Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info

FFMC: Le partage de la route, ce n’est pas qu’un slogan

Dans Moto / Pratique

Se tenaient il y a quelques jours partout en France des manifestations motardes pointant du doigt la politique d'interdiction de circuler en ville. Un cycliste a été agressé lors de la manifestation parisienne. La FFMC dénonce cette agression.

FFMC: Le partage de la route, ce n’est pas qu’un slogan

Physiquement agressé par un motard et un scootériste, un cycliste a été violenté lors de la manifestation parisienne (retrouvez ici l'appel lancé par la FFMC), quelles que soient les raisons la FFMC (Fédération Française des Motards et Colère) condamne cet acte et rappelle qu'elle se bat depuis presque 40 ans pour le partage de la route et la cohabitation de ses usagers.

FFMC: "Pour la plupart d’entre nous, nous sommes alternativement piéton, cycliste, usager de transports en commun, automobiliste voire même motard. Nous savons par ailleurs que, au-delà de nos différences, nous partageons nombre de points communs avec les cyclistes, ne serait-ce que dans nos fragilités structurelles communes. Depuis de trop nombreuses années nous dénonçons ces politiques qui montent les uns contre les autres les différentes catégories de citoyens, ou plus spécifiquement d’usagers de la route. Et depuis de trop nombreuses années nous voyons tous grossir une exaspération et une nervosité, voire la violence sur la route, incompatibles avec le nécessaire partage d’un espace public restreint et avec la vie commune dans notre société.

Il est plus que temps que l’État, et les collectivités locales - et tout particulièrement la Maire de Paris - comprennent qu’ils ne doivent plus faire des politiques contre, mais avec leurs administrés, encourager au partage de l’espace urbain pour tous, et contribuer ainsi à réduire une agressivité que nous ressentons tous trop, dans toute la société."

Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire