Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Entretien avec Bruno Muller Directeur Général de Zero Motorcycles France

Dans Moto / Pratique

Entretien avec Bruno Muller Directeur Général de Zero Motorcycles France

Caradisiac Moto s'est entretenu avec Bruno Muller, récemment nommé à la tête de la division française de Zero Motorcycles. Figure emblématique dans le monde du deux-roues grâce à une solide expérience exercée au sein des plus grands constructeurs, Bruno Muller nous confie ses attentes et ses objectifs avoués pour le futur. Un véritable challenge à relever malgré un secteur électrique encore embryonnaire en France.


Caradisiac Moto : Bruno Muller, bonjour, avant de rentrer dans le vif du sujet concernant Zero Motorcycles, pouvez-vous nous établir un bref cursus de votre vie antérieure ?


Bruno Muller : bonjour, je suis dans le milieu du deux roues motorisés depuis 35 ans. J'ai démarré au sein de Yamaha Motor France en tant que Responsable des ventes France durant 10 ans avant d'intégrer les productions européennes avec dans un premier temps Piaggio France, où j'ai officié en tant que Directeur Commercial. Au total, je suis resté 10 ans chez Piaggio dont 3 ans en Italie afin de relancer la marque Gilera. Enfin et plus récemment, j'ai intégré Peugeot Scooters comme Responsable du marché français puis du marché Europe avant de finir en tant que Directeur de la Communication et des Relations extérieures.


Caradisiac Moto : aujourd'hui, quelle fonction exercez vous chez Zero Motorcycles ?


Bruno Muller : Zero Motorcycles souhaite intensifier son développement sur le marché de l'électrique en Europe et plus particulièrement en France. Dans cette optique, je viens d'être nommé Directeur Général de la filiale française où je vais devoir développer la marque à tous les niveaux (communication, commercial). Un vrai à challenge à relever !


Caradisiac Moto : quelle est votre vision du segment électrique en France ?


Bruno Muller : il ne faut pas se voiler la face, il est clair que le marché de l'électrique en France ne représente qu'un faible pourcentage. Zero n'est pas leader sur ce segment, aujourd'hui, BMW se place en première position grâce aux ventes de son scooter C-Evolution. Notre ambition est de nous développer sur la moto. Il me semble important d'insérer des véhicules de démonstration et de les faire essayer au public afin de démontrer l'avancée technologique et les bienfaits des produits électriques.


Caradisiac Moto : pouvez-vous établir un historique de la marque Zero Motorcycles ?


Bruno Muller : Zero Motorcycles existe depuis 2006, date à laquelle les premiers véhicules ont été conçus, développés et produits principalement pour le marché américain. Il faut savoir que Zero assure 100 % de sa production (châssis, moteur) à l'intérieur de son usine localisée à Santa Cruz dans l'état de Californie. En 2014, 1500 unités sont sorties des lignes d'assemblage. Il faut attendre 2009 avant de voir quelques embryons de présence de la marque sur l'hexagone.


Caradisiac Moto : que représente la part de marché de Zero Motorcycles en France?


Bruno Muller : là-aussi, il convient d'être très clair sur ce point. Il s'est immatriculé 50 véhicules en 2014. Notre objectif avoué est de doubler, voire de tripler ce chiffre en 2015, à condition de développer correctement le réseau. La part de marché représente moins de 1 % sur le secteur de la moto. Cependant, il est très intéressant de voir que nous connaissons actuellement un très beau développement dans des pays européens comme l'Allemagne, la Suisse, ainsi que le nord de l'Europe. Aujourd'hui, nous souhaitons mettre tout en oeuvre pour accroître notre présence en France mais aussi en Italie et en Espagne.


Caradisiac Moto : en 2009, l'arrivée des premiers véhicules ont montré quelques failles, notamment en matière de finition perfectible. Qu'en est-t'il réellement aujourd'hui ?


Bruno Muller : d'une manière générale, Zero Motorcycles prend en considération toutes les remarques qui peuvent être faites. Les modèles 2015 le prouvent avec la réalisation d'améliorations par rapport à la gamme 2014. On remarque aussi l'apport de technologie sur le plan de la sécurité active grâce à l'intégration du système ABS Bosch.


Caradisiac Moto : vous parliez de l'apport de nouvelles technologies sur les modèles 2015, où en est la gamme Zero à ce jour ?


Bruno Muller : la gamme 2015 se compose de deux modèles routiers, plus connus sous les appellations S et SR. ils se déclinent en deux choix de batteries (ZF9.4, ZF12.5). Parallèlement, il existe pour tous nos modèles (excepté la FX) la possibilité d'ajouter une batterie supplémentaire appelée Power tank. Ensuite, nous avons la DS qui reprend un peu l'esprit Scrambler, très en vogue en ce moment, et enfin, nous terminerons par la FX, un modèle typé trail.


Caradisiac Moto : la gamme 2015 est accessible uniquement avec le permis moto ?


Bruno Muller : à l'heure actuelle, l'ensemble des produits sont accessibles avec le permis A2


Caradisiac Moto : pourtant lorsque Zero Motorcycles est arrivée en France, elles étaient accessibles aux détenteurs du permis B, verra-t'on un jour une extension de gamme pour ceux qui ne possède pas le permis A2 ?


Bruno Muller : effectivement, notre gamme n'est à ce jour pas disponible pour les détenteurs d'un simple permis B, cependant, il n'est pas impossible que l'on travaille dans le futur à ce manquement afin d'élargir la clientèle. Voilà un point intéressant et à étudier scrupuleusement dans les prochaines années.


Caradisiac Moto : selon vous, que faudrait t'il faire pour inciter le public et les collectivités locales à franchir le pas ?


Bruno Muller : dans un premier temps, il faudrait se retirer de la tête l'image négative que peut engendrer le véhicule à propulsion électrique : il y a le problème de l'autonomie sachant que Zero a fourni un gros effort sur ce point avec des batteries susceptibles d'atteindre 200 km (kilométrage vérifié, et là j'incite la clientèle à venir approuver cette affirmation). Ensuite, il me semble pertinent de présenter la gamme Zero aux différentes organisations gouvernementales et municipales. Parallèlement, il faudrait peut-être mettre en place à l'image de la Principauté de Monaco, des aides gouvernementales.


Caradisiac Moto : travaillez-vous à la mise en place d'appels d'offre des collectivités locales ?


Bruno Mulller : cela fait à peine deux mois que j'ai pris mes fonctions au sein de l'entreprise et je n'ai pas eu le temps de me pencher sur cette question. La priorité numéro un reste le développement du réseau à l'échelle nationale pour assurer une couverture suffisante de nos produits.


Caradisiac Moto : quel est l'état du réseau actuellement ?


Bruno Muller : aujourd'hui, nous avons six concessionnaires sur le territoire national. Notre travail va être de présenter notre gamme aux futurs concessionnaires et de leur démontrer que l'intérêt pour l'électrique est grandissant. Notre objectif d'ici un an sera de proposer une quarantaine de concessions en France pour arriver aux alentours des 80 points de vente dans les trois ans à venir. Il me semble primordial d'être implanté dans les grandes agglomérations.


Caradisiac Moto : dernière question, des nouveautés prévues pour 2016 ?


Bruno Muller : nous avons deux grandes vitrines à venir cette année avec tout d'abord, le salon de Milan, qui est devenu le rendez-vous incontournable sur la scène internationale, puis Paris quelques jours plus tard. Je peux d'ores et déjà vous dire que la marque sera présente à Milan et à Paris.


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire