Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Essai Harley-Davidson Forty-Eight 2015 : révisons nos classiques

Dans Moto / Nouveauté

Essai Harley-Davidson Forty-Eight 2015 : révisons nos classiques

Suite à notre entretien avec Gérard Staedelin, nous avions appris que sur le podium des ventes d'Harley-Davidson se trouvait le Sportster Forty-Eight, une des entrées de gamme 1200 de la marque américaine. Si on ajoute à cela l'apparition de quelques améliorations depuis notre dernier essai, il était temps pour nous de nous repencher sur une de celles qui font battre le cœur des Français.


Entre son prix bien plus abordable qu'un Touring, un look plus badass que ses sœurs et qui est responsable, avec l'Iron 883, du rajeunissement de la clientèle de la firme, la Forty-Eight (ou XL48) propose l'accès à un custom qui pourrait bien vous surprendre quant à ses capacités sur la route. Mais nous n'en sommes pas encore là et c'est sous un soleil brûlant en Haute-Savoie que je récupère la machine.


Essai Harley-Davidson Forty-Eight 2015 : révisons nos classiques


D'un point de vue général, il suffira d'un coup d'œil pour savoir qu'il appartient à la gamme Sportster. Son petit et étroit réservoir fait partie des codes esthétiques incontournables, mais contrairement à l'ancienne version 1200, le 48 est affaissé au niveau de la roue arrière (et un bras oscillant plus long) et les cale-pieds sont partis sur l'avant comme un véritable custom. Bien dommage pour les fans de l'ancienne génération (Harley-Davidson 1200 Nightster), qui comme moi, préféreront le côté typé roadster que la gamme confère à l'origine. Ceux qui d'ailleurs voudraient opter pour des commandes reculées se verront confrontés aux soucis du placement des pots d'échappements d'origine, attention au moment du choix ! Sur le reste du look, le coloris noir brillant, lui confère un style assez discret, nous préférons les options pailletées disponibles au catalogue (bleu, jaune et rouge). Les finitions sont propres, même si certaines dispositions de câbles laissent à désirer. On retrouve beaucoup d'équipements communs avec celui de l'Iron, comme les rétroviseurs, le guidon, les leviers et le compteur, qui pour ce dernier, se résume au compteur de vitesse, un témoin de réserve, deux trip partiels et un total, une horloge et un compte-tours avec shifter intégré. Ce dernier se gère avec le commodos « trip » situé à gauche du guidon.


Essai Harley-Davidson Forty-Eight 2015 : révisons nos classiques


Sur les nouveautés apportées à ce millésime (2014/15), on notera la mise en place du HD Smart ou système de démarrage sans clé et l'apparition de l'ABS en version de série. Au grand désespoir des puristes qui préfèrent encore avoir une clé à placer sous le réservoir. De plus le système de freinage a été revu à l'avant avec un disque avant de 300 mm et un maître-cylindre en aluminium.


Du côté de la fiche technique, ce qui choque en premier lieu c'est la taille du réservoir : 7,95 litres, c'est 4,5 litres en moins que sa sœur l'Iron pour un moulin qui développe 15 chevaux de plus. Une aberration qui ne vous fera pas passer les 100 km d'autonomie. Un choix que nous avons du mal à saisir, hormis un simple choix esthétique. Idem sur les aspects pratiques, la configuration d'origine fera de vous le plus vilain(e) des égoïstes puisque la selle est monoplace et qu'il faudra lâcher les sous pour emmener avec vous votre sac de sable préféré ou encore espérer trouver une place sous la selle pour ranger un superbe gilet jaune, par exemple.


Essai Harley-Davidson Forty-Eight 2015 : révisons nos classiques


La hauteur de selle de 710 mm conviendra à la grande majorité des gabarits, enfin avec un poil de muscles dans les bras pour bouger le poids de 255 kilos en état de marche. Je n'ai pas personnellement eu de mal dans les manœuvres ou encore sur un béquillage optimiste dans la pente. Vive la centralisation des masses vers le bas !


Portfolio (31 photos)

Commentaires (10)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Petite correction, le 48 a toujours eu d'origine les reposes pieds en avant, si vous avez essayer un sportster 48 avec des commandes centrales c'est que cela a été modifié.

Par Anonyme

Si vous avez essayé. Désolé pour la faute de frappe.

Par Anonyme

 Je trouve que l'essayeur est trop severe avec cette becane. elle renoue avec le plaisir pur de la moto simple et egoiste. Ses defauts font son charme.  

Par Anonyme

En fait, je parlais surtout des générations avant la 48 (Harley-Davidson 1200 Nightster pour exemple). Elles possédaient une position comme le 883 actuel.

Par Anonyme

La forty eight a un chouette look, excepté le réservoir qui est visuellement ridicule autant que l'autonomie purement urbaine qu'il permet...J'ai eu l'occasion de voir un Forty eight rééquipé d'un réservoir de Sportster custom de 17L: non seulement les lignes sont bien mieux équilibrées ,mais ça rend la moto réellement utilisable... Faut pas oublier que le réservoir "forty eight" équipait à l'origine une...125!  En équiper une 1200cc était une drôle d'idée...

Par Anonyme

J'ai un 48 depuis 4 ans et  l'autonomie n'est pas de 100kms. Elle est bien supérieure. Elle est de 160kms, même si selon le style de conduite, on pourrait monter à 180kms. Je précise toutefois que le stage 1 (mise à jour de la cartographie) a été fait par la concession peu de temps après l'achat. Mais en tout été de cause les 100kms d'autonomie n'existent en fait que les motos neuves dont lemoteur n'a pas encore été rodé.

Par Anonyme

j'adore ma becane.... mais qu'est ce que ca fait mal au cul.... c'est vraiment pas confortable pour plus 30km. mais c'est vraiment la classe. peut etre avec des reposes pieds reculés.... l'autonomie en stage 1 c'est 120 bornes, les 160 bornes je vois pas comment c'est possible sans risquer la panne..... par contre avec les jantes alu pour 2016..... bof bof bof.

Par Anonyme

 Le forty eight est ma 1er harley et déjà 14.000 km rien que de longs trajets eh oui .C'est la moto qui me fait chanter et qui m'apporte beaucoup de bons moments.Je roule essentiellement en Italie et en Suisse,des trips j'en fais pas mal et des pompes on en trouve quant au mal au dos et le reste votre essayeur n'est pas en bonne santé. Excellente moto pour moi et j'en ai eu d'autres. ...L'important est de découvrir tranquillement d'autres contrées avec une bonne machine sur qui on peut compter cette moto est simple je le conçois mais tellement agréable. 

Par Anonyme

 Ma question est, je mesure 5'11" est ce que le forty eight est trop petit pour une personne de ma grandeur?

Par Anonyme

Bonjour Jean, Il n'y a pas de limite de taille pour cette machine. Le soucis pour les plus grands sera le genou droit qui vient buter dans le filtre à air. Le mieux c'est de monter dessus pour se donner une idée !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire