Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Essai longue durée Dunlop SportSmart²: qu'en est-il après 5 000 bornes?

Dans Moto / Equipement

Essai longue durée Dunlop SportSmart²: qu'en est-il après 5 000 bornes?

Arrivé fin 2013 le SportSmart 2 succède logiquement à la première version avec un travail effectué sur l'adhérence, la tenue de route et… la longévité. Ça tombe bien, on a testé ce Dunlop sur plus de 5 000 bornes. Verdict.


Succédant à la première version née en 2010, le SportSmart 2 ou plutôt le SportSmart² (SportSmart x SportSmart = SportSmart²) déboule dans les bacs trois ans plus tard avec une évolution lui permettant de gagner en confort tout en offrant un meilleur retour des informations. Le comportement à vitesse non autorisée sur route a fait aussi partie des évolutions pour preuve sa structure directement issue du D212 GP Pro.


Essai longue durée Dunlop SportSmart²: qu'en est-il après 5 000 bornes?


Techniquement parlant le SportSmart² propose, comme sur tous les gommards routiers Sportmax une conception JLB (ou bandage sans joint pour éliminer tout chevauchement de ceinture) à l'avant et à l'arrière pour une zone de contact plus stable et une limitation des risques de déformation mais aussi JLT (bande de roulement sans joint pour une répartition précise des différents mélanges dans les différentes parties du pneu) pour la promesse d'une usure régulière tout en proposant une plus grande stabilité à haute vitesse. L'arrière a enfin droit à une conception multi-gomme (technologie MT).


Essai longue durée Dunlop SportSmart²: qu'en est-il après 5 000 bornes?


Pas besoin de microscope pour remarquer l'avant «sans rebord » pour plus de stabilité en ligne droite, un comportement neutre tant lors de la prise de frein que de la mise sur l'angle avec en prime des trajs' plus précises…


De vrais morceaux de nouveauté en somme pour faire de lui un pneumatique plus technique capable de faire de la borne sur des sportives ou des roadsters piqués aux hormones. C'est donc ce que nous allons vérifier sur un Z1000 sur plus de 4 000 bornes.


COMMENT QU'ON A FAIT ?


Pour avoir une vision la plus juste possible nous avons roulé de la manière suivante :


  • balades sur départementales (en duo ou non)
  • trajets autoroutiers (seul ou plus ou moins bien accompagné)
  • insertions en ville
  • déplacements de fainéant pour aller chercher le pain à moins de 400 mètres
  • routes défoncées où la DDE ne s'est pas aventurée depuis la première version du GSX-R (retrouvez ici son historique)

Du côté de la pression, une vérification a été effectuée tous les 15 à 20 jours en suivant les préconisations du constructeur. Aucune attention particulière n'a été apportée à la montée en température.


ÉVIDENT


Le premier ressenti au guidon est une sensation d'évidence, un peu comme si l'on connaissait ce pneu depuis longtemps. Pas besoin de faire connaissance, encore moins de l'apprivoiser, non le SportSmart² est un peu comme un vieux copain que l'on est content de retrouver.


Progressive et extrêmement neutre, la dernière version du SportSmart a un avant que l'on pourrait qualifier de plus rond. Ce n'est pas parce qu'il est moins incisif qu'il se montre pataud au contraire il devient facile, très facile. Évident. Ici pas de surprise ni de point d'interrogation le Dunlop fait son job sans aucune difficulté… naturellement.


En somme le pneu se fait oublier et devient le prolongement naturel de votre moto. Un réel point fort que nombre de concurrents envient !


AU FIL DES SAISONS


L'avantage d'un test longue durée c'est que l'on passe d'une saison à l'autre permettant de vérifier l'amplitude de son action. Temps de chauffe rapide en hiver, capable de passer sans problème les épreuves pluvieuses, le pneu se paye le luxe d'offrir une motricité remarquable. Impressionnant de facilité !


Ce qui l'est moins ce sont les remises de gaz sur l'angle lorsqu'il est très chaud comme actuellement avec un thermomètre affichant plus de 40°. Le SportSmart² a tendance à décrocher de l'arrière un peu comme s'il ne supportait pas bien le couple de la Kawa. Rien de grave cependant ces dérobades restent prévenantes voire limite joueuses.


Essai longue durée Dunlop SportSmart²: qu'en est-il après 5 000 bornes?

Essai longue durée Dunlop SportSmart²: qu'en est-il après 5 000 bornes?


Les kilomètres passant, le pneu reste constant. Désormais visible (au touché) la démarcation multi-gomme n'empêchera en rien une usure qui se veut uniforme sans que le temps affaiblisse l'un ou l'autre de ses points forts. Le Dunlop se montre toujours aussi confortable et précis. La facilité reste également toujours de mise… Si notre test s'est arrêté à plus de 5 000 kms nous gageons qu'il pourra encore faire 1 500 voire 2 000 bornes sans faiblir, un kilométrage de très bonne augure vu son segment !


BILAN


Avec une facilité rarement observée sur un pneumatique ce Dunlop nous a convaincu sur de nombreux points. Confortable, remontant un excellent retour des informations, homogène et précis le SportSmart² passe également avec succès le test longue durée. Après 5 000 bornes le pneumatique offre une usure régulière qui n'amoindrira pas ses qualités ni sur le sec ni sur le mouillé.


Une bonne alternative à la veille des départs en vacances pour ceux qui veulent rouler vite et loin sans se poser de question…


Commentaires (5)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

j'ai fait 7000 kms avec un cbr600 et s'en suis enchanté. de très bons pneus

Par Anonyme

un bon pneu très facile ou on a tout de suite confiance en lui.

Par Anonyme

 Venant d une paire de Sportsmart, c est naturellement que j ai fait monté un traîn de Sportsmart2. Comme décrit dans le test, la sensation de nouveau train ne se fait pas.sentir.  Un petit rodage d une grosse centaine de kilomètres, le pneu permet de " s'amuser" aux reaccelerations sans se faire peur.    Arrivé vers 4000, l avant a commencé à devenir flou. J ai constaté une usure un peu particulière. Je l ai montré à mon revendeur qui en a fait part à Dunlop. Verdict: usure anormale prise en partiellement en garantie car le pneu avait 5000 lorsque je l ai montré en mars et Dunlop estime que la durée de vie du pneu est de 3500 km. Il est arrivé là même chose à une amie mais là,  c est sa concession qui a constaté l anomalie lors d'une révision. Le pneu ayant moins de 3500 km, prise en charge totale. Je suis reparti sur des Metzeler M5 avec lesquels j ai quasi le même feeling, elle sur des Angel GT. Bye bye Dunlop,  j étais fidèle de la marque depuis 1995 ( juste une écart pour des Michelin PR3), votre avarice pour quelques euros vous fera vendre un traîn de moins par an.  

Par Anonyme

j'ai 4 200 kms avec le mien et pas de pb au niveau de l'avant mais moi c'est l'arrière qui commence à glisser à la remise de gaz. j'ai un duke et c'est la seconde paire de sportsmart2 que je monte. pas de pb avec la première paire que j'ai gardé" jusqu'à 6 000 kms

Par Anonyme

moi je fais 300 km avec max, faut dire que je fais du freestyle je fais fumer je drifte c'est trop l'éclate!!!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire