Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Exclusivité : Rencontre avec Nicolas Aubin.

Dans Moto / Sport

Exclusivité : Rencontre avec Nicolas Aubin.

Nicolas Aubin nous a reçu chez lui dans la maison familiale, en toute simplicité, nous avons pu passer une bonne heure ensemble pour parler de ses débuts, des difficultés à grimper dans la hiérarchie du motocross, des difficultés financières rencontrées, des blessures, des premiers succès, en France et en Mondial. Des parents totalement impliqués sacrifiant beaucoup de temps, d'énergie et d'argent pour la réussite de leur fiston.


Motocaradisiac : Tu t'es fait opérer de tes bras après Bercy, comment cela s'est passé.


Nicolas Aubin : Je me suis fait opéré à Marseille par le Docteur Dufour du syndrome des loges, c'est l'enveloppe du muscle qui devient trop petite, qui provoque de grosses douleurs et de plus, mes muscles me comprimaient une artère qui m'engourdissait la main. J'ai repris la moto trois semaines après, j'ai encore un peu mal, on verra.


Cara : Comment t'es tu retrouvé sur une moto.


N A : Mon père en a fait pendant 15 ans, tout petit j'allais sur les circuits, quand j'ai vu une petite moto j'ai voulu la même et mon père m'en a acheté une et c'est parti comme ça.


Cara : Ta première course, tu avais quel age.


N A : 7 ans, j'étais jeune, en championnat de Normandie 60cc. Après, ma première course en championnat de France, c'était à Moulin, j'ai été dans le coup dès la première manche, donc on a continué.


Cara : Tu te retrouves en championnat de France Cadet.


N A : Oui, en 2001 à l'ouverture du championnat je me casse un doigt aux essais, je gagne la première manche, et la seconde est annulée à cause de la boue. En 2002, je fais beaucoup d'erreurs, je termine la saison 2ème derrière Christophe Pourcel.


Cara : Tu as roulé sur plusieurs marques, tu as souvent changé.


N A : Oui, c'est pas une volonté de changer, c'est un concours de circonstances, j'avais pas le choix, c'est un problème financier, chez Yamaha c'était bien mais Suzuki me propose 6 motos gratuites plus des pièces, je ne peux pas refuser, et après je veux passer en 125 mais Suzuki n'a pas de budget pour moi, c'est là que KTM France me propose une vraie structure avec motos et mécano avec Patrick Fura.


Cara : On est en 2003, le 125 Junior ça devient sérieux.


N A : Je suis jeune, je fais encore beaucoup d'erreurs, je me luxe l'épaule une première fois, j'ai du mal à rouler, je me blesse de nouveau à l'épaule et je dois me faire opérer donc la saison s'arrête là.


Cara : 2004, tu repars à la conquête du titre junior.


N A : Je suis super motivé, pour moi dans ma tête, j'ai perdu le titre sur blessure, je bosse bien, j'ai une bonne moto et je gagne le titre. Je participe à mon premier Grand-Prix à St Jean-d'Angély avant la République Tchèque et l'Allemagne. Je souhaite rester avec KTM en 2005 mais ils ont pour moi un programme pour l'Europe, je veux faire le Mondial, l'Europe, j'y ai gagné des courses, je me qualifie bien en mondial donc j'ai monté un petit Team avec mon père et Bud Racing. Mais je fais une mauvaise saison, pour moi dans ma tête tout se fait naturellement, quand ça marchait pas je comprenais pas pourquoi, je ne savais pas ce qu'il fallait faire, c'était pas terrible.


Cara : Et début 2006 tu te retrouves sans rien.


N A : Après ma mauvaise saison, pas grand monde s'intéressait à moi, j'avais une proposition de Casola Yamaha, mais il fallait donner 15 000 euros pour entrer dans le Team, moi je pouvais pas sortir 15 000 euros comme ça, et j'adhère pas à ce système, j'ai donc accepté de rouler pour Christian Bayle, je savais qu'il avait de bonnes motos mais en février il a mis la clé sous la porte je me suis retrouvé à pied. Je suis reparti avec mon père en camping-car en achetant moi-même mes KTM, KTM France m'a juste prêté une moto et donné un petit budget pièce. Une année 2006 difficile financièrement, mon père y croyait toujours il allait voir les gars pour moi, il y avait une possibilité avec Yamaha RICCI pour 2007, mais il fallait que Yamaha France donne son accord, c'est compliqué. Tout s'est joué sur un coup de poker, Jean-Claude Olivier venait me voir rouler au Grand-Prix à Ernée, si je roulais bien c'était OK, sinon rien. Mes motos étaient rincées, je les ai vendues j'ai acheté une neuve le mercredi précédent Ernée, le jeudi j'ai rodé la moto et je suis allé à Ernée avec une moto complètement stock. Je pars deux fois devant, je me bagarre avec des motos d'usine, je fais 6 en première manche et Monsieur Olivier dit OK. A partir de là tout s'est mis en place.


Exclusivité : Rencontre avec Nicolas Aubin.


Cara : 2007 avec Yamaha RICCI est une bonne saison malgré un passage à vide en milieu d'année.


N A : Oui, un bon début, jusqu'à mon gros crash, mon pneu arrière a déjanté à l'appel d'un saut, j'ai voulu rouler en Bulgarie et en Suède où je m'en reprends une bonne, j'étais vraiment « en vrac ».


Cara : Et puis arrive Locket en République Tchèque, ta première victoire.


N A : J'y venais pas casser la baraque, je voulais retrouver la régularité et en première manche je finis deuxième dans la roue d'Antonio, j'avais très mal au bras. En deuxième manche, c'était toujours moins douloureux, l'enveloppe des muscles ayant pris son volume, donc j'ai pris un super départ et je gagne.


Cara : Tu te retrouves sélectionné aux Nations pour remplacer David Vuillemin.


N A : J' y vais en remplacement, c'est pas pareil et puis j'aurais aimé le faire avec Christophe.


Mais 40000 Américains qui hurlent ensemble devant le podium, impressionnant.


Cara : Le bilan de 2007 est positif avec une 6ème place finale au mondial.


N A : Bien sur, le point noir c'est Bercy, j'y vais trop diminué, trop mal au bras, ça donne pas une bonne image et tout le monde est déçu.


Cara : Quelle évolution as-tu dans ton Team en 2008.


N A : Mon statut évolue un peu, je vais avoir un très bon moteur et un motoriste pour s'en occuper, les suspensions sont top et le gars qui s'en occupe est toujours là, c'est bien.


Cara : Ton objectif cette année est revu à la hausse.


N A : L'objectif c'est le podium, maintenant sur quelle marche, la troisième c'est bien, la deuxième c'est mieux et si c'est la première c'est top.


Cara : Nicolas, bonne course dimanche, merci de nous avoir reçu et à bientôt.


Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

wesh couzin bienn ou biien lool tiin tp tp biien ta course en iitalii mamii hell la en cd dvd ske jkroi kseii ton pere ou shei pu tp kii kii là  enregiiistreii fiin brf heii nownow hiil slaiise pouseii lei chveu comm toà mdr tiin daiilleur ta mere ma di kil en avai mar detre a son truuk de moto ske ii vous voyei pah assei ten jle compren c normal toàà ii tvoi pah bcp donkk' tlui mank nourmal koà brf présseii dte revoir tme for couzinnn d kteii shei mami tmenvoi un msg pii jariiv hei tu ldii oushi a nownow dfason sii le 21juin hiil hei shei mami ou shei vous jviiendraii pr son aniivv ko mm pi ii msouhaitrà lmiien ske c 2jour apreii =) sh'tm for for for biiizouiill" a+

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire