Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Formula E : après l'ePrix de Montréal, celui de Paris en danger ?

Dans Sport Auto / Formula E

Formula E : après l'ePrix de Montréal, celui de Paris en danger ?

Faire des courses automobiles en pleine ville est quelque chose de particulier, mais n'est pas Monaco qui veut. Montréal en paye déjà le prix, avec un ePrix justement annulé à la suite d'un "fiasco financier" selon la nouvelle maire de la ville. A Paris, le groupe écologiste monte au créneau pour dénoncer le côté hypocrite de cette course.

Verra-t-on la fin de l'ePrix de Formula E à Paris au même titre que Montréal ? La question est posée. Récemment, le Grand Prix canadien a fait débat, puisque la nouvelle maire de Montréal a jugé que l'ePrix était un désastre financier ayant coûté plusieurs millions d'euros à la ville, avec des retombées qui sont apparemment très loin de ce qu'annonçaient les prévisions. L'ePrix de Montreal n'est donc plus, mais Paris est toujours bien prévu au catalogue.

Du côté de la mairie, certaines voix se font entendre, notamment en ce qui concerne le groupe écologiste de Paris, dirigé par David Belliard. Ce dernier demande en effet que soient remises les conclusions sur les "coûts financiers et écologiques" de cette course qui existe depuis 2016.

Selon le groupe écologiste de Paris, le fait que les monoplaces soient électriques n'excuse rien : "les promoteurs de cette course automobile s'auto-attribuant publiquement des empreintes environnementales et carbone faibles, nous aimerions connaître les détails des dépenses énergétiques et la production de CO2 liées à son organisation. Mettre du bitume sur des kilomètres dans Paris pour seulement quelques heures, écologiquement, ce n'est pas bon du tout" (source : L'Equipe).

A Paris, on rappelle aussi que ce sont les organisateurs qui ont la charge des coûts de l'organisation. Mais la mairie finance forcément directement ou indirectement l'évènement. Et les retombées sont-elles suffisantes ? Les questions commencent à être posées.

Commentaires (31)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Vous savez que le nom de la ville de Montréal s'écrit avec un accent ou vous êtes trop incompétents pour le savoir ?

Par

Zzzzzrrrrrr....booooring même pour quelques bobo pseudo ecolos. Dyson et Nilfisk étaient pourtant prêts à en decoudre6. Avec Singer ?

Par

Pour ce qui est de l'écologie, ne faisons plus de compétitions sinon celle de la culture des endives. C'est moins spectaculaire mais l'empreinte carbone est moindre et puis moins de douches pour les participants, pas de caravanes publicitaires, pas de respiration essoufflée génératrice de gaz destructeur de la planète (CO2 pour certains, autres gaz nauséabonde au gwp pires. ..) que du bonheur de rester chez soi et de la sorte chauffer en pleine autonomie son chez soi. .. vive l'écologie, la mort de la vie humaine.

Par

Vivement le castelet, parque ces merdes électrique ce sont des gadgets pour bobos en mal de sensations. Rien ne vaut un vrai moteur thermique.

Par

Il y aurait tant d'autres domaines, bien plus déficitaires, où ces pseudos opposants pourraient demander des comptes mais ne le font pas car cela les mettraient à mal face à de puissants intérêts.

Mais non, on préfère faire chier les gens à interdire un événement sportif automobile.

Quelle joie de vivre dans ce pays, mais quelle joie de vivre.

Par

le coût du bitume??!!...

et les ronds points inutiles coûtent trois fois rien par contre.

deja que des baignoires électriques ça passe dure, mais tuer le sport auto et donc l’automobile que nous connaissons la oui merci les verts, deux chevaux et une calèche pour bientôt, ah beh non les chevaux font des cacas polluant...

Par

Sport mécanique = du bruit et de la fureur.:fresh:

Par

bah, que ça coûte cher aux contribuables de Paris, non seulement je m'en tamponne, mais je m'en réjouis également.

Par

bah, que ça coûte cher aux contribuables de Paris, non seulement je m'en tamponne, mais je m'en réjouis également.

Par

En 2018, il faudra toujours déplacer deux bagnoles pour rouler moins d’une heure. Belle démonstration de l’ineptie du déplacement volté dans ce qu’il peut offrir en l’état. Que l’Anne leur demande de revenir quand ils seront capables de tenir deux heures, soit la durée maxi d’un G.P. Ou qu’une recharge soit possible en 30 secondes. Là on pourra commencer à comprendre que l’électrique commence à faire sens.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire