Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'inscrire

France: l'hémorragie de stations-service continue

Paradoxe: alors que la consommation de produits pétroliers ne cesse d'augmenter en France, on assiste à une désertification rapide du réseau de stations-services. Un phénomène préoccupant dans les zones peu urbanisées, où la distribution de carburant pourrait presque être assimilée à un service public.

Le nombre de stations-service a baissé de près de 85% entre 1980 et 2015.
Le nombre de stations-service a baissé de près de 85% entre 1980 et 2015.

L’Union française des industries pétrolière (UFIP) tenait hier sa conférence de presse annuelle. L’occasion pour elle de faire part de son pessimisme sur l’évolution du prix du gazole à l’horizon 2030, lequel pourrait atteindre 1,8 € le litre à l’horizon 2030. Pas de panique toutefois, dans la mesure où l’organisme se trompe très régulièrement dans ses prévisions. Début 2014, il annonçait par exemple que les prix du carburant allaient considérablement augmenter dans les trois années à venir, et l’on pourrait multiplier les exemples de ce type à l’envi, comme pour confirmer les paroles de Pierre Dac selon qui « La prévision est difficile, surtout quand elle concerne l’avenir »..

Par contre, il est un chiffre plus inquiétant donné par l’Ufip hier. Celui-ci concerne l’inquiétante érosion du nombre de stations-services. En 1980, on comptait ainsi 40 000 points de distribution de type traditionnel, auxquels s’ajoutaient 1500 grandes et moyennes surfaces (GMS). En 2015, on n'a plus dénombré que 6197 stations traditionnelles pour 5072 GMS (61% de part de marché en 2015), ce qui donne un total de 11 269 points de ravitaillement.

De 15 à 38 minutes pour trouver une station

Soit une baisse de 84,5% du nombre de stations traditionnelles en 35 ans, avec pour corollaire des difficultés croissantes pour trouver des points d’approvisionnement hors des zones urbanisées. Ainsi, près de 4 millions de français seraient menacés par cette désertification du réseau, tant à la campagne qu’en région parisienne : « un quart de la population doit accomplir plus de 5 kilomètres en moyenne pour atteindre une première station. Dans 38 départements français, l’automobiliste doit rouler de 15 à 38 minutes», détaille la Fédération nationale de l’artisanat automobile (FNAA).

Dans une lettre ouverte commune adressée à la Présidence de la République en juin 2015, la  FNAA et l’Association des maires ruraux de France s’alarmaient de cette hémorragie en ces termes : « Comme vous le savez, notre maillage territorial des stations-service est l’un des plus faibles d’Europe. De 40 000 stations traditionnelles en 1980, nous n'en dénombrons plus que 6325 en 2014. Cela est essentiellement dû au déploiement de la grande distribution. La situation est telle que selon un rapport de l’IGF, 871 stations sont appelées stations clés dont la  disparition plongerait des milliers d’automobilistes dans un désert d’offre en carburants. […] Dans beaucoup de régions sinistrées où les commerces de proximité ont fermé les uns après les autres, la station-service est pourtant devenue l’ultime point de ravitaillement en produits de première nécessité assurant de fait un service public vital pour ces territoires. La filière génère  par ailleurs 30 000 emplois non délocalisables rien qu’en station auxquels sont indirectement liés des milliers d’emplois des services associés tels que la réparation automobile, la carrosserie, le dépannage.

La FNAA en appelle aujourd’hui à l’ensemble des représentants de la Nation pour que la distribution de carburants en France devienne un sujet majeur d’intérêt général dépassant tout clivage. Il en va de la survie du lien social et la vitalité économique de nombreux départements. »

 

 

 

 

 

 

 

Portfolio (1 photos)

Poursuivez votre lecture :

Vidéos populaires

Commentaires (33)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C'est exactement le même schéma que la disparition du petit commerce au profit des bouf-tout de la grande distribution. C'est bien triste.

