Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Et si, chez PSA, on nommait l'ex-patron Philippe Varin employé du mois ?

Publié dans Economie / Politique > Personnalités

par

Et si, chez PSA, on nommait l'ex-patron Philippe Varin employé du mois ?

Nos confrères sont dithyrambiques et voient en Carlos Tavarès le sauveur de PSA. Mais à la barre du navire depuis deux ans, il a surtout géré efficacement un plan produit établi par son prédécesseur Philippe Varin. Lequel a également permis à Peugeot-Citroën de se renflouer grâce à l'argent de l'Etat français et du groupe chinois Dongfeng. Résultat : le nouveau patron, à force d'économies, a réussi à repasser dans le vert. En attendant de connaître sa véritable stratégie produit, rendons hommage à son prédécesseur mal-aimé.

Et si le vrai sauveur de Peugeot-Citroën c’était lui ? Comment, ça, il n’est plus là ? D’accord, Philippe Varin a cédé sa place à la tête de PSA à Carlos Tavarès depuis plus de deux ans. Mais il faudrait lui décerner le titre d’employé du mois par contumace et instruire son procès en révision. Car voilà un type qui a quitté son poste de PDG sous les quolibets alors que son successeur sur le trône de Peugeot-Citroën est couvert d’éloges. Dans les médias, il est quasi canonisé. C’est l’homme qui a sauvé PSA par-ci, celui qui a remis PSA sur la route par là : il ne manque plus que les prix Nobel d’économie et de la paix pour parfaire son CV.

Des lauriers pour Tavarès, du goudron et des plumes pour Varin

De son côté, l’ancien patron, recyclé à la présidence du conseil d’administration d’Areva, est l’homme par qui le pire est arrivé. Les milliards de pertes, la quasi-faillite : c’est pour sa pomme et il ne mérite que du goudron et des plumes. Rien à voir avec le nouveau boss. Au moins lui, il aime l’automobile. Au moins lui, c’est un pilote. Et au moins lui, il a sorti la boîte du rouge.

Certes, le groupe gagne à nouveau de l’argent (1,2 milliard l’an passé) et le patron paie sa tournée en offrant une prime et une augmentation à ses salariés. Mais de quel talent Carlos Tavarès a-t-il usé pour parvenir à ce résultat positif ? D’un sens aigu des économies. C’est beaucoup, mais c’est à peu près tout. La Peugeot 308, fer de lance du groupe, date de l’ère Varin, comme la 2008. La Citroën C4 Picasso itou, comme la C4 Cactus. Ces modèles assurent aujourd’hui encore la rentabilité de PSA (même si la Cactus n’est pas le carton que ses géniteurs espéraient).

Pas de véritable nouveauté depuis deux ans

Du coup, on se demande quelles sont les nouvelles autos conçues et commercialisées sous le règne de Carlos Tavarès. Et de s’apercevoir qu’il n’y en a aucune. Les restylages ont tenté de compenser le manque. Ils sont pléthore et peu de modèles y ont échappé. Toute la gamme DS, bien sûr, et tout le catalogue Peugeot, hormis la 308, ont eu droit à un ravalement. En plus, quelques petits arrangements et des moteurs plus puissants, mais déjà existants, ont permis la naissance des 208 GTI 30th et 308 GTI. Chez Citroën, on est allé sonner à la porte de Vincent Bolloré pour lui emprunter son Autolib Blue Summer et lui greffer une (très jolie) carrosserie d’E-Mehari.

Les groupies de Carlos nous rétorqueront que la situation de PSA ne permettait pas un déferlement de nouvelles autos comme chez Renault, qui a renouvelé sa gamme de fond en comble. Certes. Et que, quand même, l’argent frais qui manquait cruellement à l’époque des pertes abyssales, il fallait bien aller le chercher. Bien sûr. Mais là encore, c’est Philippe Varin, avant son départ, qui s’en est allé le quêter, à Bercy et chez le chinois Dongfeng avec qui il avait entamé un partenariat depuis plusieurs années.

Un super-gestionnaire

Mais rendons à Carlos ce qui lui appartient : un sens de la gestion hors du commun qui a permis d’éviter le pire. C’est donc un très grand comptable qui dirige la maison PSA. Quant à savoir s’il est aussi un grand stratège industriel, attendons de voir éclore la nouvelle Peugeot 3008 à l’automne prochain, le mini SUV Citroën un peu plus tard et son futur plan produits d’ici 2020. Il sera toujours temps, à ce moment-là, de lui décerner le titre d’employé du mois.

Inscription à la newsletter
Citroen

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (38)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou Créer un compte

Lire les commentaires

Par

"Dans les médias, il est quasi canonisé. C’est l’homme qui a sauvé PSA par-ci, CELUI MÉRITE QUE DU GOUDRON ET DES PLUMES. Rien à voir avec le nouveau boss. AU MOINS LUI, IL AIME L’AUTOMOBILE. AU MOINS LUI, C’EST UN PILOTE. ET AU MOINS LUI, IL A SORTI LA BOÎTE DU ROUGE. qui a remis PSA sur la route par là?: il ne manque plus que les prix Nobel d’économie et de la paix pour parfaire son CV.

Des lauriers pour Tavarès, du goudron et des plumes pour Varin

De son côté, l’ancien patron, recyclé à la présidence du conseil d’administration d’Areva, est l’homme par qui le pire est arrivé. Les milliards de pertes, la quasi-faillite?: c’est pour sa pomme et il ne et IL NE MÉRITE QUE DU GOUDRON ET DES PLUMES. Rien à voir avec le nouveau boss. AU MOINS LUI, IL AIME L’AUTOMOBILE. AU MOINS LUI, C’EST UN PILOTE. ET AU MOINS LUI, IL A SORTI LA BOÎTE DU ROUGE".

Michel, il faut déssaoulé avant d'écrire un article.

En plus des répétitions, certains passages de l'article sont à la limite de l'incompréhensible.

Et pourquoi pas un mot sur l'alliance délirante avec GM ?

L'ex patron de Pijo-Citron est comme tous les autres patrons de l'automobile française, il a agi avec sa culture, franchouillarde et un peu dépassée, du monde de l'automobile.

Par

Dites, vous savez Chez Caradisiac qu'il faut 5 ans pour sortir un nouveau véhicule ?

Le type est chez PSA depuis 2014 ...

Par

"du goudron et des plumes pour Varin"

À 300 000 € de retraite chapeau par an, çà fait cher le goudron et les plumes...

À moins qu'il n'ait anticipé la prochaine montée fulgurante du prix du pétrole...

Dingue ! Il est même visionnaire le PhiPhi !

Par

Alors j'aimerai apporter quelques nuances à votre propos qui me dérange beaucoup. Philippe Varin n'est en aucun cas l'employé du mois, il n'a pour simple objectif dans une entreprise que de la faire racheter par un autre (exemple: Corus), ce n'est pas un gestionnaire ni un homme d'automobile (il n'y était pas avant, ce n'est qu'une étape de sa carrière).

J'imagine que votre article est indépendant. Or, je pense qu'il vous manque une partie de l'information. Étant lié à un des grands dirigeants connaissant ce groupe et étant là avant la crise, je me permets d'apporter des modifications (justifiables). L'objectif de Varin en arrivant chez PSA est de donner une grande valeur à PSA pour le revendre (objectif de Robert Peugeot, une des branches de la famille) alors que Thierry Peugeot souhaite conserver l'entreprise et qu'elle s'en sorte (mais il ne veut pas de partenariat). Sauf que le résultat est catastrophique: un accord raté avec GM, une chute du groupe, une perte d'usine qui aurait pu être conservée, et enfin un problème de marché.

En effet, même si vous dites que le plan produits de PSA aujourd'hui vient de Varin, le premier modèle réellement choisi par celui-ci n'est que le Peugeot Transporter / Citroen SpaceTourer. Ce qui explique la lourde traversée du désert que vit Citroën depuis 2 ans, 3 ans pour DS et heureusement moins d'un an pour Peugeot (grâce au restylage et à la 308 qui était déjà dans les cartons depuis Streiff). Ce n'est qu'à partir de l'utilitaire finalement décidé en 2012 que les choses se sont débloquées.

Néanmoins la remontée de PSA n'aurait pas pu être faite sans Carlos Tavares qui a rapidement trouvé les bons éléments chez PSA. Sachez qu'une entreprise peut vite chuter comme elle peut vite remonter, ici c'est le cas. Ma connaissance croyait perdre son travail pourtant haut placé, à la fin de l'été 2014, car l'entreprise risquait de faire faillite. Je n'en dirai pas plus.

Enfin, votre temps de conception d'un véhicule me semble assez court. Regardez de quand date le premier concept Cactus et vous comprendrez.

Par

Je vous trouve très restrictif et peu objectif sur le bilan des deux hommes mais il est vrai que l'objectivité n'est pas votre apanage..... Faire du texte sans approfondir et sans ce relire, vous préférez!!!

Par

En réponse à VictorM1

Alors j'aimerai apporter quelques nuances à votre propos qui me dérange beaucoup. Philippe Varin n'est en aucun cas l'employé du mois, il n'a pour simple objectif dans une entreprise que de la faire racheter par un autre (exemple: Corus), ce n'est pas un gestionnaire ni un homme d'automobile (il n'y était pas avant, ce n'est qu'une étape de sa carrière).

J'imagine que votre article est indépendant. Or, je pense qu'il vous manque une partie de l'information. Étant lié à un des grands dirigeants connaissant ce groupe et étant là avant la crise, je me permets d'apporter des modifications (justifiables). L'objectif de Varin en arrivant chez PSA est de donner une grande valeur à PSA pour le revendre (objectif de Robert Peugeot, une des branches de la famille) alors que Thierry Peugeot souhaite conserver l'entreprise et qu'elle s'en sorte (mais il ne veut pas de partenariat). Sauf que le résultat est catastrophique: un accord raté avec GM, une chute du groupe, une perte d'usine qui aurait pu être conservée, et enfin un problème de marché.

En effet, même si vous dites que le plan produits de PSA aujourd'hui vient de Varin, le premier modèle réellement choisi par celui-ci n'est que le Peugeot Transporter / Citroen SpaceTourer. Ce qui explique la lourde traversée du désert que vit Citroën depuis 2 ans, 3 ans pour DS et heureusement moins d'un an pour Peugeot (grâce au restylage et à la 308 qui était déjà dans les cartons depuis Streiff). Ce n'est qu'à partir de l'utilitaire finalement décidé en 2012 que les choses se sont débloquées.

Néanmoins la remontée de PSA n'aurait pas pu être faite sans Carlos Tavares qui a rapidement trouvé les bons éléments chez PSA. Sachez qu'une entreprise peut vite chuter comme elle peut vite remonter, ici c'est le cas. Ma connaissance croyait perdre son travail pourtant haut placé, à la fin de l'été 2014, car l'entreprise risquait de faire faillite. Je n'en dirai pas plus.

Enfin, votre temps de conception d'un véhicule me semble assez court. Regardez de quand date le premier concept Cactus et vous comprendrez.

Cactus n'a pas bougé pendant des années donc mauvais exemple

Par

Je m' en fiche des plumes est du goudron, moi ce qu m' intéresse c' est bien que les produits soient chouettes et fiables et pas des plans marketung Zaucisses Komme à la vagnérienne ..!!

Par

Inutile de commenter cet article-gag, il ya aurait trop à en dire pour qui a deux sous de mémoire....

L'illustre Varin est désormais boss d'Areva....oh Michel, quand il aura remis d'équerre cette boite qui ne vaut plus rien, tu reviendras nous pondre un petit article laudateur ?

Par

Varin etait un nul qui entouré de sa caste de polytech et les mines.

C'est un "fils de" qui a reduit les couts et alors ? ou est la vision produit ?

VARIN ?? celui qui est au conseil d'administration D'AREVA ? La boite qui a perdu 10 milliards d'euros ? Celui qui a raté l'alliance avec Mitsubishi ?

C'est grace a lui que PSA fait de l'hybride ? ah non zut..

C'est a grace a lui que PSA est maintenant dans les brase des chinois.. C'est sur que c'es tplus facile de vendre PSA aux chinois que de faire une alliance avec Mitsu...

C'est un nul le type.

Par

@pat "ou est la vision produit "

C' est en effet ce que je me dis quand je regarde un boulet ..vagnérien ..!! Komment veux-tu qu' ils en vendent ..??!!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou Créer un compte