Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Essence : les gouvernements mondiaux se réveillent

Dans Moto / Pratique

Essence : les gouvernements mondiaux se réveillent

Ca s'agite, ça s'agite dans les hautes sphères, et pas qu'en France. La flambée des prix de l'essence affole de plus en plus de pays et même les USA où le prix est risible par rapport à l'hexagone. Et les bénéfices record annoncés par les compagnies pétrolières commencent à faire friser les divers gouvernements.


Aux USA


Après les annonces de ces dernières, le président Barack Obama entend supprimer les subventions pour les compagnies pétrolières qui coûtent chaque année à l'état américain 4 milliards de dollars. Oui, oui, vous avez bien lu ! Les USA reversent tous les ans des subventions pour « aider » les compagnies pétrolières.


Le porte-parole de la maison blanche, Jay Carney, annonce : «Étant donné les contraintes que nous subissons, étant donné la nécessité de nous serrer la ceinture, étant donné la nécessité de réduire le déficit, le président pense qu'il n'est pas correct de continuer à verser ces subventions. Les prix du carburant ont dépassé la barre symbolique des 4 dollars le gallon (3,78 litres) ces dernières semaines. Les automobilistes qui font le plein pour «60, 70, 80 dollars seraient atterrés d'apprendre que les grandes sociétés pétrolières vont annoncer des bénéfices record cette semaine».


Le président a demandé en parallèle que les compagnies présentent leurs résultats. Pour exemple Exxon qui avait dégagé un bénéfice de 45,2 milliards de dollars en 2008 lors de la dernière flambée de l'essence, pourrait aujourd'hui augmenter de 50% cette somme (source Wall Street journal). « Il est bon que des sociétés américaines réalisent des bénéfices mais il n'est pas nécessaire pour les contribuables de subventionner des sociétés qui jouissent de tels bénéfices» conclu Jay Carney.


En Russie


Changement de pays, changement de problématique. En effet, la Russie se retrouve en pénurie de carburant malgré le fait qu'il soit l'un des plus gros producteurs mondiaux de l'or noir. "La situation la plus critique concerne les régions de Saint-Pétersbourg (nord-ouest), Voronej (sud-ouest de Moscou), Sakhaline (Extrême-orient) et de l'Altaï (sud de la Sibérie)" à indiqué le FAS.


La cause ? La pression exercée par le gouvernement, le Premier ministre Vladimir Poutine sur les compagnies pétrolières. Elles doivent en effet baisser leurs prix sur les ventes faites sur le territoire. Il est donc plus avantageux pour ces dernières d'exporter plutôt que de ravitailler leurs compatriotes.


Certaines stations se sont déjà retrouvées fermées le week-end dernier et d'autres rationnent comme elles peuvent leurs clients.


En France


Après l'explosion des prix de ces dernières semaines, il semblerait que cela se calme. On pourrait presque observer dans certaines stations une légère (mais alors légère) baisse avec un passage du sans plomb 95 de 1,5383 euro le litre à 1,5348 euro. A contrario, le Diesel continue à augmenter en prenant 0,0117 cents en une semaine.


Mais le gouvernement français a quand même annoncé qu'il financerait un allègement fiscal pour les usagers avec la mise en contributions des compagnies à hauteur de 115 millions d'euros. Un moyen de revaloriser de 4,6% le barème du forfait kilométrique. C'est 500 000 personnes de professions libérales, 5 millions de salariés et 600 000 artisans qui se verraient soulagés.


Source, Source


Mots clés :

Commentaires (3)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

On en vient à se demander s'il n'y a pas un lien entre le prix élevé du carburant et les gros bénéfices des compagnies pétrolières... Comme quoi, le prix du pétrole a bon dos...

Par Anonyme

Et mais les mecs vous plannez ou quoi ? Les prix sont causés par les tentions du marché, croissantes : on ne peut plus produire plus de 80 millions de barils apr jouur alors que la demande continue d'augmenter. c'est donc la loi de l'offre et de la demande qui joue, pas le coût d'extraction. celui-ci reste stable (au max 20$/baril) donc le reste est FORCEMENT de la marge... il est donc logique que plus le produit devient rare, plus on fait des bénéf. rien de choquant à ça

Par Anonyme

Et puis faudrait pas oublier qu'on paie aussi la tipp et la tva. La tva étant un pourcentage du prix hors taxe, elle amplifie chaque augmentation de prix et rapporte donc davantage à l'état : elle est pas belle la vie ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire