plus soporifique que j'ai jamais écouté, il fait des phrases super longues pour rien, j'en viens même à couper le son de la TV, j'en pouvais plus.

Par Anonyme

Pour revenir sur Christophe Guyot , il a le merite de faire partie integrante du monde de la vitesse francaise et d avoir eu plusieurs casquettes pilote puis team manager je conviens que lorsqu il est invité sur eurosport ,on ne peux pas lui decerner la palme des commentateurs mais c est quelqu un qui vit la moto 120 % , mais que dire alors des deux autre paires de burnes sur pattes qui sont a temps plein pour commenter le motogp(Tissier et Monneret), ils suivent a peine les courses quand ils commentent, et s empressent de profiter de leur statut pour faire du tourisme sexuel tout en suivant les étapes du continental circus..............Le seul , je dis bien le seul qui est vraiment valable , c est philippe barret qui suit le sbk,le reste que des baltringues......

Par Anonyme

 Regarde NT1 si tu es pas content... avoir son avis sur un plan technique je trouve ça interessant. Je dis pas que c'est le meilleur, mais d'ici a dire se que tu dis, c'est naz.....

Par Anonyme

NT1 c'est pas de la HD, ils ne montrent pas les autres courses ni les essais ni les qualifications. Tissier est vraiment pas terrible. Monneret ca va. Le docteur S 125 pas terrible non plus. Turco se trompe souvent.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire