Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Essai Scorpion VX17 Air: pas grand chose à lui reprocher.

Dans Moto / Equipement

Essai Scorpion VX17 Air: pas grand chose à lui reprocher.

Ultra représenté dans le monde pro mais aussi chez les amateurs, Scorpion peut se targuer de toucher tous les milieux de la moto. Le tout-terrain et le supermotard ne font pas exception.


De Puy aux frères Chareyre en passant par le team Luc1 ou encore Pichon, le VX17 Air protège des têtes multiple fois titrées. Nous en avons fait l'essai.


Ayant lui aussi droit au système de gonflage maison Airfit permettant une meilleure adaptation des joues à la morphologie du pilote, le haut de gamme tout-terrain propose de vrais arguments techniques et un large choix de peintures de guerre pour séduire le motard sans pour autant assécher ses finances.


Eternity, Trophy, Impact, Bugster ou comme ici Letters, les déclinaisons de déco colleront à vos goût d'autant plus que chacune d'elles (hormis notre version d'essai) est disponible en différentes teintes, à moins que vous ne préféreriez une version unie (noire ou blanche)… clairement, le plus difficile va être de faire son choix.


RICHE


Particulièrement réussi dans la version Letters, le couvre-chef offre un assemblage précis qui n'a pas à rougir devant la concurrence, au contraire. Avec son prix doux, le VX-17 Air met à mal nombre d'autres marques souvent plus chères et moins bien loties.


Essai Scorpion VX17 Air: pas grand chose à lui reprocher.


Livré de série avec un second intérieur, le coréen vous permettra de repartir au sec après vos roulages estivaux ou tout simplement pluvieux.


Sans difficulté pour le démontage ou le remontage, les mousses trouveront leur place sans prise de tête pour l'ajustement, ni frayeur sur la durée de vie des clips et autres procédés d'arrimage.


Bien implanté, le système de gonflage et dégonflage se manipule sans problème même une fois ganté et gardera la quantité d'air choisie, quasiment sans perte de pression même après quelques heures de roulage. Se faisant plus ou moins ressentir en fonction de votre morphologie de visage, le système de pompe se montrera agréable lors des sauts, freinant les mouvements du casque ce qui aura tendance à limiter la fatigue ressentie.


Scorpion a pensé à équiper son couvre-chef d'une protection nasale limitant les agressions diverses, dommage que cette dernière soit fixe et limite imposante, rendant compliquée l'insertion du masque si celui-ci est couvrant comme c'était le cas lors de nos différents roulages… Mais voyons le positif… la protection prend son rôle au sérieux en évitant de vous transformer en Albator à chaque rencontre avec une branche.


Essai Scorpion VX17 Air: pas grand chose à lui reprocher.


FAIT CHAUD


Essai Scorpion VX17 Air: pas grand chose à lui reprocher.


Décliné en deux tailles de coque (XS/ M et L/ 2XL) le heaume est dans la moyenne du côté du volume de ce qui se fait actuellement, mais c'est du côté du poids que l'on aurait espéré mieux, même si là encore rien n'est vraiment problématique.


Vérifié à 1382 grammes pour une taille S, le VX-17 Air n'est pas loin du Shoei VFX-W (pour retrouver son essai, c'est ici) mais n'est pas assez compétitif par rapport à la concurrence sans parler des ténors dans ce domaine comme les Airoh (le test est ) et autres Marushin (essai ici).


Les mousses triple densité se montrent bien couvrantes de façon générale mais ici encore un poil abrasives, même si l'on sent bien que le fabricant à bosser sur le sujet. Plus grand chose à voir avec la première version de KwikWick, la version 2 s'avère être absorbante sans se transformer en Scotch-Brite… la troisième déclinaison devrait être au top.


Essai Scorpion VX17 Air: pas grand chose à lui reprocher.


Peu de critiques côté ventilation, hors celle de la mentonnière à l'efficacité discutable, le casque s'en sort bien même lors de nos roulages italiens en supermotard sans donner l'impression d'avoir une cocotte minute sur la tête, pourtant à Busca le soleil est loin d'être votre pote !!


DE LA TERRE AU BITUME


Trouvant sa place dès l'enfilage sans besoin d'ajustement, avec un champ de vision correct permettant d'appréhender sans problème les obstacles et autres prises de corde, le casque est aussi bien équilibré ce qui lui permettra d'accepter des vitesses honorables sans vous transformer en shaker modèle géant ni trop mettre à mal vos cervicales.


Essai Scorpion VX17 Air: pas grand chose à lui reprocher.


Sans les mettre à mal certes, mais ce n'est pas pour autant que la fatigue ne se fera pas ressentir après une journée de piste ou d'enduro


Mais le VX-17 Air tient cependant bon le cap quel que soit le terrain de jeu. Bien aidé par ses mousses englobantes et son procédé Airfit de qualité, il offre un rapport qualité/ prix plus qu'alléchant qui sera un argument de taille lors de l'achat, lui pardonnant ses mousses encore pas assez douces et sa protection nasale fixe qui se montre restrictive en fonction de votre masque… Contre 229 euros en uni, peut-on lui en tenir rigueur ?


Portfolio (1 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire