Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Étude - La somnolence reste la principale cause d'accidents mortels sur les autoroutes

Dans Pratique / Sécurité

Étude - La somnolence reste la principale cause d'accidents mortels sur les autoroutes

Selon le bilan sécurité annuel de l'ASFA, les principales causes d'accidents mortels sur les autoroutes françaises sont la somnolence, l'inattention, la vitesse excessive et la consommation d'alcool/drogues/médicaments. Une étude qui interpelle avant le grand chassé-croisé entre juillettistes et aoûtiens.

Selon l'ASFA, l'Association Françaises des Sociétés d'Autoroutes et d'ouvrages à péage, les autoroutes concédées ont un niveau de sécurité cinq fois supérieur aux autres infrastructures routières. L'AFSA indique qu'entre 2002 et 2015, le nombre d'accidents mortels a été divisé par deux alors que le nombre de kilomètres parcourus a augmenté de 37 %.

Le bilan sécurité 2015 met en avant quatre grands facteurs d'accidents, qu'il est bon de rappeler avant le chassé-croisé cru 2016. Le principal reste la somnolence au volant, en cause dans 23,6 % des accidents mortels. Preuve que s'endormir au volant n'arrive pas que la nuit, sur les cinq dernières années, 52 % des accidents ont eu lieu de jour, notamment l'après-midi entre 15 et 16 heures.

L'ASFA tire aussi la sonnette d'alarme à propos de l'inattention au volant. Ce facteur est passé de 4 % en 2011 à 16,9 % en 2015. Il ne fait aucun doute que la démocratisation des smartphones reliés à Internet est l'explication principale de cette progression. L'ASFA souligne le fait que l'inattention met en danger les autres automobilistes mais également le personnel en intervention (119 accidents en 2015 et 19 blessés).

La moitié des accidents en état alcoolisé concerne les moins de 35 ans

En 2015, les consommations d'alcool, de drogues et de médicaments sont en cause dans 25 % des accidents mortels. Ce chiffre est en augmentation, puisque la moyenne sur les cinq dernières années est de 21 %. Les accidents surviennent principalement la nuit et les week-ends. La moitié des conducteurs impliqués dans ce critère a moins de 35 ans. Fait grave, 3 automobilistes sur 5 sous l'emprise de l'alcool ont un taux de plus de 1,2 g/l de sang.

Enfin, la vitesse excessive est en cause dans 15,5 % des accidents mortels l'année dernière. Si les accidents dus à ce facteur ont baissé de moitié, les concessionnaires autoroutiers ont relevé une légère hausse de la vitesse moyenne sur le réseau rapide payant en 2015.

Pour rappel, dans son bilan de la mortalité routière 2015, l'ONISR (l'Observatoire National Interministériel à la Sécurité Routière) indiquait que les décès sur autoroutes avaient représenté 9 % de la mortalité routière globale en France. L'autoroute est moins dangereuse que le réseau secondaire, mais ce n'est absolument pas une raison pour baisser sa vigilance, d'autant que le réseau autoroutier sera très chargé le week-end prochain avec le traditionnel croisement entre les juillettistes et les aoûtiens.

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (33)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Peut-on imprimer cet article en 10 000 exemplaires et faire livrer le tout au Général Perrichon, commandante suprême de la Sécurité Routière?

Par

La chasse au Pokemon devrait pouvoir permettre aux conducteurs de rester éveillés sur le grand ruban....

Par

donc au lieu de faire des radars de vitesse, faut faire des radars d'endormissement ?

Par

En réponse à SimpleAutomobiliste

Peut-on imprimer cet article en 10 000 exemplaires et faire livrer le tout au Général Perrichon, commandante suprême de la Sécurité Routière?

*ce bilan concerne uniquement les autoroutes françaises

Par

Et pourquoi on s'endort ? Parce qu'on se fait chi*r sur autoroute. Une hausse de la vitesse autorisée permettrait de combattre cela, sans forcément plus d'accidents au vu de la sécurité des infrastructures.

Par

En réponse à AmMoNiaK

Et pourquoi on s'endort ? Parce qu'on se fait chi*r sur autoroute. Une hausse de la vitesse autorisée permettrait de combattre cela, sans forcément plus d'accidents au vu de la sécurité des infrastructures.

Ou on peut ajouter des obstacles qui surgissent de façon inopinée sur l'autoroute pour obliger les conducteur à être attentifs.

Par

En réponse à finkployd

*ce bilan concerne uniquement les autoroutes françaises

Certes, mais même sur les autres réseaux, la Toute Puissante Perrichon à tendance à oublier que la vitesse est un facteur aggravant, pas forcément la cause principale.

Les radars de vitesse n'empêchent pas le gens de rouler bourrés, shités, ou fatigués.

Ni de jouer à Pokémon Go.

Bref mettre des boîtes à pognon qui flashent partout n'est pas la solution. :pfff:

Par

En réponse à SimpleAutomobiliste

Certes, mais même sur les autres réseaux, la Toute Puissante Perrichon à tendance à oublier que la vitesse est un facteur aggravant, pas forcément la cause principale.

Les radars de vitesse n'empêchent pas le gens de rouler bourrés, shités, ou fatigués.

Ni de jouer à Pokémon Go.

Bref mettre des boîtes à pognon qui flashent partout n'est pas la solution. :pfff:

Je reviens d'Espagne : les radars sont partout présents. Dona PERRICHON fait de l'activisme là-bas aussi?

Par

En réponse à AmMoNiaK

Et pourquoi on s'endort ? Parce qu'on se fait chi*r sur autoroute. Une hausse de la vitesse autorisée permettrait de combattre cela, sans forcément plus d'accidents au vu de la sécurité des infrastructures.

Si tu te fais chier sur autoroute, accélérer n'y changera rien. Sur le coup tu auras l'impression que c'est mieux, mais très vite tu t'habitueras et l'ennui reviendra... Et on ne peut accélérer éternellement (on finit toujours par atteindre la Vne ou par tomber sur les flics).

Donc mauvaise approche.

Sans compter qu'avec les nombreux véhicules qui ne pourront aller plus vite (les semis déjà incapables de monter une côte à 100, les petites citadines qui s'époumonent pour tenir 130, et ceux qui ont peur passé 110), le nombre d'accidents ne peut qu'augmenter... :bah:

Par

En réponse à SimpleAutomobiliste

Certes, mais même sur les autres réseaux, la Toute Puissante Perrichon à tendance à oublier que la vitesse est un facteur aggravant, pas forcément la cause principale.

Les radars de vitesse n'empêchent pas le gens de rouler bourrés, shités, ou fatigués.

Ni de jouer à Pokémon Go.

Bref mettre des boîtes à pognon qui flashent partout n'est pas la solution. :pfff:

Vous donnez à cette femme bien plus de pouvoir qu'elle n'en a...

Le duo "vitessse / radar" n'est favorisé que parce qu'il est rentable, et Mme Perrichon n'a de visibilité que parce qu'elle sert de faire-valoir pour le maintien de cette politique.

La meilleure preuve étant qu'elle est fortement favorable à la généralisation de systèmes permettant de limiter physiquement la vitesse des véhicules, et que rien n'a jamais été fait dans ce sens... Ce qui ne serait pas le cas si son avis comptait vraiment :bah:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire