Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Et si le futur, ce n'était pas l'électrique mais l'essence de synthèse ?

Dans Ecologie / Electrique / Autres énergies

Et si le futur, ce n'était pas l'électrique mais l'essence de synthèse ?

Peut-être ne devrait-on pas enterrer si vite les véhicules thermiques. Alors que de nombreux constructeurs poussés par les pouvoirs publics et l'opinion générale accélèrent le développement des voitures 100 % électriques, considérées comme seule issue possible au transport personnel, une alternative présente aussi de nombreuses qualités : le carburant de synthèse.

Pas de CO2, ni de NOx : les seules émissions d'un véhicule électrique à l'utilisation se limitent aux particules provoquées par les pneus et les freins, c'est un fait établi qui en fait un moyen de transport personnel idéal pour la ville si l'on est réticent à marcher ou pédaler. Mais du puits à la roue comme on dit, c'est un autre problème, même s'il n'est pas très populaire d'en parler : il y a d'abord la production des batteries faisant appel à des matériaux exotiques et rares dont l'exploitation n'est pas sans dommage pour l'environnement, puis celle de l'électricité elle-même pour les recharger, provenant majoritairement des centrales nucléaires en France dont on ne sait pas véritablement quoi faire des déchets.

Certes, il existe des solutions pour ces deux problèmes, le premier par de nouvelles générations de batterie sans cesse en développement, le second en les rechargeant par de l'électricité produite par des énergies renouvelables comme les éoliennes ou des panneaux solaires, par exemple. Mais il existe aussi un troisième écueil dont on parle moins : que faire des véhicules thermiques qui représentent encore aujourd'hui une écrasante majorité des ventes ? Eux aussi ont eu un coût écologique non négligeable lors de leur production et les remplacer, alors qu'ils ne sont pas parvenus à la fin de leur cycle de vie, par des voitures neuves, même électriques, ne feraient qu'aggraver l'impact général sur l'environnement.

 Mais il existe là encore une issue qui pourrait servir, plus ou moins temporairement, à réduire considérablement les émissions de CO2 des véhicules thermiques en attendant des électriques plus matures et plus propres. Comme le décrit l'excellent Yves Maroselli sur Le Point, il « suffirait » de remplacer les bons vieux sans-plomb et gazole par du carburant de synthèse alimenter l'important parc de véhicules thermiques, que ce soit des modèles neufs ou anciens et ce, sans transformation lourde. Le second avantage est que l'on connaît la recette et que l'on sait l'industrialiser. Le second, c'est qu'il peut être produit à base d'énergies renouvelables, comme, par exemple, le méthanol pouvant être réalisé à partir de biomasse. Le troisième, c'est que, stocké sous forme liquide, il peut être distribué par des stations-service traditionnelles. Au final, cela permettrait selon les projections de réduire de près de 90 % les émissions de CO2 d'origine fossile.

Commentaires (50)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Vous oubliez quand même que la majorité de l’électricité produite sur la planète provient de centrales à énergie fossile (Gaz, Pétrole ou charbon), d'ailleurs pour l'éolien ou le solaire vous oubliez aussi le bilan de leur production, un panneau photovoltaïque c'est loin d'être très "écolo".

Par

le méthanol dangereux ? oui plutôt... et on produit déjà de l'elec avec du renouvelable pour finir demandez aux chinois et aux indiens ce qu'ils en pensent

vos carburants de syntheses sont hors course s'appuyant sur un aryicle du point dont on connait son orientation politique...

il y a déjà quelques années un scientifique français depuis une université espagnole promettait de pouvoir fournir des carburants depuis des "bioreacteurs" a base d'algues.

30 dollars le barril en 2011 je crois sur tf1 tout ce qu'il y a plus officiel et puis...

ben rien

Par

Et si il n'y avait pas qu'une seule solution?

Parce que tout electrifie est utopique, mais que c'est certainement la meilleure solution en environnement urbain.

Parce que tout passer en carburant de synthese est utopique, mais que c'est la meilleure solution pour les trajets longue distance (hors train...).

Parce que se passer de transport est utopique.

Par

Le mieux reste de marcher :oui: le fameux "à pinces" :wink:

Par

je vous renvoie d'ailleurs à un article du point que vous ne manquerez pas de relayer , GM serait prêt pour 2019 pour deployer ses taxis robots 100 % autonomes et ... electriques l'un n'allant pas sans l'autre et puis pour respecter les 80 a l'heure c largement suffisant hein ...

Par

En réponse à zefberry

le méthanol dangereux ? oui plutôt... et on produit déjà de l'elec avec du renouvelable pour finir demandez aux chinois et aux indiens ce qu'ils en pensent

vos carburants de syntheses sont hors course s'appuyant sur un aryicle du point dont on connait son orientation politique...

il y a déjà quelques années un scientifique français depuis une université espagnole promettait de pouvoir fournir des carburants depuis des "bioreacteurs" a base d'algues.

30 dollars le barril en 2011 je crois sur tf1 tout ce qu'il y a plus officiel et puis...

ben rien

il y a la mogette aussi :oui: seulement 19 euros la bonbonne de gaz de 70 litres :buzz:

de plus écolo par produit "naturellement" :coolfuck:

Par

Et ça permettrait de conserver un véritable agrément de conduite...

Par

En réponse à Key

Et si il n'y avait pas qu'une seule solution?

Parce que tout electrifie est utopique, mais que c'est certainement la meilleure solution en environnement urbain.

Parce que tout passer en carburant de synthese est utopique, mais que c'est la meilleure solution pour les trajets longue distance (hors train...).

Parce que se passer de transport est utopique.

Exactement! Comme une entreprise ne doit pas dépendre d'un seul fournisseur, la mobilité doit se répartir entre plusieurs sources d'énergie pour être viable et pouvoir supporter facilement une crise de production d'une des énergies.

Par

En réponse à Moukeaf

Et ça permettrait de conserver un véritable agrément de conduite...

le truc c'est que c'e'st l'électrique qui permet le meilleur agrément de conduite :oui:

Par

JE DIS OUI!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire