Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Grand Prix: Le spleen tricolore

Dans Moto / Sport

Grand Prix: Le spleen tricolore

A mi-saison des Grand-Prix de vitesse, le bilan des pilotes tricolores est pour le moins terne. Nos pilotes n'arrivent pas à sortir du ventre mou du peloton. L'objectif était pourtant de viser les podiums.


A mi-saison des Grand-Prix de vitesse, le bilan des pilotes tricolores est pour le moins terne. Nos pilotes n'arrivent pas à sortir du ventre mou du peloton. L'objectif était pourtant de viser les podiums.


En début de saison, on attendait beaucoup de la catégorie 125. Mike DI MEGLIO semblait enfin posséder les moyens de ses ambitions mondiales, moyens fournis par la structure française de la FFM. Las ! La HONDA a toujours du mal à être comprise alors que la panne de moral guette pour un pilote dont les chronos erratiques font craindre une perte des repères. A DONINGTON, l'équipe a touché le fond: trentième au départ et pas même dans les points à l'arrivée, avec un matériel qui permet, potentiellement, d'espérer beaucoup mieux. On est loin des espoirs de titre chuchotés pendant l'hiver.


Pour Alexis MASBOU, à une MALAGUTI difficile à régler s'est ajoutée une incroyable guigne se manifestant par des blessures à répétition. A bout, l'albigeois a dû déclarer forfait pour la manche anglaise, afin de se refaire une santé.


Grand Prix: Le spleen tricolore


En 250, Arnaud VINCENT est aussi sur le flanc et se remet de ses côtes cassées. Mais c'est du côté de GUINTOLI et du team "Equipe GP de FRANCE" que l'on s'interroge. Des classements qui ont du mal à dépasser le bilan de l'an dernier alors que, cette fois, Sylvain est sur une APRILIA aux canons officiels. Là aussi, ça tergiverse, tandis que le jeune Jules CLUZEL, dans le même environnement, mais pas avec le même niveau de moto, apprend. Il a encore scoré, ce week-end, à DONINGTON.


En MotoGP, enfin, DE PUNIET n'a pas encore fait entendre sa voix dans le bal des débutants de la catégorie reine. PEDROSA gagne, STONER signe des poles, mais Randy ne prend pas l'ascendant sur son équipier et rate, soit ses qualifs, soit ses départs, ce qui le positionne toujours mal en course. Il avait annoncé un coup d'éclat à DONINGTON. Certes, la qualif a été bonne, mais la course, anonyme, avec une pâle douzième position.


Les tricolores nous doivent une seconde partie de saison bien meilleure. Car pour certains, ils ont le matériel pour être devant. Un miraculeux effet Coupe du monde en guise de coup de pouce ?


Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Sauf en 600 , sur que les Français  n ont pas les meilleures motos

 en ce moment .....peut etre avec un mariage avec une Italienne ou une Espagnole , ils auraient quelques chx d usine en plus ?  

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire