Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Interview Caradisiac : 3 questions à Bruno Garin responsable d'Adapt importateur de Govecs en France

Dans Moto / Pratique

Interview Caradisiac : 3 questions à Bruno Garin responsable d'Adapt importateur de Govecs en France

Encore à l'état d'embryon, le segment de la mobilité électrique peine à trouver sa clientèle. Pourtant, les constructeurs majeurs commencent à élargir leurs offres, malgré des infrastructures en phase de développement par les collectivités locales. En parallèle, de plus petites entités s'immiscent sur ce marché. C'est le cas pour Govecs, jeune constructeur allemand de scooters importé en France par la société ADAPT. Nous avons rencontré Bruno Garin gérant de cette entité : il nous explique dans le détail l'origine de la marque Govecs et ses ambitions. Interview...


Caradisiac Moto : Bruno Garin, bonjour, la marque Govecs produit des véhicules électriques et s'implante progressivement en France, pouvez-vous nous parler de ses origines ?


Bruno Garin : bonjour, la marque Govecs a été crée en 2009 par Thomas Grubel et jouit d'un passeport allemand. Basé à Munich, le bureau d'étude emploie une dizaine de personnes. En revanche, l'assemblage des produits s'effectue dans l'usine de Wroclaw en Pologne où travaille une cinquantaine d'employés dont un responsable technique américain . La capacité de l'usine est limité à 3000 unités par an. D'un point de vue plus technique, l'usine regroupe une salle avec plusieurs banc d'essai (freinage, moteur) : chaque scooter sortant des chaînes de montage est soumis à chaque banc d'essai pour un contrôle minutieux. Mi-septembre, un nouvel investisseur (GIMV) a annoncé avoir injecté la somme de 4 millions d'euros dans Govecs. La société ADAPT située à Ste Geneviève des Bois a repris l'importation des produits Govecs en France l'année dernière. Notre plus gros défi va être de bâtir un réseau fiable et performant.


Caradisiac Moto : Vous évoquiez la question du SAV, comment allez vous développer le réseau pour pouvoir assurer à la clientèle un suivi de qualité et quelle va être votre stratégie d'occupation ?


Bruno Garin : Il faut savoir que notre siège francilien abrite d'ores et déjà un stock important de pièces détachées. Pour l'instant, nous ne disposons que de 10 points de vente, mais toute l'équipe travaille activement pour faire fructifier ce chiffre. Nous pouvons raisonnablement tabler sur une trentaine de détaillants au cours de l'année prochaine. L'entité est encore jeune, nous avançons petit à petit et notre objectif de vente oscille entre 100 et 300 unités par an. Confronté à des problèmes de financement, notre stratégie permettra de proposer des solutions et une réelle volonté de développement des infrastructures. Govecs travaille déjà avec des collectivités locales, notamment un partenariat avec la ville de Rennes où cinq scooters arpentent les rues de la cité bretonne.


Caradisiac Moto : La gamme Govecs se compose de 6 scooters avec une nouveauté, pouvez-vous nous en dire plus sur ce nouveau véhicule ?


Bruno Garin : comme vous le rappeliez très justement, la gamme Govecs comporte une gamme complète de scooters équivalent 50 cm3 et 125 cm3 plus connu sous l'appellation GO! S (1.2/1.2 +/S1.4.S2.4/S2.4+/S3.4). Tous les produits Govecs bénéficient d'une base commune, cependant, chaque scooter est conçu en fonction de sa motorisation. Vous en parliez tout à l'heure, Govecs sort une petite nouveauté le S1.4 : équivalent 50 cm3, il devient le premier modèle de la gamme Govecs doté d'une batterie extractible (Lithium-ion Polymère). En cours d'assemblage, ce nouveau véhicule devrait arriver dans notre réseau à le fin du mois d'octobre. Malheureusement, les autres véhicules ne disposeront pas de batterie amovible pour des raisons de poids, l'autonomie en pâtirait. En parallèle, nous travaillons sur un projet trois roues : contrairement aux véhicules déjà existants, notre projet consisterait à placer les deux roues à l'arrière de la machine. Mais, il est bien trop tôt pour rentrer dans les détails…


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire