Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Interview d'Eric Saul: pas de langue de bois...

Dans Moto / Sport

Interview d'Eric Saul: pas de langue de bois...

Toujours à l'occasion du salon de la moto de Limoges, Eric Saul s'est prêté au jeu de l'interview, abordant en toute franchise ses problèmes de mise en place de l'ICSB, l'éviction du Team RC30 des 24 heures du Mans ou encore le succès de la catégorie ICGP.


Salut Eric, évoquons d'abord ta carrière. Tu as commencé la compétition en 1974 par la coupe Kawa ?


Oui, j'ai fait la coupe en 1974 et je l'ai gagné en 1975 devant un certain Christian Sarron. Malheureusement, je n'avais pas trop de moyens financiers malgré de bons résultats d'entrée de jeu.


Eric-Saul-et-Christian-Sarron-sur-une-500-TZ-de-1980-(photo-jjcholot)
Eric-Saul-et-Christian-Sarron-sur-une-500-TZ-de-1980-(photo-jjcholot)


Donc tu as été obligé de faire les marchés avec ton père ?


Oui, j'ai fait les marchés, j'ai vendu des voitures d'occasion. Même si les machines ne coûtaient pas très chères à l'époque, ça ne suffisait pas. J'ai continué à courir jusqu'en 1986, avec peu de moyens puis j'ai complètement arrêté.


Tu as carrément coupé les ponts avec la moto ?


Oui, pendant dix ans, je n'ai pas ouvert un seul bouquin de moto, pas touché une seule machine.


Et en 1999, tu as créé l'ICGP ?


Voilà. En 1997, j'ai un copain d'enfance qui m'a amené à Montlhéry pour les Trophées Gérard Jumeaux et c'est reparti comme ça. Donc en 97, le TZ Club puis en 99 l'ICGP avec le « Paul Ricard » pour notre première compétition lors de la dernière course du Bol d'Or au Castelet, puis Daytona et tout un tas de trucs… et pour finir, l'ICSB.


Donc l'année dernière, tu as lancé l'ICSB…


Oui, mais je dois dire qu'on rame un peu là !! Il y a eu beaucoup, beaucoup de demandes dès le départ. J'avais plus de 120 personnes intéressées qui m'ont donné leur email pour cette catégorie que l'on va dire ciblée et pour finir, j'ai 12 réponses vraiment sûres. J'ai beaucoup de demandes d'infos mais les gens ne sont pas encore prêts à franchir le cap. Certains voudraient attendre l'année prochaine mais pour cela il faut déjà qu'elle existe cette année. Ça m'ennuierait beaucoup de devoir annuler cette catégorie sachant qu'on a des machines d'usines et d'anciens pilotes de grand prix. Il y a un intérêt certain pour cette série et l'avenir passe aussi par là.


Pour que ton projet soit viable, il te faudrait combien de machines ?


Pour couvrir les frais d'organisation et de mise en place, il faut 23 machines juste pour équilibrer le budget. En dessous, on est en déficit. A l'heure d'aujourd'hui, nous avons fait pas mal d'investissements ; stand au salon moto légende, fabrication de banderoles, création d'un site internet, déplacements pour rencontrer différents organisateurs, l'administratif, tout cela a un coup et pour le moment, je suis dans l'impasse. J'avais déjà eu ça avec l'ICGP, mais c'était un coup de cœur. Là, je le fais pour faire plaisir et répondre à une demande mais il ne faut pas que ça me coûte de l'argent parce que là, c'est pas possible. J'aime la course et je ne voudrai pas décevoir ceux qui m'ont aidé, je pense notamment à Francis Boutet du site bike70, tout un tas de gens qui se sont impliqués dans cette aventure là, maintenant, j'aimerai bien que les pilotes s'impliquent parce qu'il y a de la demande, mais tout le monde attend qu'il se passe quelque chose. Mais si tout le monde attend, il ne se passera jamais rien. Ça sert à rien de prendre le train en marche l'année prochaine pendant que d'autres tirent les wagons à vide. Ce n'est pas comme ça que ça marche. Si les gars veulent que la catégorie existe, il faut qu'ils s'impliquent maintenant.


Il y a déjà quelques compétitions d'endurance classique, je pense notamment à Motors Events, au bol d'or classic ou au trophée grand prix d'endurance classic ?


C'est vrai, mais Motors Events, par exemple, ils disposent déjà d'un outil au départ. En rajoutant une épreuve d'endurance à un plateau déjà existant, ça génère des coûts bien moins importants. Quand c'est pris dans un ensemble, les risques sont moins importants.


Eric-Saul-sur-une-250-TZ-de-1984-(photo-jjcholot)
Eric-Saul-sur-une-250-TZ-de-1984-(photo-jjcholot)


Mais justement, le fait qu'il y ait déjà quelques épreuves comme ça, est-ce que ça ne peut pas inciter les pilotes à se dire : « ha ben tiens, ça marche bien, je vais continuer avec Eric Saul… » ?


J'aimerai bien, ça c'est sûr. Le problème, c'est que pour le moment, personne ne s'est manifesté. Donc je voudrai bien qu'ils se déclarent.


C'est un appel du pied ?


Absolument. Nous sommes complémentaires. L'endurance demande des machines beaucoup plus fiables pour durer donc coûte plus chère alors qu'en vitesse superbike, les courses durent moins longtemps donc coûtent moins chère.


Si on prend également un exemple récent, le team RC30 a été évincé des 24 heures du Mans par l' ACO pour des raisons X ou Y, ce type de team de véritables passionnés pourrait rejoindre l'ICSB histoire que tous ces efforts ne soient pas réduits à néant ?


Absolument, j'ai plusieurs pilotes dont un espagnol qui sont prêt à venir avec des RC 30 et j'encourage tous ceux qui en possèdent à nous rejoindre car c'est vraiment la machine pilepoil pour le classic superbike. Quant au fait qu'ils aient été évincés des 24 heures du Mans, l'année dernière ils n'avaient pas fait le plein de la grille. Hors cette année, ils ont plus de 80 machines, donc évidement, en tant qu'organisateur d'un championnat du monde d'endurance, ils vont privilégier les machines qui sont le plus au top. Quelque part, je peux comprendre qu'ils aient mis la RC 30 à l'index même si ça reste une fabuleuse machine.


Autre chose à rajouter ?


L'ICGP marche très bien. Nous allons faire l'ouverture des 24 heures du Mans. Nous avons 13 victoires en grand prix sur la grille et une cinquantaine de podium, donc c'est vraiment une belle grille. Moto Journal doit publier un état des lieux de la catégorie très prochainement. J'espère que ça va perdurer et j'espère faire venir Carlos Lavado pour la course de Rijeka en Croatie.


Yamaha-250-TZ-1984-(photo-jjcholot)
Yamaha-250-TZ-1984-(photo-jjcholot)


J'encourage tous ceux qui ont une machine éligible en ICGP ou en ICSB à nous rejoindre, rapide ou pas rapide. Il y a de la place pour tout le monde, ce qui compte, c'est l'esprit gentleman rider, la convivialité et se faire plaisir.


Portfolio (4 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire