Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Essai - Mercedes Classe A 160 : asthmatique

Publié dans Nouveautés > Nouvelles versions

par

La plus petite des Mercedes a subi il y a peu un léger coup de bistouri. Et la marque a décidé pour l'occasion d'installer sous son capot un petit moteur essence 1.6 de 102 ch. Pour le meilleur ou pour le pire ? Réponse avec cet essai.

 

 En bref

Nouveau moteur d'entrée de gamme essence

1.6 102 ch et 180 Nm

À partir de 23 950 €

 

Désormais, le ticket d'entrée à la gamme Classe A est fixé à 23 950 €. C'est 1 850 € de moins que l'ancienne entrée de gamme A180. Par quel miracle ? Celui qui permet de dégonfler la puissance d'un moteur pour en proposer une déclinaison supplémentaire. En effet, la 160 abrite sous son long capot le même bloc que la 180, soit un 4 cylindres 1.6 essence turbocompressé. Sauf qu'il perd 20 ch et 20 Nm de couple, pour afficher les valeurs modestes de 102 ch et 180 Nm. Cela peut paraître bien peu, et puisque c'est bien ce nouveau moteur qui nous intéresse, nous allons commencer par parler de lui. Est-il un ramage à la hauteur du plumage de la Classe A ? Très clairement et sans plus attendre, la réponse est un grand non.

La face avant a désormais une calandre à une seule lamelle chromée.
Le profil laisse apparaître un long capot, ici assez vide.
A l'arrière le dessin des feux n'est plus le même. Exit les ailes, voici les virgules.

 

Pourtant, ce bloc ne manque pas de qualités. Il est silencieux à régime stabilisé et à bas régime, souple (même s'il faut s'habituer à gérer le passage de la première à la seconde, qui peut s'accompagner d'un à-coup), mais il émet aussi un petit bruit sympathique en haut des tours.

Elles ne peuvent malheureusement masquer le fait qu'il manque vraiment de puissance pour distiller un agrément de conduite correct. Il donne le change sur les trois premiers rapports, avec un 0 à 100 km/h abattu en 10,6 secondes, soit une valeur en phase avec la puissance (une BMW Série 1 116i de 109 ch est à 10,9 s, une Audi A3 1.2 TFSI 110 à 9,9 s). Mais il faut veiller à appuyer bien à fond sur le champignon. Bizarrement, dans le cas contraire, on a l'impression d'être à l'arrêt ou d'avoir oublié le frein à main...

Et les 102 ch s'essoufflent rapidement. Dès le 4e rapport, le semblant de vivacité disparaît, et les 5e et 6e rapports délivrent des reprises qui donnent surtout l'impression qu'un parpaing s'est coincé sous la pédale. Vous trouvez ce jugement sévère ? Se faire larguer en reprise par un 38 tonnes reste quand même légèrement humiliant quand on a une étoile au bout du capot... Le poids élevé de la Classe A expliquant aussi en partie la difficulté du bloc à s'exprimer (1 370 kg).

Heureusement que la commande de boîte est agréable à manipuler, car vous y aurez souvent recours pour rétrograder et retrouver un peu de jus.

 

Châssis au top mais consommation élevée

Avec des performances aussi justes, on espère au moins consommer peu. Las, l'autre problème quand on a un moteur un peu léger dans une caisse lourde, c'est la consommation. La A160 penche plus côté Depardieu que côté Bradley Cooper. Elle boit ! Annoncée à 5,4 litres en mixte et 124 g de CO2 par km, elle se révèle dans la vraie vie bien moins raisonnable. Tablez plutôt sur un bon 7,5 litres, en conduite cool. Votre serviteur, lui, en faisant un peu de ville et d'embouteillage, n'a pas fait mieux que 8,5 litres sur 450 km tous parcours confondus, avec un relevé mini à 6,5 sur route aux vitesses légales. La voiture était à peine rodée, la valeur pourra descendre d'un demi-litre avec les kilomètres mais il ne faut en tout cas pas s'attendre à des miracles. Les concurrentes font mieux (5 l et 116 g pour la 116i et 4,9 l et 114 g pour l'A3 1.2 TFSI 110) et aussi mieux dans la vraie vie. À noter qu'en ville, le système Stop and Start de série se fait parfaitement oublier. Presque pas de vibrations et une belle réactivité sont ses caractéristiques.

Si le petit moteur n'a pas grand-chose pour plaire, la Classe A, elle, reste une des compactes les plus agréables à mener. Même s'il est difficile de la pousser dans ses retranchements avec 102 ch, il est évident qu'elle ne demande qu'à procurer un grand plaisir de conduite à son propriétaire. La caisse est rigide, les suspensions bien calibrées. Elles maîtrisent parfaitement les mouvements de caisse tout en préservant un certain confort. C'est ferme oui, mais jamais trop, y compris avec les jantes de 18 pouces de notre modèle d'essai, dont on ne sait comment elles sont arrivées là puisque indisponibles, même en option, sur notre modèle d'entrée de gamme. Les jantes de 16 ou 17 seront donc encore plus confortables à l'usage.

Le freinage est mordant et équilibré. Si l'on appuie fort, se crée une petite instabilité du train arrière qui rend ce dernier joueur et permet d'inscrire facilement la voiture en virage serré. Bref, la Classe A est joueuse et cela plaira aux amateurs de conduite, qui regretteront d'autant plus de ne pas avoir les Watts qui vont avec. On a la sensation d'avoir entre les mains Usain Bolt mais qui n'aurait pas mangé depuis 1 semaine...

La direction, quant à elle, est précise, informative et assistée juste comme il faut. Bref, on se répète, mais la Classe A encaisse sans problème de bien plus grosses puissances.

 

Intérieur mieux fini, mais peu d'espace et d'équipement de confort en base

À l'intérieur on retrouve sans grande modification la planche de bord habituelle. Le restylage est arrivé sans évolutions esthétiques, mais la qualité des matériaux et des assemblages, même dans cette finition d'entrée de gamme, est en amélioration par rapport aux premiers exemplaires sortis de chaîne, ce qui n'est pas un mal. L'espace est correct à l'avant, comme à l'arrière, pour 4 personnes au plus. C'est l'accessibilité qui est acrobatique concernant la banquette, puisque les portes adoptent une découpe de coupé.

Le volume de coffre reste bien inférieur à la moyenne de la catégorie (autour de 400 litres). Avec 341 litres, la Classe A est une mauvaise élève en termes de chargement. Il faut le savoir, même si ses opposantes directes font à peine mieux (360 litres pour la Série 1, 365 pour l'A3).

Les places arrière sont confortables pour 2 adultes, pas plus
Le coffre affiche 341 litres, c'est bien peu pour la catégorie.
L'instrumentation est lisible et l'écran central reprend les informations multimédias et ODB.

 

Terminons avec l'équipement. Nous disposions, une fois n'est pas coutume, d'une véritable entrée de gamme Intuition. Oui, mais agrémentée de la quasi-totalité des options disponibles. De fait, le prix de base de 23 950 € était loin, puisque nous avons calculé plus de 31 000 € pour notre modèle. Qui du coup mélangeait allégrement le système "Command Online" à 3 100 € (grand écran 21 cm avec services connectés embarqués, GPS, appel d'urgence en cas d'accident), les feux full LED à 1 050 €, les rétroviseurs électrochromatiques, et autres équipements haut de gamme, avec une sellerie en tissu basique, des sièges à réglages manuels, un frein électrique mais non automatique et une climatisation elle aussi à réglage manuel, que l'on a plus vraiment l'habitude de voir dans une Mercedes. L'équipement de base reste correct pour le prix, dans la catégorie premium, Avec tout ce qu'il faut côté sécurité passive, mais on a beaucoup mieux chez les généralistes en confort, sans la prestance d'ensemble.

 

Au final, il vaut mieux, selon nous, opter pour la version 180 en finition Sensation, qui sera un meilleur compromis. Cette 160 Intuition n'est objectivement pas digne du prestige de l'étoile.

 

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 :

124 g/km - Bonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :

Février 2016

A titre d'exemple pour la version III (2) 160 5CV INTUITION.

1,43 m1,78 m
4,29 m
  • 5 places
  • 341 l / 1157 l

  • Méca. à 6 rapports
  • Essence

Portfolio (24 photos)

Inscription à la newsletter
Mercedes Classe A 3

En savoir plus sur :
Mercedes Classe A 3

Commentaires (93)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou Créer un compte

Lire les commentaires

Par

" Bizarrement, dans le cas contraire, on a l'impression d'être à l'arrêt ou d'avoir oublié le frein à main..."

Sur ce modèle, ça risque pas d'arriver....

Par

Quelle jolie Dacia Sandero ils se sont améliorés les roumains

Par

Plus de 23000 boules pour 102 chevaux?

Par

La voiture rêvée du français moyen qui vas vite courir faire un crédit

Par

Une belle arnaque allemande oui mais attention elle a une étoile donc vous pouvez acheter .

Ciao belli

Par

En réponse à Itac38.

Plus de 23000 boules pour 102 chevaux?

Oui, mais c'est une Mercédès.Le nom c'est déjà 1/3 du prix.

Par

Bof, je préfère une Peugeot 308 ou une Renault megane ! OU une japonaise.

Par

Comme absolument tous les moteurs en entrée de gamme, ils sont à éviter quoi qu'on en dise.

Par

Un modèle parfaitement en phase avec notre époque, qui mise tout dans l'apparence (jantes de 18" parfaitement adapté à l'esprit du modèle) et rien sous le capot.

Mais à quoi bon avoir de la puissance ? Combien de fois êtes-vous coincé à 40 km/h en ville ou 80 km/h sur route derrière un conducteur qui n'accélère pas mais sa voiture est pourtant capable de dépasser les 200 km/h et gavé de couple ? Ça m'arrive très souvent !!

Faites l'expérience avec une citadine de 60 ch, vous êtes parfaitement inséré dans la circulation, sans problème, en ville comme sur route.

Par

La ligne est très réussie et l'intérieur idem rien à dire, net sans bavure, la voiture dont on ne se lasse pas de sitôt, le moteur ? pour ceux qui sont obligés de tout compter c'est une offre d'accès. Les journalistes sont exigeants, en usage courant c'est sans doute suffisant, combien de diesel dans des compactes n'ont que 90 ch.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou Créer un compte