Mais il y a aussi le problème d'usurpation du terme 'service' acolé au mot station... Il y a bien longtemps que le service à disparu: pas moyen de regonfler ses pneus (dans les petites ou grandes station d'ailleurs) ou alors le matis est en rade, produits vendus à prix d'or dans la boutique, pas de gants, pas de raclette pour la pare-brise, pompe dégueu.... propreté douteuse, personnel parfois douteux lui aussi.... Difficile de faire venir du monde...

Par

En réponse à gxahafair

C'est exactement le même schéma que la disparition du petit commerce au profit des bouf-tout de la grande distribution. C'est bien triste.

Mais il y a aussi le problème d'usurpation du terme 'service' acolé au mot station... Il y a bien longtemps que le service à disparu: pas moyen de regonfler ses pneus (dans les petites ou grandes station d'ailleurs) ou alors le matis est en rade, produits vendus à prix d'or dans la boutique, pas de gants, pas de raclette pour la pare-brise, pompe dégueu.... propreté douteuse, personnel parfois douteux lui aussi.... Difficile de faire venir du monde...

Je pense pas que ce soit le cas partout puisque , personnellement sur les 3 stations les plus prêts de chez moi ( moins de 2 km pour chacune ) , 2 de ces stations offrent encore la possibilité de gonfler ses roues gratuitement :jap:

Par

Personnellement, c'est loin d'être un sujet majeur.

Pourquoi les stations ont elles fermées ?

Une des raisons est simple, le prix étant plus cher, les gens mettent 5 ou 10 litres maxi pour faire le plein au supermarché à 30 mn...

Quand aux maires , je leur rappelle que leur parti veulent que l'état se réduise à des fonctions régaliennes.

Oui à la réduction des infirmières , des policiers , ... non pour les stations essence ?

La logique m'échappe ...

Par

Que les petites stations ferment, c'est logique ! C'est plus cher qu'ailleurs, c'est pas forcément entretenu ^^. Faut pas s'étonner après. Je préfère aller un peu plus loin pour avoir une station moins chère (et avec du gasoil dans les cuves qui tourne).

Par

" un quart de la population doit accomplir plus de 5 kilomètres en moyenne pour atteindre une première station. "

Eh bien que ce quart de la population prenne le temps d'anticiper à minima, achète une caisse économique, avec un réservoir correct et se rappelle qu'on n'est pas obligé d'être sur la réserve pour en ajouter un peu....

Et puis, si t'habites vraiment dans la cambrousse, est ce si compliqué que d'avoir un jerrycan de 25 litres dans son garage en cas de tempête et de routes coupées....

Enfin, et c'est assez nouveau, il existe dans des coins reculés des stations à débit 24h/24h qui ont été développées et gérées par les communautés de communes ou le département.... est ce que l'étude en tient compte ?

Bref, pourquoi s'inventer des problèmes quand ils n'existent pas....

Par

Tiens....une étude INSEE là :

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1526

Comme on le constate, 72 % des dépenses alimentaires sont effectuées dans les grandes surfaces, et ce chiffre est encore plus important dans les campagnes que dans les grandes villes...autour de 75%.

Qu'ils en profitent pour faire leur plein au L'Clerc....c'est d'ailleurs ce qui se passe....

Par

Ne serais-se pas l'hémorragie de fermeture !

Le titre est donc à revoir.

Par

Pas que,

Il a aussi une fois de plus l'écologie européenne qui est derrière cette désertification .

En effet, pour ce qui s'en souviennent, depuis le 1er Janvier 2014, les stations ont l'obligation de mettre des cuves et tuyau au normes EU et bien-sur, l'organisme qui est en charge d'aider ces exploitants ( autrement dit l’État ), n'a plus un rond et donc les gérants lâche l'affaire ..

Par

"La prévision est difficile, surtout quand elle concerne l’avenir"

Vivement les prévision qui concerne le présent ou le passé alors...

Par

Tout ça à cause des mecs qui traversent la France "à pinces" en moins de deux heures :buzz:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire