Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Interview de Bill, organisateur des "Millevaches".

Dans Moto / Pratique

Interview de Bill, organisateur des "Millevaches".

Bonjour Bill. Alors, dis-nous un peu qui tu es vraiment et comment tu es venu à remettre en place cette fameuse concentration des Millevaches ?


Bonjour. Donc je m'appelle de mon vrai nom Francis Deluchey mais, dans le monde motard, on m'appelle Bill. Je fais de la moto depuis les années quatre-vingt-dix. J'ai fait beaucoup de deux roues, puis ma vie professionnelle ainsi que l'armée ont fait que je m'en suis un peu éloigné pour reprendre à la fin des années quatre-vingt-dix. Je suis à l'origine de la création du moto club de Meymac en 1998. Au départ, nous étions une douzaine de membres pour arriver aujourd'hui à 150 adhérents. Cela nous a permis de remettre en route cette concentration mythique qu'est « Les Millevaches » qui était organisée à l'époque par le MC 95 avec à sa tête Michel Perdrix. Vers 1973, le nombre de participants a à peu près atteint celui de ce week-end (environ 3000 motards NDR) avec quelques soucis dans les bars de Meymac, ce qui a conduit les organisateurs à arrêter l'ouverture au grand public et de n'accepter les motards que sur invitation, et ce, jusqu'en 1979 (voir l'historique de la concentre ici). Quarante ans après la première édition, nous avons décidé de reprendre cet évènement mythique.


Qui a eu l'idée de relancer cette concentration ?


A la base, c'est moi parce que j'avais le souvenir de mon père qui avait une concession automobile Peugeot à Aubusson dans les années soixante-dix et il se relevait la nuit pour faire le plein des motos. Avant qu'il ne décède, il m'a parlé de cette époque où de nombreuses motos se rendaient sur le plateau de Millevaches début décembre. Quand je suis rentré dans le monde de la moto, j'ai fait des recherches dans les revues de l'époque. Des anciens, qui avaient participé à l'époque, m'ont contacté par téléphone et nous avons pu réunir toutes les conditions pour se rapprocher de ce qui se faisait à l'origine.


Cela n'a pas été trop dur de convaincre les pouvoirs publics locaux ?


Nous étions déjà connus sur Meymac puisque nous avions organisé des rassemblements avec trois ou quatre cents participants sans aucun problème d'organisation. Ils nous ont fait confiance. Meymac compte 3000 habitants, ce qui veut dire que le temps d'un week end, nous doublons la population. Les deux premières années se sont très bien passées et pour le moment, tout va bien (interview réalisée le samedi midi). Les communes de Meymac et de Millevaches nous aident beaucoup pour tout ce qui est logistique et ça se passe très bien entre nous.


J'imagine qu'au niveau des retombées commerciales, c'est un atout non négligeable ?


Oui. Les inscriptions se font à Meymac car il y a une salle qui nous permet de recevoir beaucoup de monde et aussi parce que le moto club est basé ici. C'est notre façon à nous de renvoyer l'ascenseur à la municipalité qui nous soutien, et également de faire fonctionner les commerces locaux.


Qui dit manifestation importante dit risque de récupération, tu n'as pas peur que certains profitent de la situation pour faire du "bizness" ?


Comme partout, à partir du moment où il y a une grosse manifestation, il y a toujours des gens malveillants qui essayent de venir grappiller à droite ou à gauche. Nous essayons de garder un concept simple, mais le plus efficace possible et pour cela, nous avons des règles. Tout d'abord, les quatre roues sont interdits au bivouac car c'est une concentration de motards et nous ne voulons pas que des gens viennent avec des fourgons pour décharger du matériel. C'est un rassemblement purement motard et on le fait justement en hiver pour avoir une sélection naturelle. On retrouve beaucoup de puristes et des anciens puisque la moyenne d'âge doit avoisiner les quarante cinq ans. Je pense que nous avons vraiment des gens de valeur.


A ton avis, qu'est-ce qui pousse les gens à faire des centaines de kilomètres pour planter une tente dans un champ pour une nuit et repartir ensuite ?


D'abord, il y a le coté mythique. Ensuite, on peut dire que cette concentration est aujourd'hui cataloguée comme l'hivernale la plus grande de France. C'est un moment de rencontre, mais aussi de mémoires car nous avons aussi de belles histoires aux Millevaches. Pour la petite anecdote, l'année dernière, un participant est venu avec son fils et cet homme conduisait la moto que son père conduisait lors des premiers rassemblements ici. Son rêve avait toujours été de revenir aux Millevaches. Malheureusement, il est décédé avant mais les deux générations suivantes étaient présentes ici en sa mémoire.


Au niveau logistique, cela représente combien de personnes ?


Au niveau du club, nous avons à peu près soixante à soixante-dix personnes qui œuvrent tout au long du week end plus l'aide apportée par les communes pour l'installation des chapiteaux et le prêt du matériel. Nous avons fait appel à France Boissons de Clermont-Ferrand pour la buvette. Comme nous sommes dans un pays de bois, nous l'achetons et nous le distribuons gratuitement aux participants.


Il y a des motards qui viennent d'un peu toute l'Europe ?


Oui, nous avons dix nations qui sont représentées ce week end.


Des projets pour les éditions à venir ?


Nous n'avons pas l'intention de limiter le nombre de participants, mais nous souhaitons des conditions climatiques plus rigoureuses afin d'opérer une sélection naturelle car les chiffres augmentent d'année en année. Tant que nous pouvons gérer, ça va ; des champs, ici, il y en a partout, donc ce n'est pas un problème. Les communes nous font confiance mais nous devons rester stricts au niveau organisation car accueillir 3000 motards, cela ne s'improvise pas. Nous affinons l'organisation en fonction des retours que nous avons à partir du moment où c'est constructif.


Tu souhaites rajouter quelque chose ?


C'est bien que des médias s'intéressent à ce que nous faisons, non pas que nous ayons besoin de publicité, mais ça permet de montrer ce qu'un petit moto club comme nous peut faire. Et je tiens à remercier tous les membres du moto club pour leur implication car sans eux, rien ne serait possible.


Merci Bill pour ta disponibilité et bonne fin de concentre.


Merci à toi.


Mots clés :

Commentaires (2)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

merci pour cette historique.. et encore merci à Bill pour le travail d organisation de l accueil au départ.  Pas facile de tout prevoir.  Pas facile que tout se deroule bien, meme si tout le monde ne vient que pour partager de bons moments. Aucun dérapage grace à la façon de presenter les choses.  Un week end en toute amitié dans une ambiance bon enfant, j'y ai passé un excellent moment. Et bonne route à tous. Jean-Claude jicre.wifeo.com

Par Anonyme

ki cé çuila????

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire