Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Essai Mash Adventure 400 : unique en son genre

Dans Moto / Nouveauté

Essai Mash Adventure 400 : unique en son genre

Le Trail c'est trop lourd ? Trop cher ? Pas franchement accessible ? Et bien voilà que Mash pourrait bien jeter un pavé dans la mare cette année. L'importateur Sima, surfant actuellement sur son succès de petites motos pas chéres , se lance un nouveau défi et édite un Trail en 400 cm3 : l'Adventure. Sortant totalement des catégories que pratique la marque, faire une machine d'une petite cylindrée quasi inexistante dans le Trail , accessible au permis A2 et le tout à petit prix, est-ce que Mash aurait tout compris ? Réponse dans notre essai.


Plutôt habitué à de la moto néorétro, voilà que Mash se lance en mode aventurier avec cette Adventure. Dans un paysage quasi désertique pour les petites cylindrées, il y a fort à parier que ce modèle va convaincre, surtout avec un prix affiché à 5490 euros. C'est au milieu des vignes de la Bourgogne, à Beaune, que nous avons pris rendez-vous avec ce Trail. La première chose qui saute aux yeux et bien ce sont les valises, ne me demandez pas pourquoi. En effet, fournies de série, ces deux proéminences en métal donnent un total de 70 litres de contenance et sont verrouillables à clé. Elle reflète parfaitement l'état d'esprit dans lequel la moto a été conçue, il est presque dommage que les lignes globales de la moto ressortent si sages surtout avec le coloris gris/noir. On retrouve la tendance du bec sous l'optique commune à beaucoup de Trail du marché. Au final, le ressenti côté look est plutôt neutre, ce n'est pas une folie esthétique, mais ce n'est pas non plus un cageot.


Essai Mash Adventure 400 : unique en son genre


De plus près on peut observer que l'assemblage est propre, mais il manque de soin apporté aux finitions avec des câbles apparents, des coulures sur la peinture de cadre ou encore les soufflets de fourches mal ajustés. À noter la présence des protèges-mains qui ne sont rattachés que par un seul côté du guidon, très sympa esthétiquement, mais un doute sur la longévité reste. Exit, le Trail blindé d'électronique, ici on retourne aux sources. Si pour certains, ça peut être un aspect rédhibitoire, j'avoue avoir un faible pour cette simplicité. Un sabot, un porte-paquet, des protèges-mains et une bulle haute d'un côté et de l'autre un compteur cheap qui ne compte qu'un compte-tours, un écran digital avec vitesse, jauge d'essence, voltage de la batterie, trip total et l'heure. Idéal pour les baroudeurs qui seront capables de bricoler eux-mêmes la moto sans avoir besoin d'un boîtier pour tout et n'importe quoi.


Mais simple ne veut pas dire qu'il manque l'essentiel, un bon point pour les suspensions qui sont réglable à l'avant en détente et compression et à l'amortisseur arrière Fast Ace est réglable également en détente et compression mais également en précharge. A noté également les jantes de 21 et 18 pouces en 90/90 et 130/80 qui lui confère encore de la hauteur pour une selle qui culmine à 880 mm et même si cette dernière est étroite les moins d'un mètre soixante-dix devront passer leur chemin. D'ailleurs pour enjamber la bête (ou bien en descendre) il faudra faire preuve d'une certaine souplesse car il sera aisé d'accrocher les valises avec les pieds, les tête-en-l'air risquent d'avoir des surprises surtout avec une béquille latérale qui place la moto assez droite conjuguée avec le grand débattement des suspensions.


Essai Mash Adventure 400 : unique en son genre


Nous avons apprécié que le réservoir de 19 litres soit bien intégré et ne donne pas d'impression de lourdeur une fois juchés sur la moto. La position est droite et agréable, les rétroviseurs ronds s'ajustent parfaitement et la bulle haute ne gêne pas la visibilité. Seule la forme droite du guidon pourrait gêner les mains sensibles avec cette impression d'avoir les mains qui tirent sur les extérieurs. Le poids (151 kg à sec) ne se fait pas sentir dans les manœuvres à l'arrêt grâce à sa bonne répartition des masses et un rayon de braquage plutôt petit.


Il est temps de partir à l'assaut de la route des vins…


Portfolio (34 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire