Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Essai KTM 1290 Super Adventure : à l'assaut du Mont GS

Dans Moto / Nouveauté

Essai KTM 1290 Super Adventure : à l'assaut du Mont GS

S'attaquer à la sacro-sainte BMW GS. Beaucoup ont essayé et beaucoup s'y sont cassé les dents, KTM y compris avec la 1050 Adventure et la 1190 Adventure, qui sont de bonnes machines mais à qui il manque le je-ne-sais-quoi pour créer la bascule sur le choix d'un baroudeur. Étant moi-même dans la classe des motards qui se tapent des milliers de kilomètres toute l'année, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige (et avec le sourire), c'est un essai pour lequel la barre des exigences était haute, surtout avec un prix de base à 17 990 euros, soit presque 2000 euros de plus que le GS en version de base (1000 euros pour la version Adventure).


Bon, sans jouer la mauvaise foi, nous savons que le Trail Allemand ne se vend quasi jamais sans option et que les prix peuvent monter très vite. A contrario, nous avons apprécié que les équipements de la Super Adventure de notre essai soient tous de série (sauf le MSR et le HHC), mais nous y reviendrons.


Essai KTM 1290 Super Adventure : à l'assaut du Mont GS


La première chose qui frappe sur cette KTM, c'est le coloris unique gris/blanc. Pas de noir et surtout peu d'orange, hormis quelques touches sur l'autocollant de la cylindrée, le LC8 et un liseré sur la boucle arrière. Un ton de couleur au final très discret, mais qui lui confère une certaine classe, nous avons aimé. Deuxième chose et pas des moindre : son gabarit. Nous sommes bien évidemment dans une catégorie où le filiforme n'est pas légion. Sa hauteur de selle de 860mm et son réservoir de 30 litres lui donnent des allures impressionnantes. Mais à y regarder de plus près, ce sont les assemblages des plastiques qui donnent cette impression de masse. D'ailleurs, on relativise assez vite d'avis sur sa taille lorsqu'elle se retrouve à côté d'un GS Adventure. Niveau poids, nous sommes à 229 kilos en état de marche ce qui est honorable pour la catégorie. Au final, cette Adventure reste agréable visuellement, le côté « gros bloc » que l'on pourrait reprocher aux anciennes générations n'est plus d'actualité.


Essai KTM 1290 Super Adventure : à l'assaut du Mont GS


Comme expliqué plus haut, cette KTM propose de série une liste assez impressionnante d'équipements. Inutile de choisir dans le catalogue d'accessoires de quoi rajouter, car il ne comporte que des packs de bagagerie et quelques gadgets. Sur l'ergonomie et le confort du pilote/passager, on commence par l'optique à LED complétée par deux feux adaptatifs LED (parfaitement intégrés dans la carrosserie) qui s'activent suivant l'inclinaison de la moto pour augmenter la visibilité dans les virages la nuit. Par exemple, sur un virage à droite, c'est uniquement l'adaptatif droit qui s'allume. La bulle de protection est en deux parties : la basse fumée, inamovible qui sert de pare-soleil à la lecture du compteur et la deuxième, réglable en hauteur grâce à deux molettes, qui donne une bonne protection du haut du casque, jusqu'en bas du torse, mais qui en position haute gênera la visibilité de la route. Le pilote et son passager se voient attribuer, chacun, une selle chauffante avec réglages indépendants (via un bouton près du porte-bagages pour le passager). Seul hic, les câbles qui passent sous la selle et qui peuvent être arrachés si on joue les bourrins en retirant la selle pour récupérer la maxi-sacoche d'outils KTM par exemple. On notera en plus les poignées chauffantes de série pour le conducteur. Comme sur les autres versions de l'Adventure, le bloc du porte-bagages contient déjà l'armature pour accrocher les valises latérales de la marque. Plutôt discrète, on apprécie de ne pas avoir besoin de bricoler pour devoir partir en vacances. Pour l'optimisation de la position du pilote, KTM a prévu plusieurs réglages de positions :


  • Positions de montage du guidon horizontal de plus ou moins 10 mm
  • Hauteurs de selle pilote 860 mm + 15 mm
  • Deux positions des repose-pieds en diagonal 10 mm vers le haut et l'arrière
  • Leviers manuels avec 5 paramètres d'ouverture

Mais la liste la plus impressionnante reste sans nul doute, la liste d'équipement au niveau de la partie cycle et la facilité des réglages à faire au tableau bord (via 4 boutons sur le commodo gauche). Ils peuvent se faire à l'arrêt comme en roulant :


  • Les suspensions semi-actives WP : 4 modes, sport, street, rain et offroad.
  • Le C-ABS (détection de l'angle d'inclinaison avec MSC)
  • Le Traction Control MTC
  • Détecteur de pression des pneus TPMS
  • Gestion de l'ABS
  • Ride by Wire : 4 modes, sport, street, rain et offroad.
  • HHC (Hill Hold Control) en option : aide au démarrage en côte
  • MSR (Motor Slip Regulation) en option : il rattrape les blocages de roue
  • Le régulateur de vitesse (s'enclenche via le commodo droit)
  • Le réglage des suspensions en fonction de la charge (1 ou 2 personnes + bagages)
  • Réservoir 30 litres
  • Béquille centrale de série !
  • Protège-mains
  • Pare carter
  • Jantes à rayons

Essai KTM 1290 Super Adventure : à l'assaut du Mont GS


Bémol en revanche sur l'aide au démarrage en côte ou le HHC (Hill Hold Control), qui est heureusement optionnel, qui bloque la moto dans le cas d'une pente. Hélas, même sur le plat, le HHC se déclenche, donne un effet « frein à main » et la moto qui refuse d'avancer. Il n'a pas été rare de caler malgré toutes mes tentatives différentes avec les leviers et la poignée de gaz pour la faire repartir. L'idée de base est bonne, mais l'application reste rebutante.


Sur le tableau de commande, pas de surprise, c'est la loi des séries qui opère chez KTM avec le même affichage compte-tours et deux écrans LCD. Celui de droite comporte, vitesse, indicateur de rapport engagé, jauge d'essence, le mode de cartographie, le mode de charge, voyant régulateur de vitesse, température et horloge. Sur l'écran de gauche, on peut faire défiler le menu comme le trip favori (réglages carto/suspensions), l'autonomie, la charge et la conso moyenne. 2 trips « Voyage » qui regroupent, trip, vitesse moyenne, conso, temps de voyage et l'autonomie. Et bien évidemment, comme cité plus haut, l'affichage et le réglage de la partie cycle se font via cet écran.


Pour cet essai, et mettre à l'épreuve l'agilité et la praticité de cette Super Adventure 1290, nous l'avons lancée sur de nombreux cols de montagnes des Alpes (Haute-Savoie, Savoie et Isère) sans parler d'un petit tour en ville et sur les voies rapides.


Essai KTM 1290 Super Adventure : à l'assaut du Mont GS


Portfolio (44 photos)

Commentaires (6)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

"La consommation en 160 chevaux sera bien évidemment supérieure." ca reste à prouver la 1190 consomme moins une fois débridé... Pour le reste, un des inconvénient de la 1190 (surtout la R), c'est que même avec la bulle haut position haute, la moto ne protège pas un pilote 1,85m hors c'est pratiquement le minimum pour monter dessus... dommage, est-ce le cas sur la 1290? Bref, pour le reste super bécane.

Par Anonyme

En ce qui concerne la bulle, j'étais effectivement moins bien protégée en version haute sur la 1190, qu'en version basse sur la 1290. Cela vous donnera déjà une idée du mieux !

Par Anonyme

 La selle de la 1190 Adventure devient brulante par forte chaleur d'été ! Insupportable ! Qu'en est-il sur la 1290 Super Adventure, SVP ?

Par Anonyme

La 1290 chauffe également à l'arrêt ou en ville (sous grosse chaleur). Le LC8 est réputé pour ça hélas. :pfff:

Par Anonyme

Bonjour Je possède une 1290 SA qui remplace ma BMW 1200 GS Adventure LC. --   La Ktm à niveau idem équipement  est bien moins chère que la BMW GS  LCA --  Ma KTM est full 160 cv 14,4 mkg de couple et est bien supérieure en moteur à la BMW 1200 GS LCA --  Après 6400 km elle ne chauffe pas du tout en ville, en été, dans Marseille à contrario de la 1190 dans les mêmes conditions. --  Quand on passe de 1àà CV à 160 cv on change totalement de moto et sur toute la plage de régime. Carton plein et réussite totale de KTM !!!

Par Anonyme

 Pour ma part, j'attends la prochaine sortie de la 1290 SMT ou 1290 GT... Ca va faire mal ! 

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire