Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Essai Adiva AD 125 cm3 : Une si longue histoire

Dans Moto / Nouveauté

Essai Adiva AD 125 cm3 : Une si longue histoire

Le concept d'un scooter doté d'un toit amovible remonte à la fin des années 90. 1997 pour être plus précis, date à laquelle Benelli lance sur le marché ce drôle de deux roues motorisés. Quelques années plus tard (2000), il refait surface mais sous l'appellation Fulltime via le constructeur français automobile Renault. La licence prit ensuite le chemin de l'Italie où le scooter fit l'objet de plusieurs modifications et motorisés par un bloc Piaggio. Racheté ensuite par un groupe japonais en 2008, Adiva redevient une marque et se classe cinquième constructeur japonais. Le groupe asiatique reprit possession des moules italiens et décide de relancer la production dans une usine toute neuve basée à Taiwan sous le nom AD 125, motorisé par un bloc Sym. Digne d'un roman, le dernier épisode de la saga prend fin lorsque l'importateur Euromotor (détentrice des marques PGO, Hooper) décide de relancer l'AD 125 sur le marché français. Mais aujourd'hui, quel avenir pour ce genre de véhicule ? quelle cible peut-il atteindre ? Caradisiac Moto l'a testé pour vous...


dimension adéquate

Essai Adiva AD 125 cm3 : Une si longue histoire


L'AD 125 cm3 se donne pour mission de donner une seconde chance à ce genre de véhicule depuis la disparition du fameux BMW C1. Mais contrairement à son illustre aîné bavarois, l'AD se conduit avec un casque. Point positif tout de même, l'Adiva se charge d'une vraie place arrière à l'instar du C1. A première vue, l'AD laisse transparaître une morphologie exorbitante : Pourtant, les japonais (bien aidé par l'obtention des moules transalpins) se sont creusés les méninges pour élaborer une nouvelle plastique dans le but de faciliter l'intégration du moteur Sym. Cette fécondation donne lieu à des dimensions assez compactes, puisqu'il mesure 2223 mm de long et la distance entre la roue avant et la roue arrière atteint 1640 mm. D'ailleurs, l'installation à bord ne relève de la mission impossible, surtout pour les gabarits de moins de 175 cm où le positionnement du bas du dos vient se régler au millimètre sur le dosseret (un avantage doublé par une hauteur de selle culminant à 720 mm). En revanche, les personnes de plus de 180 cm auront peut-être un peu plus de mal à trouver leurs marques sur cette surface exigue. L'AD 125 impressionne surtout par son imposant coffre à casque : D'une contenance de 50 litres, rien ne lui fait peur et peut ingurgiter facilement deux casques intégraux, plus un jet. La capacité d'emport se révèle démoniaque si l'on additionne la superficie du coffre sous la selle (le creusement du dessous permet de loger un casque jet) et les deux vide-poches ouverts comprenant une prise 12 volts.


L'analyse générale de l'engin montre une finition correcte au niveau des plastiques. Parés de nouveaux feux à Led et de clignotants placés sur les rétroviseurs, l'AD prône des valeurs soignées. Malheureusement, nous ne pouvons pas en dire concernant le tableau de bord et les comodos où l'aspect bas de gamme prédomine. Ceci dit, il fournit l'essentiel de série : Trip partiel, trip kilométrique, warning, compteur de vitesse, jauge à essence, horloge, lave-glace. Enfin, la position sur les flancs latéraux du bouchon de réservoir (14 litres) facilite les ravitaillements à la pompe.


couvert ou découvert


Essai Adiva AD 125 cm3 : Une si longue histoire


Inutile de vous dire que la présence d'un tel engin sur la voie publique peut marquer à tout jamais le commun des mortels. En effet, il n'aura fallu que quelques minutes avant que la première voiture ne s'arrête devant nous et nous bombarde de questions, puis une deuxième. Il faut bien avouer qu'une rencontre du troisième type de ce genre ne se produit pas tous les matins. Car l'atout principal de l'Adiva réside dans sa protection : Le pare-brise caressé par des essuies-glace à deux vitesses (actionnés par un bouton sur le comodo droit) protège de bien des intempéries. sauf que l'Adiva contient d'autres trésors en la matière : Toujours de série, le toit amovible grâce à deux clips sera un atout cet hiver contre les températures glaciales. Les plus doués d'entre-vous réaliseront la manoeuvre en à peine 30 secondes. Adiva propose pour les plus frileux quelques options ( Déflecteurs latéraux, chauffage, tablier, déflecteurs de toit), mais également un branchement MP3 (d'où la présence de deux baffles sur le tablier.


Photos : Eddy Clio


Portfolio (22 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire