Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info

Il y a 10 ans, le MX des Nations à Foxhill

Dans Moto / Sport

Il y a 10 ans, le MX des Nations à Foxhill

Il y a dix ans, le motocross des Nations de Foxhill avait lieu, depuis il est resté gravé dans les mémoires. Ce week-end de septembre s'annonçait en Angleterre comme la grande fête de la moto. C'était sans compter sur une pluie incessante qui allait perturber toutes les courses.


Une nouvelle fois, l'équipe Américaine faisait figure de favori, avec dans ses rangs Carmichael, Dowd et Henry. L'Italie alignait une équipe de choc avec Chiodi, Puzar et Belometti. L'équipe Belge était composée de Caps, Bervoets et Everts. La France amenait, Pichon, Vuillemin et Béthys, Tortelli fraîchement champion du monde s'étant blessé.


Malgré le déluge, les courses se sont déroulées dans des conditions apocalyptiques. La boue était très collante et des équipes comme l'Italie ont tout de suite fait gouffre à l'image de Puzar qui ne fini pas une manche. Le circuit comportait deux montées dont une qui restera longtemps la hantise de nombreux pilotes. Carmichael fera un timide (11/14) loin de ses espérances. Son compatriote Henry gagnera une manche mais finira dix-neuvième dans l'autre.


Pour nous, Pichon fera une superbe manche en terminant deuxième mais ne terminera pas la seconde. L'Espagnol Vico Garcia qui vient de prendre sa retraite avait effectué une première manche extraordinaire en menant la course jusqu'à l'avant dernier tour avant de se planter dans un attardé. C'était sa première course sur la 400 Yam dont il était dans ces conditions tombé « amoureux », il roulera avec la Yam dès 99.


Le héros de ce week-end sera celui qui venait de subir un échec cuisant en Grèce lors de la finale du championnat du monde, Stefan Everts va prouver ce jour là qu'il est le meilleur pilote du monde dans ses conditions. Everts gagne ses deux manches avec une facilité déconcertante. Dans la fameuse montée, en deuxième manche, il se permettait de s'arrêter dans le bas, d'attendre qu'un passage se fasse avant de s'élancer sans jamais se louper. Il poussera la plaisanterie jusqu'à faire une tour d'honneur complet avec un drapeau. Il donnera à l'équipe Belge une victoire sans appel.


Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Everts est LE meilleur pilote du monde dans beaucoup de situations, pas que dans la boue ...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire