Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Interview Bol d'Or: Michäel Savary : "Franchement, c’est vraiment cool"

Dans Moto / Sport

Interview Bol d'Or: Michäel Savary : "Franchement, c’est vraiment cool"

Pour cette 72e édition du Bol d'Or, le team 18 a dû prendre la lourde décision de remplacer Guillaume Pialoux. Celui-ci, blessé après sa lourde chute des 24h du Mans, n'a pas réussi à retrouver ses chronos d'avant l'accident. C'est pourquoi, l'équipe a fait appel à Michaël Savary pour faire une pige lors du Bol d' Or. Caradisiac moto vous présente ce jeune pilote suisse de 21 ans.


Bonjour Michaël. Peux tu nous présenter ton palmarès ?


J'ai commencé la moto en 2000 au guidon d'un pocket bike, puis j'ai fait une année en championnat de France 125. Ensuite, j'ai fait le championnat suisse ou encore la French Cup. Maintenant, ça fait 3 ans que je roule au sein du championnat du monde Superbike. J'ai fait une saison avec Millet en 600 Superstock où je termine 7e du championnat. L'année passée, j'ai également roulé en 600 Superstock pour le Coutelle Junior Team et j'ai pris la 8e place. Et cette année, je roule toujours au sein du Coutelle Junior Team, mais en catégorie 1000 pour le championnat du monde Superstock. Je roule aux côtés de Freddy Foray. Pour moi, c'est une saison de découverte par rapport à la 1000 et par rapport à la Suzuki car j'ai beaucoup roulé pour Yamaha avant. Je découvre les circuits du championnat qui reste ma priorité.


Interview Bol d'Or: Michäel Savary : "Franchement, c’est vraiment cool"


Connaissais tu le team 18 avant ton engagement avec eux ?


Non, pas du tout. J'ai eu un appel de Yannick Bureau qui m'a proposé la place. J'ai demandé à Stéphane Coutelle ce qu'il pensait du team et si il était d'accord que je roule pour eux. Là, je n'ai eu que des échos positifs par rapport à la structure, à l'organisation, aux compétences, au sérieux de l'équipe. C'est pour cela que j'ai accepté la proposition.


Quelles sont tes motivations de rouler au Bol d'Or ?


Mon manager, Stéphane Coutelle m'a dit que se serait une bonne idée de refaire une fois le Bol d'Or pour acquérir de l'expérience et prendre des kilomètres. Cela va me permettre d'engranger aussi pas mal de donnés pour mes saisons futures. Et puis, il y'a une manche de Superstock à Magny-Cours, donc ça va m'aider. Il faut aussi savoir qu'en Suisse, le Bol d'Or est beaucoup regardé et suivi donc il y a un bon impact médiatique. J'en tire pas mal de chose positive.


C'est ta seconde participation au Bol d'Or. Est-ce une épreuve que tu apprécies ?


Oui, c'est très différent. Il faut essayer de constituer une moto pour 3 pilotes et pour moi, c'est très différent. D'habitude, tu fais toujours ce qu'il y a de mieux pour toi donc tu cherches toujours à avoir une moto parfaite pour toi afin de faire le meilleur chrono possible. Tu cherches à faire une moto compétitive pour une durée de 20 à 25 tours d'une course sprint. La façon de travailler en endurance est différente car il faut beaucoup discuter avec les autres pilotes afin d'avoir une moto plutôt facile à rouler, qui te fatigue le moins possible. Donc elle devient un peu moins performante que ce dont j'ai l'habitude de faire. Mais si je le fais, c'est que je l'apprécie et que j'ai envie de le faire.


Interview Bol d'Or: Michäel Savary : "Franchement, c’est vraiment cool"

Rouler la nuit, c'est quelque chose de très différent aussi. Appréhendes-tu cette étape ?


Rouler la nuit est effectivement très différent. Je l'ai fait pour la première fois l'année passée et je me suis vite acclimaté au fait de rouler la nuit car on a eu de très bonne condition. J'ai eu quelques soucis de crampes dans les jambes mais ça a été. Pour cette année, j'appréhende un peu plus car la météo annonce de la pluie. Dans les 3 ans que j'ai fait en championnat Superstock, on a eu très peu de week-end sous la pluie. J'ai eu la première course complètement sous la pluie le week-end dernier à Donington. J'ai assez peu d'expérience sous la pluie donc j'appréhende un peu la nuit avec la pluie et le fait d'avoir des crampes.


L'adaptation au sein du team 18 l'équipe s'est telle bien passée ?


Franchement, c'est vraiment cool. Au début, je me suis dit, je vais entrer dans une équipe de pompier et ça va être assez strict et en fait, c'est une super bonne équipe de copains qui sont sérieux et qui bossent très bien. Ils ont tous la même motivation et par rapport à moi, ils ont tous été très sympas. Ils m'ont écouté, on a pu faire progresser la moto même si on a eu quelques problèmes. A chaque séance, on a bien progressé, c'était chaque fois mieux.


Quelles sont les principales différences avec la moto que tu as l'habitude de piloter ?


La première chose c'est qu'il y a une bonne différence au niveau moteur. Sur ma machine de Superstock, j'ai un moteur plus agréable à rouler avec une puissance mieux répartie. Sur la moto d'endurance, la puissance « te saute à la gueule » alors que moi, j'ai une moto plus linéaire. Pour le freinage, ils sont équipés en Brembo que je n'ai pas et ils sont vraiment très bon. Il est plus régulier et c'est agréable d'avoir toujours le même feeling sur la durée d'un relais.


Après, les pneus Dunlop sont nouveaux pour moi. J'ai eu une première sensation surprenante mais au fil des séances et des améliorations, je me suis rendu compte que le grip est excellent et que tu peux aller plus loin dans les chronos. En fait, ce n'est pas mieux ou moins bien, c'est différent. C'est la grosse différence sur laquelle j'ai dû m'adapter.


Interview Bol d'Or: Michäel Savary : "Franchement, c’est vraiment cool"


Tu vas ensuite finir ta saison en Superstock. Quel va être ton programme pour 2009 ?


Il n'y a rien de défini mais j'ai une ou 2 propositions pour refaire une saison en Stock 1000. J'aimerai vraiment rester avec le team Coutelle car on a un pu former une ambiance de famille, on a évolué et bien progressé ensemble. Donc on a pas mal de repère ensemble et ce serait bien si l'on pouvait continuer ensemble. Mais l'année prochaine, si il n'y a pas de changement, on va refaire une saison en 1000 Superstock.


Et a plus long terme ?


Et pour la suite, l'objectif, c'est d'aller dans la nouvelle catégorie qui remplacera le GP 250 en 2011 ou 2012. Le but est de monter le plus haut possible. Je me donne encore 1 an ou 2 en 1000 et après on verra comment ça se passe.


Merci beaucoup Michaël et bon courage pour la suite de ta saison et pour ce Bol d'Or.


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire