Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Interview d'Olivier Aerts, gérant de DG Sport.

Dans Moto / Sport

Interview d'Olivier Aerts, gérant de DG Sport.

Après les 4 heures d'endurance "classics" et le reportage consacré à la onzième édition des Bikers Classics organisées le premier week end de juillet sur le circuit de Spa-Francorchamps par DG Sport, nous vous proposons de faire plus ample connaissance avec une des chevilles ouvrières de cette manifestation, Olivier Aerts.


Olivier bonjour; peux-tu te présenter et nous dire un petit peu quel est ton rôle au sein de DG Sport?


Bonjour. Donc je m'appelle Olivier Aerts et je suis le gérant de la société DG Sport. Ici, pour les Bikers Classics, je m'occupe principalement de la supervision de la manifestation, de la communication, du marketing, des relations avec nos partenaires ainsi qu'avec la presse.


OK. Alors, une onzième édition avec le soleil, nous sommes à quelques heures de la fin de l'événement que l'on peut qualifier de réussi?


Je dirai même une grande réussite. Je crois que, surtout hier, cette onzième édition a dépassé et de loin tout ce que l'on a connu par le passé au niveau du public présent, de l'ambiance très bon enfant qui était présente auprès de tout le monde sur le circuit. Le soleil a certainement jouer un rôle, mais nous avons aussi essayer d'être strictes, mais flexibles au niveau de l'organisation. Lorsque l'on voit le monde dans la pit-lane pour voir les stars des Grands Prix et du Superbike ainsi que les machines, tout se passe bien et nous n'avons pas eu à rappeler les gens à l'ordre. Nous avons retrouvé l'ambiance des années septante. Notre dicton étant "le passé est notre futur" et tous ces petits détails font que cela fonctionne et nous en sommes vraiment content.


Justement, tu parles du passé et du futur. Vous avez réussi le tour de force de faire venir l'actuel leader du classement provisoire de la catégorie Moto 2, Scott Redding et à le faire rouler sur une Suzuki 500 2 temps. Comment s'est passée cette rencontre?


Vous savez que le Team Marc VDS est belge, le manager est à une vingtaine de kilomètres du circuit donc nous nous côtoyons et je savais que Redding allait être là pendant une semaine puisqu'il a participé à une course de charité en Supermotard le week end dernier ici même sur la piste de Karting. On a émis l'idée pour faire le buzz sur Twitter et sur Facebook et cela a eu son effet. C'est un événement unique pour nous car cela amène du présent et du futur. Je crois que c'est un des seuls pilotes actuels de sa génération qui n'a jamais roulé sur une 500 usine 2 temps. Je ne sais pas si tu as pu voir son sourire en revenant aux box après les tours qu'il a fait en baston avec Christian Sarron, Steve Plater et Wayne Gardner, mais il n'a pas mis longtemps à trouver le mode d'emploi pour faire fonctionner cette machine.


Effectivement. Les "4 heures d'endurance classics" ont également été un succès malgré de nombreuses casses mécaniques?


Oui, cela fait parti du jeu. Nous avons créé ce championnat d'Europe cette année avec des courses à Imola, Spa et la finale qui se déroulera fin octobre à Aragon. Les teams qui sont venus sont tous des teams qui ont déjà participé aux précédentes éditions des quatre heures d'endurance. Le niveau mécanique a augmenté, les finitions sont plus belles mais cela reste de la mécanique avec tout ce que cela comporte en terme de fragilité. La recherche des derniers dixièmes avec des machines malgré tout anciennes avoue peut-être ses limites face à l'exigence d'une course d'endurance.


Des projets pour la douzième édition?


On peut d'ors et déjà annoncer que suite à un accord passé avec le circuit, les prochaines éditions se dérouleront automatiquement le premier week end de juillet. Cette date était traditionnellement celle du Grand Prix jusque dans les années nonante, et elle suivait le TT d'Assen. C'est un point de repère pour les spectateurs et nous allons travailler là dessus car nous avons déjà une bonne popularité en Belgique, mais aussi en France puisque ce pays draine environ 20% de notre public. Il y a déjà de belles manifestations classiques comme les Coupes Moto Légende, les Sunday Ride ou le Bol d'Or Classic.


Nous allons également faire un débreefing avec ce qui a fonctionné et ce qu'il faut améliorer. Nous sommes conscient qu'il y a eu des problèmes au niveau du "Welcome" et nous avons déjà des solutions pour éviter cette longue attente et l'on s'excuse pour les désagréments que cela a causé cette année.


Coté motos, nous souhaiterions montrer un peu plus ce qui se faisait dans les années cinquante avec une exposition plutôt statique. Nous allons également tenter de développer la catégorie Superbike en faisant venir des pilotes comme Fred Merkel, Carl Fogarti ou Scott Russel.


Tu souhaites rajouter quelque chose?


Je remercie tous les spectateurs qui nous ont fait confiance, toute l'équipe de DG Sport, mes collaborateurs ainsi que les gens du circuit. Nous sommes une cinquantaine de personne au niveau de notre organisation plus entre cinquante et quatre-vingts personnes pour la billetterie, le gardiennage, les placeurs, et tout le monde a fait un travail formidable et peut être fier de la réussite de cette manifestation.


Merci Olivier et à bientôt.


Merci à toi.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire