Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'inscrire

Essai - Hyundai i20 1,0 T-GDI 100 : le moteur qui lui manquait

Dans Nouveautés / Nouvelles versions

La seconde génération de Hyundai i20 marque un très net progrès par rapport à sa devancière et pourrait être une alternative de poids dans la catégorie des polyvalentes si elle n'était pas desservie par des mécaniques vieillissantes. Offerte désormais avec un tout nouveau 3 cylindres essence 1,0 T-GDI, a-t-elle maintenant tout pour convaincre ?

Essai - Hyundai i20 1,0 T-GDI 100 : le moteur qui lui manquait

Deuxième vente de Hyundai en France au premier trimestre 2016 après le Tucson, la i20 deuxième du nom sortie en 2014 peine pourtant à convaincre, enregistrant 1 430 ventes depuis le début de l'année, soit 20 fois moins qu'une Renault Clio ou qu'une Peugeot 208, qui plus est en recul de 45 % par rapport à la même période en 2015. Ce ne sont pourtant pas les qualités qui lui manquent, mais un défaut vient pourtant ternir ce tableau : ses mécaniques vieillissantes, que ce soit ses diesels poussifs ou ses quatre cylindres essence à la conception archaïque, sont le dernier rempart qui l'empêche de devenir une concurrente de poids face à une offre européenne particulièrement fournie. Et cette lacune est maintenant corrigée.

Essai - Hyundai i20 1,0 T-GDI 100 : le moteur qui lui manquait

Hyundai a en effet offert à sa polyvalente un tout nouveau moteur offrant les dernières caractéristiques en vogue : un 3 cylindres suralimenté. Le constructeur coréen offre d'ailleurs ici un exercice intéressant en gardant encore quelques mois au catalogue le 4 cylindres 1,4 l atmosphérique au côté de son remplaçant 1,0 l T-GDI, les deux délivrant la même puissance au cheval près, mais c'est le seul nombre qu'ils ont en commun.

Comparatif entre le 1,4 l et le 1,0 l T-GDI qui le remplace

  1,4 l 1,0 l T-GDI
Cylindres 4 cylindres en ligne 3 cylindres en ligne
Alimentation Injection électronique Injection directe et turbo
Puissance 100 ch à 6 000 tr/min 100 ch à 4 500 tr/min
Couple 134,4 Nm à 3 500 tr/min 171,6 Nm de 1 500 à 4 000 tr/min
0 à 100 km/h 11,4 s 10,7 s
Poids 1 175 kg 1 164 kg
Conso mixte 5,3 l/100 km 4,3 l/100 km
Taux de CO2 122 g/km 99 g/km
Prix (à partir de) 15 650 € 15 900 €

 Que ce soit sur le papier ou dans la réalité, il n'y a pas photo : le nouveau venu, tout trois pattes qu'il soit, domine largement son prédécesseur et vaut largement les 250 € supplémentaires que cela soit au niveau de l'agrément apporté par le couple à bas régime, les performances supérieures et les consommations largement inférieures, notamment grâce à l'adoption d'un système Stop & Start de série. C'est un moteur agréable à mener, qui ne rechigne pas à prendre des tours, avec un appétit raisonnable (5,5 l/100 km enregistrés lors de notre essai) et qui n'a rien à envier au point de vue personnalité à ses congénères à trois cylindres de puissance proche, qu'ils s'appellent EcoBoost chez Ford, PureTech chez PSA ou TCe chez Renault. Mais le problème vient de ce qu'il passe ensuite entre lui et les roues avant : la direction à l'assistance très artificielle manque en effet de précision et la souplesse des suspensions n'offre pas un caractère très dynamique à la i20, plateforme et liaisons au sol repris de la précédente génération commençant à monter leur âge. Cela n'est donc pas un modèle d'agilité comme une Peugeot 208, mais l'ensemble reste tout de même homogène et satisfera les besoins de la très grande majorité des conducteurs. Ajoutez cependant une boîte de vitesses qui a perdu son sixième rapport et cela en fait une voiture plus à l'aise sur parcours urbains et périurbains, ceux cherchant plus de polyvalence pouvant toujours se tourner vers la version 120 ch du même moteur.

Une planche de bord au dessin moderne et aux plastiques à la qualité en net progrès
Une planche de bord au dessin moderne et aux plastiques à la qualité en net progrès

Grâce à une longueur de 4,06 m, la Hyundai i20 conserve les qualités qui nous avaient séduits lors de son premier essai, comme l'habitabilité généreuse à l'avant comme à l'arrière, ainsi qu'un volume de coffre de 326 litres qui en fait la meilleure de la catégorie juste derrière la Skoda Fabia et ses 330 litres. On ne peut de plus que constater les progrès importants faits au niveau du design plus agréable de la planche de bord et du choix des matériaux même si un petit effort est encore nécessaire pour aller tutoyer les meilleures dans le domaine.

Accueillante à l'arrière...
Accueillante à l'arrière...
... comme à l'avant.
... comme à l'avant.
Et le volume de coffre n'a pas pour autant été oublié
Et le volume de coffre n'a pas pour autant été oublié

 Avec ce moteur 1,0 l T-GDI 100 ch, la sud-coréenne s'affiche à partir de 15 900 € en finition Intuitive comprenant notamment aide au stationnement arrière, climatisation manuelle, régulateur/limiteur de vitesse, système audio avec lecteur CD et quatre haut-parleurs, rétroviseurs électriques et dégivrants et quatre vitres électriques, ce qui constitue un excellent rapport prix/équipements. Optez contre 17 100 € pour la finition Intuitive Plus qui ajoute climatisation automatique, allumage automatique des feux, jantes alliage de 16 pouces et rétroviseurs rabattables électriquement, et il devient extraordinaire face à une Peugeot 208 5 portes 1,2 PureTech 110 Allure à 19 750 € à l' équipement similaire (mais aux performances supérieures), une Volkswagen Polo 1,0 l 95 ch BlueMotion à 17 370 € beaucoup moins fournie ou encore une Ford Fiesta 1,0 Ecoboost à l'entrée de gamme Edition à déjà 16 690 €. Au final, sa plus proche rivale reste la Skoda Fabia. La tchèque offre une habitabilité identique et des performances similaires avec le 1,2 l TSI 90 ch (mais ce dernier, un 4 cylindres moins moderne, se montre à peine plus gourmand que le 3 cylindres de la i20) et, en finition Ambition à l'équipement proche de l'Intuitive de la Hyundai, elle est facturée à peine 70 € de plus, à 15 970 €.

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 :

99 g/km - bonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :

Janvier 2016

A titre d'exemple pour la version II 1.0 T-GDI 100 UEFA EURO 2016.

1,47 m1,73 m
4,03 m
  • 5 places
  • 326 l / 1042 l

  • Méca. à 5 rapports
  • Essence

Portfolio (16 photos)

Hyundai I20 (2e Generation)

En savoir plus sur :
Hyundai I20 (2e Generation)

Vidéos populaires

Commentaires (32)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

"Ajoutez cependant une boîte de vitesses qui a perdu son sixième rapport"

Parfaitement stupide car une boite 6 bien étagée permet d'avoir l'avantage d'une boite 5 "courte" (performances) et d'une boite 5 "longue" (consommation et silence sur autoroute).

Par

une voiture coréenne en somme: correcte partout, mauvaise nulle part. a voir.

Par

En réponse à -Nicolas-

"Ajoutez cependant une boîte de vitesses qui a perdu son sixième rapport"

Parfaitement stupide car une boite 6 bien étagée permet d'avoir l'avantage d'une boite 5 "courte" (performances) et d'une boite 5 "longue" (consommation et silence sur autoroute).

Je n'irais pas jusqu'à dire que cette décision est stupide parce qu'ils ont surement étudié le sujet mais c'est en effet très dommage pour les raisons que tu cites.

Par

En réponse à rono kalamar

une voiture coréenne en somme: correcte partout, mauvaise nulle part. a voir.

Eux aussi essaient de copier les allemands maintenant, leur design devient presque austère

Par

Ils copient pas leur fiabilité en tout cas...

Par

Oh je le sens venir gros comme une maison... :hum:

Not' Pierrot qui nous essaye, coup sur coup, 2 autos de la même catégorie, avec motorisations et transmissions équivalentes, et cela au même endroit : çà sent le comparatif fractionné préalablement en 2 essais. Je prends les paris...d'autant que c'est pas la première fois.

Du coup, pas de suspense : à la vue des notes, on sait déjà que la Mazda l'emportera. Spoiler ! :cyp:

Autrement, j'avais presque fini par oublier à quel point cette i20 était affreuse. Y a juste...rien à garder... La précédente était plus jolie, c'est dire !

Alors certes la ligne est restée bloquée dans le 20e siècle, mais pour le reste Hyundai semble enfin vouloir faire franchir à sa citadine le cap de l'an 2000. Que ce soit pour les motorisations, ainsi que pour l'écran multimédia qui n'était pas disponible au lancement de l'auto (...).

Sinon j'aime bien les petites touches de bleu à l'intérieur : çà égaye le tout et surtout c'est tellement raccord avec la carrosserie...rouge... Il sera bien difficile de départager cette merveille d'harmonie avec le non moins superbe Violet Gastro-entérite de la Mazda. :voyons:

Par

un rapport prestations/prix intéressant face à la concurrence.

à voir également comparé à la mazda 2 90cv en finition intermédiaire, qui, grace à un bon moteur et faible poids permet à priori de meilleures perfs.

après, y a la garantie 7 ans je crois...

Par

En réponse à rono kalamar

une voiture coréenne en somme: correcte partout, mauvaise nulle part. a voir.

Bon à tout ! bon à rien !

Par

D'accord, un poil terne le design, mais la fiabilité semble restée bonne (ou non, avec ce nouveau mini-turbo 3-pattes?!)

.A mon avis, la version surélevée "Active" de l'I20 est plus attractive. Et plus pratique.

Par

En réponse à parlons-en

Eux aussi essaient de copier les allemands maintenant, leur design devient presque austère

et puis faut voir comment le coréen choisit sa voiture la bas: noir, blanc, gris si il a de la fantaisie, avec un dessin sobre, et des equipements a faire palir une GM des années 90. des lors, leurs vehicules n'ont jamais été transcendantes.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire